> article suivant

Liverpool sur un fil rouge

> article précédent

OPA sur l'équipe de France

60 millions de sélectionneurs : Jérôme Bureau

L'ancien directeur des rédactions de L'Équipe se met sur les rangs. Son projet novateur a tout pour faire la différence…
Partager
Monsieur Simonet. Si vous n'étiez établi sur d'aussi solides bases, ma candidature pourrait vous faire tomber de votre siège, et Dieu sait que vous y êtes attaché. Elle n'est pourtant surprenante qu'en apparence, car entre l'équipe de France et moi, il y a une longue histoire, tumultueuse, certes, mais passionnée. Je prétends encore aujourd'hui être un des seuls à savoir ce qu'elle doit être, bien au-delà des compositions d'équipes, ce qu'elle doit incarner aux yeux de notre pays, après lui avoir été dérobée trop longtemps par des faiseurs sans génie. Et l'histoire a prouvé que mon seul tort est d'avoir eu raison avec quatre ans d'avance. Évidemment, je ne cache pas que l'ennui mortel qui m'étreint tous les jours ouvrables au sein du groupe Sporever/But! en général et dans les locaux de SportFM en particulier n'est pas pour rien dans ma décision. Imaginez le calvaire que je vis au cours des discussions avec Dominique Grimault et Olivier Rey autour de la machine à café… Quoi qu'il en soit, mon profil répond parfaitement aux exigences de la fonction de sélectionneur du XXIe siècle, telles que définies précisément, et vainement jusque-là, par mon ancien employeur. Vous aurez enfin, à la tête de la sélection du pays de Victor Hugo et Paul Valéry, un homme capable de faire des phrases correctes sur le plan de la syntaxe, non déformées par un accent à couper au couteau, avec une diction fluide et refusant les aphorismes abscons. Vous ne pouvez plus l'ignorer: le destin des équipes de football et des présidents de fédération ne se joue plus sur les terrains, mais bien dans les salles de presse et les rédactions. D'ailleurs j'avoue qu'avant de me décider, Raymond Domenech avait ma préférence: voilà un beau parleur qui passe bien auprès des élites et qui est capable de traverser dix ans d'échec avec les meilleures générations d'Espoirs que la France a portées sans perdre son poste. Avec lui, le quart de finale de l'Euro aurait dégénéré en pugilat général, les Grecs auraient été accusés de brutalité et de dopage, l'arbitre de corruption, et personne n'aurait reproché l'élimination au sélectionneur. Mais passons. Grâce à ma connaissance du milieu médiatique et aux relations que j'ai conservées au sein de L'Équipe, notez bien que je suis en mesure de garantir une inédite période d'immunité pour le sélectionneur, qui me permettra de travailler en paix et de développer des idées véritablement révolutionnaires pour les Bleus, des idées qui ne peuvent sortir que de l'esprit d'un journaliste sportif — la corporation incontestablement la plus brillante de la grande famille du football, la seule qui a fait des études (ailleurs qu'à Clairefontaine s'entend) et qui sait se servir d'un ordinateur. Pour constituer mon staff, je vais faire appel à d'immenses compétences, comme moi injustement mises au ban de la société: Alain Juppé sera ainsi le manager général de l'équipe de France. Il n'est pas très glamour, mais il est intelligent et question levée de fonds, il vaut largement Jean-Claude Darmon. Pour les relations presse, c'est Dieudonné qui a ma préférence, il a une immense aura dans les banlieues, et il empêchera les vedettes de demain d'opter pour les nationalités de leurs parents. Patrick Chêne s'occupera de l'intendance, parce que je peux vous dire que chez Sporever/ SportFM, la machine à café est toujours remarquablement pourvue, et parce qu'avec son expérience du Tour de France, il connaît les meilleurs hôtels de tout le pays. Il pourra éventuellement désigner le médecin parmi tous ces excellents praticiens laissés pour compte par un cyclisme qui a oublié ce qui a fait son succès. Me définissant moi-même comme le "concepteur" de l'équipe de France, planant au-dessus des contingences vulgaires, je délèguerai les fonctions purement sélectives à Pierre Ménès: il composera le groupe en fonction de ses relations privilégiées avec les joueurs, mais devra aussi tenir compte d'un classement au mérite établi à partir des notes de L'Équipe, des étoiles de France Football et des avis exprimés sur le forum de sporever.fr. Ainsi, nous éviterons toute forme de polémique sur les choix. C'est là tout le génie de ma future politique: une habile combinaison entre les décisions de vrais experts et l'expression des 60 millions de sélectionneurs, le tout en s'assurant d'un large consensus auprès des médias. En tant que conseiller technique, je pense à Jean-Patrick Sacdefiel. Il est un des rares à détenir cette compréhension subtile de ce qui fait la grandeur du foot français, que j'entends bien rétablir pleine et entière après huit années d'errances pathétiques qui ont successivement transformé les Tricolores en Allemands, en Italiens puis en Espagnols. Quand on voit les déboires auxquels ont conduit les trompeuses victoires de 1998 et 2000, il est évident qu'il faut redonner au peuple du ballon rond ce goût des défaites glorieuses et mythiques qui soudent la nation toute entière dans le deuil de ses illusions et la célébration de ses héros malheureux. Le football n'est le football que si notre pays en prouve l'injustice foncière en étant toujours défait malgré son évidente supériorité technique et esthétique. Comme vous le comprenez, Monsieur Simonet, grâce à cette démarche à la fois audacieuse et parfaitement calculée, je vais libérer l'équipe de France de la pression du résultat, qui redeviendra secondaire, et m'assurer de l'adhésion de tous — élite éclairée et peuple reconnaissant — à un projet fédérateur tourné vers la beauté du jeu. Dans un tel contexte, on peut très bien imaginer que le président de la Fédération soit élu à vie. Je vous laisse donc juge de l'opportunité que je vous offre de vous affranchir de la fausse alternative entre Tigana et Blanc pour ouvrir de toutes nouvelles perspectives à la vitrine du football français. Bien à vous, Jérôme Bureau.
Partager

> Dossier

Déconneries

Déconneries


Gilles Juan
2019-09-09

Le Blanc est-il encore supérieur au Noir ?

Il faut parfois savoir trancher les polémiques et mettre un terme aux mauvais procès. Défense de Pierre Ménès et Lilian Thuram (dans cet ordre décroissant). 


Richard N et Christophe Zemmour
2019-08-26

Retour vers le footoir [2]

Uchronies - Biff Tannen a mis la main sur votre collection de France Football et a décidé de changer vos meilleurs souvenirs en cauchemars… Seconde partie de nos uchronies: les victoires en défaites.


Richard N et Christophe Zemmour
2019-08-20

Retour vers le footoir [1]

Uchronies - Embarquez dans la DeLorean, poussez les gaz jusqu’à atteindre 88 miles à l’heure et réécrivez l’histoire de quelques rencontres du passé. Première partie: les défaites en victoires. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)