auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

1995, le gros bilan

> article précédent

Kluivert 1995, une pointe d’extase

Amadeo Carrizo, le portier de Rufino

Amadeo Carrizo est mort le 20 mars 2020 à l’âge de 93 ans. Le gardien argentin était considéré comme le plus grand portero de l’histoire du foot sud-américain. 

Partager

 

Dans les premières années de l’après-deuxième guerre mondiale, ils sont encore rares, les gardiens de but qui osent s’éloigner de leur cage et intervenir au-delà de leur surface de réparation.

 

En Europe, c’est le plus grand de tous, le Soviétique Lev Yachine, qui a émancipé le rôle du gardien de but, parvenant à transformer la vigie immobile en un défenseur supplémentaire.

 

En Amérique du Sud, ce rôle de précurseur a été assumé par l’Argentin Amadeo Carrizo, à tel point que les gardiens les plus aventureux du continent (José-Luis Chilavert, Jorge Campos, René Higuita, Ramon Quiroga, Hugo Gatti…) se réclament de son héritage.

 

Plus généralement, il est tout simplement considéré comme le plus grand gardien de l’histoire de l’Amérique du Sud.

 

 

 

 


River, le long bail

Lorsqu’il remporte le sixième championnat d’Argentine de son histoire en 1945, le club de River Plate vit les derniers feux de sa légendaire ligne d’attaquants, la Maquina, composée d’Adolfo Pedernera, Juan Carlos Muñoz, Angel Amadeo Labruna, Felix Loustau et José Manuel Moreno. 

 

Son équipe doit également beaucoup à son gardien, l’international péruvien José Eusebio Soriano. Le 6 mai 1945, celui-ci cède sa place à un jeune gardien de dix-huit ans, Amadeo Carrizo, lequel entame un très long bail avec le club argentin.

 

 

 

 

Amadeo Raúl Carrizo, né le 12 juin 1926 à Rufino, a gardé les cages de River Plate pendant vingt-trois ans, de 1945 à 1968. Il a enregistré un total de 513 rencontres du championnat argentin agrémenté de sept titres de champions, plusieurs participations à la Copa Libertadores et 20 sélections en équipe d’Argentine.

 

En 1968, lors de sa dernière saison avec River Plate, il garde sa cage inviolée durant 769 minutes consécutives (plus de huit rencontres), établissant un record national que seul son successeur Franco Armani battra cinquante ans plus tard, en le poussant à 965 minutes.

 


Gloire et déboires avec l'Argentine

Si Carrizo est considéré comme un précurseur, lui-même disait s’être beaucoup inspiré de son prédécesseur, le Péruvien José Soriano, le premier à pratiquer l’achique, ce terme sud-américain sans réelle traduction qui désigne les montées de gardiens de but au niveau de ses défenseurs.

 

Carrizo est également le gardien de l’Argentine lors de la Coupe du monde 1958 en Suède. La sélection albiceleste effectue son grand retour après avoir boudé pendant vingt ans l’élite du football mondial. Mais ce retour sera marqué par une terrible désillusion: les hommes de Guillermo Stabile sont éliminés dès le premier tour.

 

Ils subissent à Helsingborg un naufrage historique qui les voit encaisser face à la Tchécoslovaquie la plus grande déroute de l’histoire argentine en phase finale: 6-1. Carrizo est bien entendu la cible des plus vives critiques. 

 

Il conserve toutefois la confiance des sélectionneurs et devient six ans plus tard le héros de la Taça das Nações, un tournoi de prestige organisé au Brésil en 1964. L’Argentine décroche le titre en terminant en tête d’un groupe de quatre après avoir battu le Portugal (2-0), le Brésil (3-0) et l’Angleterre (1-0). Le gardien argentin garde sa cage inviolée et réalise un match d’anthologie contre les champions du monde en titre, arrêtant notamment un penalty de Gérson.

 

 

 


Yachine et lui

On observe souvent que ces gardiens qui sortent autant des surfaces que des conventions détiennent une faculté supérieure à arrêter les penalties. Probablement parce que leur témérité peut provoquer des situations qui peuvent tourner à la panique et pousser leurs défenseurs à commettre des fautes. Qu’il faut donc assumer.

 

Amadeo Carrizo est aussi un des grands artisans du parcours qui conduit River Plate vers sa première finale de la Copa Libertadores en 1966. Le gardien argentin ne pourra malheureusement pas éviter la défaite, après trois rencontres, contre le Peñarol de Ladislao Mazurkiewicz. River menait pourtant 2-0 à la pause, mais s’inclinera 4-2 après prolongations.

 

Après avoir gardé pendant plus de vingt ans la cage des Millionarios de River Plate, Amadeo Carrizo ira terminer sa carrière en Colombie chez les… Millionarios de Bogota. Exceptionnellement, il gardera en février 1969 les buts du club d’Allianza Lima à l’occasion d’un match amical face au Dynamo Moscou et son célèbre vis-à-vis Lev Yachine.

 

Les deux hommes se saluèrent avec respect, ne cachant pas leur admiration l’un pour l’autre, chacun ayant donné, sur leurs continents respectifs, au poste de gardien ses lettres de noblesse.

 

  

 

Partager

> sur le même thème

1995, le gros bilan

> Dossier

Histoire FC

Histoire FC


Brice Tollemer
2020-05-11

Acte IV : éparpillement et dilution (2004-2020)

D’une Europe étoilée à un Euro étiolé – À trop vouloir s'élargir, on prend le risque d'exploser. Un dernier volet qui claque sur les doigts. 


Richard N
2020-05-05

Dixie Dean, une légende anglaise

Les joueurs d’exception – Le cliché de l’avant-centre anglais doté d’une détente phénoménale et d’un coup de boule fatal doit beaucoup à Dixie Dean, attaquant d’Everton de l'entre-deux-guerres. 


Hind
2020-05-03

Combats du sport

Bibliothèque – Avec Terrains de jeux, terrains de luttes, Nicolas Kssis-Martov rappelle à quel point le sport a toujours recelé des enjeux politiques. 


>> tous les épisodes du thème "Histoire FC"

Le forum

Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 18h25 - Milan de solitude : Les socios du Barça ? >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 18h25 - Lescure : Pas mal de cliffhangers à venir effectivement tu peux y aller les yeux fermés. Surtout que... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 18h23 - L'amour Durix : Trickyaujourd'hui à 16h43(Remarque, pas con, on pourrait délocaliser la Macronie sur le fil... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 18h15 - Delio Onnisoitquimalypense : Niang, même si l'OM n'était pas en difficulté financière, ça semble surtout bizarre par... >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

aujourd'hui à 18h11 - Delio Onnisoitquimalypense : Ah oui, merci Marius. J'en profite pour lancer un appel : à part La Rascasse, comment s'informer... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 18h05 - Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit : Le truc c'est que je m'attendais à un article scientifique expertisé par des pairs.Dommage. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 17h40 - cocobeloeil : Purée, on va faire quoi de tout ce beau... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 17h27 - cocobeloeil : Jamais lu le bouquin initial.En revanche le film, comment dire.... Ca envoie dans la satire ou la... >>


Go Mouest !

aujourd'hui à 16h06 - Etienne Mattler : (notre ancien maire a refusé le nouveau stade, si je ne m'abuse) >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 15h48 - 2Bal 2Nainggolan : Concernant Aouar, un départ cette année où l'année prochaine semble inéluctable,... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)