> article précédent

Le feuilleton de la L1, épisode 33

10 raisons pour que l'OL ne soit pas champion

Les Lyonnais sont les mal-aimés du football français, ils ne s'étonneront donc pas d'inaugurer notre série de fin de championnat, livrée avec le schéma exclusif de l'action qui va leur coûter le titre.

Partager

 

L'OL peut-il décemment être champion de France pour la troisième année consécutive? Ce titre doit-il être une nouvelle occasion d'entendre Jean-Michel Aulas répandre son autosatisfaction dans tous les médias, de Maison et Jardins à Valeurs Actuelles, tout en se plaignant des mauvais traitements infligés à son club? La domination du club rhodanien pour les dix années à venir est-elle une fatalité?

 

 

10 raisons pour que l'Olympique lyonnais ne soit pas champion

1. Ils n'ont même pas été foutus de faire coter leurs actions en bourse.
2. Jean-Michel Aulas préfère être premier au classement par points sur les cinq dernières années.
3. Ce ne serait pas une façon sympa d'accueillir les Verts en L1.
4. C'est une honte d'avoir boycotté les Oscars du football.
5. Les riverains de la place Bellecour en ont marre des nuisances annuelles.
6. On ne veut pas se taper leurs matches sur ESPN Classic Sports dans vingt ans.
7. Le président va vendre ses parts à Roman Abramovitch.
8. C'est toujours après le troisième titre que les ennuis judiciaires commencent.
9. Olivier Rey va encore clamer qu'il avait raison.
10. Les Cahiers vont sortir un autre numéro spécial Lyon, "Faut-il haïr l'OL?"

 

 

L'action qui va faire perdre le titre à l'OL

Alors que Lyon tient un bon 0-0 à Paris lors de l'avant-dernière journée, à deux minutes de la fin, Éric Deflandre récupère un ballon dans son camp. Comme il n'a pas arrêté de répéter à la presse qu'il voulait quitter l'OL en Beauté, on comprend que sa montée rageuse sur le flanc droit n'est pas pour amuser la galerie. Le Belge ignore Govou (blessé) et n'évite pas le choc avec Heinze, qui le coupe littéralement en deux. Mais les jambes de Deflandre continuent toutes seules leur course — l'arbitre laisse l'avantage — et elles tentent un coup du foulard.

 

Le centre prend une trajectoire inattendue puisqu'il arrive sur Carrière, qui était encore en train de consoler Elber pour sa précédente occasion ratée. Ne faisant ni une, ni deux, ni trois, le petit milieu de terrain (qui n'a pas arrêté de répéter à la presse qu'il voulait rester à OL Beauté) tente un ciseau retourné, qui part en vrille, tout comme la balle. Mendy récupère et Déhu lui crie "Cours, Forrest, cours!". Au passage de la ligne médiane, c'est Halilhodzic qui hurle "Pas donner à Bosko, pas donner à Bosko!". Le latéral file donc tout droit, mais grâce à un nouveau système de positionnement par satellite, un bip l'avertit du moment où il droit déclencher son centre. Ce dernier est mal ajusté, mais Edmilson, voulant tenter un coup du sombrero sur lui-même, dévie sur Pauleta qui trompe Coupet d'un coup de tête au ras du poteau.

 

Jean-Michel Aulas déclare : "J'ai clairement vu Halilhodzic influencer l'arbitre en lui faisant un signe que je n'ai pas compris mais qui ne laisse aucun doute sur le fait que l'OL dérange et que les pouvoirs publics œuvrent contre lui".

 

> Retrouvez les articles de la saison sur l'OL
L'OL 2003/2004, la fiche.
Les paradoxes lyonnais
OL Reportage

Partager

Déconneries


Agence Transe Presse
2020-05-27

"Sensible Stadium" : l'UEFA, les clubs et les télévisions passent au stade virtuel

Agence Transe Presse – Tribunes, ambiance et public artificiels: un consortium veut mettre en œuvre son projet de stades dématérialisés et de "football augmenté" dès la saison prochaine. 


Hind
2020-04-02

Comment vivre le football sans le football

Démode d'emploi – Avec l'arrêt des compétitions, le sevrage est brutal, mais les vrais accros sauront trouver des substituts. 


2020-02-26

Guide des communiqués officiels de l'OL

L'Olympique lyonnais fait désormais la guerre à ses propres supporters, et il n'a à peu près aucune chance de la gagner.


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"