auteurs
Richard Coudrais et Christophe Zemmour

> article suivant

Double jeu à la française

2000, le meilleur Euro de l’histoire

[rétro Euro 2000 • 1/5] Il y a vingt ans, la phase finale du onzième Championnat d’Europe, en Belgique et aux Pays Bas, fut passionnante de bout en bout. À ce jour, il n'a toujours pas été égalé. 

Partager

 

L’Euro 2000 fut la plus belle phase finale de championnat d’Europe de foot de l’histoire. Pas seulement parce qu’il s’est conclu par la victoire de l’équipe de France, et qu’il a prolongé pour deux années supplémentaires notre béatitude d’avoir la meilleure équipe du monde.

 

Ce championnat d’Europe, disputé entre deux millénaires et deux pays, a laissé un souvenir particulier à ceux qui l’ont suivi. Tout a contribué à la qualité du tournoi: les équipes présentes, sa formule, ses meilleurs joueurs, ses rencontres intenses et particulièrement dramatiques.

 

 

 


Plateau en argent

Le tournoi ne déplore qu'une seule absence majeure, celle de la Croatie, demi-finaliste de la précédente Coupe du monde. Pour le reste, l’Euro 2000 présente ce qui se fait de mieux à l’instant où il se déroule. Les quatorze meilleures nations d’Europe, réelles ou supposées, ont répondu présent.

 

Deux autres sont présentes pour faire le nombre. La Belgique, qualifiée en tant que nation co-organisatrice, mais qui peine à reconstruire une équipe nationale compétitive. Et la Slovénie, invitée surprise, vainqueur de l’Ukraine en barrage, et qui fait office de petit Poucet.

 

Trois sélections au moins débarquent avec l’une des meilleures générations de leur histoire: la France de Zidane, les Pays Bas de Bergkamp, le Portugal de Figo. La République tchèque n’est pas loin, même si le meilleur est à venir.

 

En revanche, l’Allemagne et l’Angleterre sont dans un creux générationnel, à l’instar de la Belgique. Les trois formations scandinaves se planteront également dans un bel ensemble. Toutes le paieront cash. Le tournoi était trop relevé pour laisser place à une surprise.

 


Générations en or

Il y a les joueurs eux-mêmes, ceux sans qui il n’est pas de grandes équipes. L’époustouflant Zinédine Zidane, cette fois, n’attend pas la finale pour faire parler sa classe. Thierry Henry, buteur mais aussi rageur, dans la lignée de sa totale explosion à Arsenal.

 

Le tentaculaire Patrick Vieira gagne ses galons de titulaire en bleu. Luis Figo, le galactique portugais, décrochera le Ballon d’Or à la fin de l’année. Le feu follet Nuno Gomes s'illustre par ses inspirations déroutantes, Alessandro Nesta et Francesco Totti sont affolants d’élégance.

 

Et puis, ce fut le dernier grand tournoi de Dennis Bergkamp, Peter Schmeichel, George Hagi, Dragan Stojkovic, Didier Deschamps, Laurent Blanc ou Pep Guardiola… Enfin, inconnu ou presque, l’Italien Francesco Toldo saisit la chance de sa vie et devient le gardien le plus remarquable du tournoi.

 

 

 


Formule magique

Seize équipes sur la ligne de départ, c’est le chiffre parfait d’une phase finale. Trente et une rencontres, un premier tour relevé, une formule carrée et claire, sans qualifications de rattrapage.

 

Ce n’est pas pour rien que la Coupe du monde a gagné ses lettres de noblesse en disputant des tournois à seize équipes pendant cinquante ans…

 

Le championnat d’Europe a atteint ce chiffre à l’occasion de sa dixième édition, en 1996 en Angleterre. Un élargissement qui a immédiatement porté ses fruits, donnant un tournoi de valeur.

 

Il est vraiment dommage que, dès 2016, l’Europe ait abandonné sa formule à seize pour passer à vingt-quatre équipes, soit la moitié des nations présentes sur le continent. La plupart des grandes épreuves de sélections élargissent leur plateau, sans réel bonus sur le plan sportif – au contraire.

 


Matches parfaits

Si ce tournoi est resté à ce point dans les mémoires, c'est avant tout pour ses rencontres aux scénarios renversants.

 

On se souvient particulièrement d’Angleterre-Portugal, le 12 juin à Eindhoven. Les Anglais mènent 2-0 par la grâce d’un David Beckham inspiré avant que Luis Figo, d’un but extraordinaire qui nettoie la lucarne de David Seaman, ne sonne la révolte et permette au Portugal de l’emporter 3-2.

 

On se souvient de Yougoslavie-Slovénie, le 13 juin à Charleroi. Les Slovènes de Zahovic créent une énorme surprise en menant 3-0. On mise alors sur un écroulement complet des Yougoslaves, notamment quand Siniša Mihajlovic se fait expulser. Et pourtant à dix contre onze, les derniers vont refaire leur retard en moins de six minutes.

 

On se souvent d’Angleterre-Roumanie, le 20 juin à Charleroi. La sélection anglaise mène au score, alors qu'un match nul la qualifie pour le second tour. Avant de prendre un but, puis de concéder bêtement un penalty à la dernière minute.

 

On se souvient de Yougoslavie-Espagne, le 21 juin à Bruges. Chacune des équipes a semblé prendre le large et ne jamais vouloir s’arrêter de jouer, deux buts étant inscrits au cours des arrêts de jeu, permettant à la Roja d’arracher un 4-3 inespéré.

 

On se souvient de Pays-Bas-France, un des rares matches sans enjeu et pourtant disputé avec une intensité remarquable, sans doute parce que les deux équipes pensaient se retrouver en finale.

 

On se souvient de la démonstration néerlandaise en quart de finale, les Oranje l’emportant 6-1 face à la Yougoslavie, avec notamment un Patrick Kluivert insaisissable.

 

 

 


Derniers tours de légende

On se souvient de France-Espagne, le coup franc de Zinédine Zidane en pleine lucarne, Pedro Munitis qui martyrise Lilian Thuram, Patrick Vieira qui écrase ses adversaires par sa puissance, Djorkaeff qui explose la lucarne de Santiago Cañizares et "vaudouise" un Raúl qui quille son penalty.

 

On se souvient de Portugal-France, Nuno Gomes qui méduse Didier Deschamps et Fabien Barthez, Zinédine Zidane éblouissant, un final dramatique digne d’une tragédie.

 

On se souvient de Pays-Bas-Italie, une histoire de pénos ratés, d’un mur nommé Francesco Toldo et d’une panenka folle de Francesco Totti.

 

Enfin, comment oublier cette finale France-Italie d’un niveau technique remarquable? Alessandro Del Piero mange la feuille de match, Sylvain Wiltord signe un miracle, et David Trezeguet plie l'affaire d'un but légendaire.

 

Vingt ans plus tard, sevrés de football, on se souvient de l’Euro 2000 comme du plus beau de l’histoire.

 

2000, le meilleur Euro de l’histoire
Toldo 2000, un Euro pour la vie
Figo 2000, la lucarne d’or
Totti 2000, le grand numéro
Comment finir un match de coupe ?

 

 

 

Partager

> Dossier

Histoire FC

Histoire FC


Christophe Zemmour
2020-06-22

Toldo 2000, un Euro pour la vie

[rétro Euro 2000 • 2/5] L’Euro 2000 révèle un gardien méconnu, titulaire de dernière minute dans les cages italiennes. Francesco Toldo deviendra un héros à l’italienne. 


Brice Tollemer
2020-05-11

Acte IV : éparpillement et dilution (2004-2020)

D’une Europe étoilée à un Euro étiolé – À trop vouloir s'élargir, on prend le risque d'exploser. Un dernier volet qui claque sur les doigts. 


Richard Coudrais
2020-05-05

Dixie Dean, une légende anglaise

Les joueurs d’exception – Le cliché de l’avant-centre anglais doté d’une détente phénoménale et d’un coup de boule fatal doit beaucoup à Dixie Dean, attaquant d’Everton de l'entre-deux-guerres. 


>> tous les épisodes du thème "Histoire FC"

Le forum

Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 23h01 - khwezi : J'allais oublier Diogo "My Secret Santa" Jotta. La technique de velours. La discipline de travail... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 23h01 - Mevatlav Ekraspeck : J'ai enfin pu voir un match du Heat en entier dans cette série.Je ne me suis pas exprimé avant,... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 22h56 - fabraf : Parce qu’en ne roulant pas, il a favorisé ses propres chances... Allez, on ne sera pas... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 22h50 - gurney : Roger Cénisseaujourd'hui à 21h59Je ne les enterre pas, mais ça restera des échecs à l'échelle... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 22h45 - Sos muy Grosa, Adli bitum : Avec les recrutements de Palencia et Pardo a Leganes, on va enfin pouvoir savoir si nous serions... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 22h44 - Mevatlav Ekraspeck : Question : à quand date le dernier Roland Garros sans français au troisième tour? >>


CDF sound system

aujourd'hui à 22h31 - diabaté vous, que diable ! : Allo, ici feu 1975 ! Est ce que mes ex coéquipiers coéquipieraient encore à propos de l'année... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 22h14 - Balthazar : Un bloqueur de pubs n'en viendrait pas à bout ? >>


Le fil prono

aujourd'hui à 21h41 - Obit ure : MIA-LAL 4-3Tie-breaker #2 : Bam AdebayoTie-breaker #3 : Lebron James >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 21h21 - Roger Cénisse : Je vous conseille le visionnage des insides sur le club qui passe sur la télé du club et sur... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)