auteur
C. K. et Back-T-Oblak

Ballon d'Eau fraîche 2016/17, les candidats : Andrea Raggi et Hiroki Sakai

Défenseurs que personne n'attendait, ils se sont imposés sans bruit au milieu du fracas, résistant aussi bien aux déboires de leurs clubs qu'à leurs retours en grâce. Raggi et Sakai défendent sur la même ligne.

Partager

 

Raggi, au service des princes

Il n'était probablement pas censé être là. Prêté un peu partout par son club de Palerme, défenseur méconnu de vingt-huit ans, il a rejoint Monaco dans l'indifférence générale. Cinq ans et deux cents matches plus tard, Andrea Raggi n'est pas devenu une référence à son poste, mais il a toujours répondu présent. Face à des adversaires de Ligue 2 comme de Ligue des champions. Il y a en lui un certain archétype: "Raggi vient de faire quelque chose que seul un défenseur italien peut faire!", s'exclama le commentateur de Monaco-Manchester City sur la chaîne qui diffusait le match en Italie, après une intervention acharnée de son compatriote.

 

 

 

Comment ne pas apprécier ce joueur viril mais correct, très peu averti et toujours bon esprit? Cet amateur de pêche, qui y vit des émotions fortes: "Quand tu pêches, tu ne penses à rien, tu regardes le bouchon, tu dois rester concentré, confia-t-il à L'Équipe. L'autre jour, mon frère a eu une touche énorme, le fil est parti à une vitesse incroyable. En même pas quarante secondes, la canne a cassé. C'était peut-être un barracuda ou une grosse daurade." Les gros poissons affrontés sur la scène européenne n'ont pas eu à craindre la vitesse de ce bon vieux Andrea, mais plutôt son expérience, lui qui joue à tous les postes de la défense sans se plaindre ni réclamer quoi que ce soit. 

 

José-Karl Pierre-Fanfan, interrogé par So Foot, décrit bien le bonhomme: "Ce déficit qu'il a sur le plan technique et athlétique, il le compense par son état d'esprit. Au lieu de nourrir un complexe, il a développé un côté agressif, meneur d'hommes et c'est un point fort. (...) Il ne se plaint pas parce que c'est un joueur intelligent, il a conscience du niveau de ses concurrents. (...) C'est l'un des rares à avoir connu la métamorphose du club. Il représente un supplément d'âme. Il a des caractéristiques particulières qui font de lui un joueur de club, de vestiaire ainsi qu'un relais pour l'entraîneur." Un profil précieux mais rare dans des équipes de premier plan. Malgré les victoires, Raggi n'a pas changé.

 

Ah, si. Son corps a un peu évolué puisqu'il s'est tatoué un logo customisé du club sur l'avant-bras droit. Un pari peut-être un peu stupide, mais aussi une preuve de son attachement à Monaco, qu'il a rejoint dans l'anonymat et dont il est désormais l'un des symboles: celui des joueurs de devoir qui permettent aux stars de briller. Qui réussissent à se faire aimer des supporters par leur volonté plus que par un niveau parfois hésitant. Une histoire commencée sur le tard qui est partie pour durer encore un peu.

 

Point fort

Il honore ses promesses.

 

Point faible

Il ressemble à un arbitre.

 

Le slogan de campagne

"Raggi, le Maradona des quatre pattes"

 

 

 

 

 

Sakai, inlassable

"You are fatigué?" demandait Laurent Paganelli à Hiroki Sakai lors d’une heureuse soirée où Marseille s’était montré sous son meilleur jour (4-0 face à Saint-Étienne). Eh non, Hiroki Sakai n’est jamais fatigué. L’international japonais est pourtant arrivé dans des circonstances qui avaient tout pour lui être défavorables.

 

 

 

Candidat au Ballon d’Eau fraîche, Sakai n’a joué qu’une seule saison dans la future Ligue 1 Conforama. Arrivé gratuitement l’été dernier dans un Marseille qui ne vivait pas encore son rêve américain, il avait pour tâche de tenir un couloir droit abandonné par Dja Djedje et Manquillo. Un Hiroki dans le désert en somme. Si le choix a pu en laisser plus d’un sceptique, c’est aussi parce que les Phocéens ont pris l’habitude de transformer leurs défenseurs en running-gag. Et cet élan de cruauté n’avait pas encore atteint le couloir droit de la défense, rare motif de satisfaction d’une saison morose. Sakai rejoignait donc ses futurs collègues Doria, Rekik et Rolando dans un projet encore moins clair que l’ère McCourt.

 

Une année est passée et Sakai a bien tenu son aile. D’autres vous diront qu’il a simplement tenu son rang. Arrivé comme un inconnu (qui partira assurément comme une légende), il était pourtant bien recommandé par ses employeurs japonais et allemands. Depuis ses débuts professionnels en 2010, Hiroki Sakai n’a jamais quitté son couloir droit, dans les bons moments comme dans les mauvais. Le natif de Kashiwa a participé à l’épopée du Kashiwa Reysol, passant de la J2 League japonaise à une demi-finale de Coupe du monde des clubs en dix-huit mois. Mais son dernier souvenir, avant son arrivée sur la Canebière, restera une relégation avec Hanovre. Si l’on ne peut pas encore préjuger de sa fidélité à Marseille, le fait de n’avoir connu que trois clubs à vingt-sept ans est un signe encourageant.

 

Sakai n’est pas fatigué. Ni par ses trente-quatre titularisations en Ligue 1, ni par le surnom de "Sushi" dont certains de ses coéquipiers l'ont affligé. Hiroki Sakai a réussi à s’intégrer là où Koji Nakata (vous vous demandiez sûrement quand allait venir la comparaison) a échoué. Les plus mesquins diront cependant qu’Hiroki n’a pas connu la neige. À l’aube de l’OM Champions Project, sa place ne semble pas être remise en cause et Sakai est parti pour remplier pour une année de loyaux services. Candidat surprise de ce Ballon d’Eau fraîche, Hiroki Sakai a assurément la carrure: un modèle d’intégration et de loyauté malgré la déferlante des éléments.

 

 

Point fort

Il efface enfin les empreintes de pas de Koji Nakata.

 

Point faible

Son nom déchaîne des jeux de mots affligeants.

 

Le slogan de campagne

"Hiroki, l'œil du tigre"

 

 

 

Partager

Le Ballon d'Eau fraîche


La rédaction
2017-07-31

Sirieix roi

Ballon d'Eau Fraîche 2016/17 – les résultats. C'est à sa troisième tentative que Pantxi Sirieix est enfin sacré, tout au bout de sa carrière. Une victoire aussi logique que méritée, à laquelle seul Cheick Diabaté aura résisté.


La rédaction
2017-07-19

Ballon d'Eau fraîche 2016/17 : le vote

Toutes les présentations des candidats ayant été publiées (lecture obligatoire), c'est le moment de voter pour la lauréat de la saison. Le bureau de vote est ouvert jusqu'au 30 juillet.


J. L. et syle
2017-07-18

Ballon d'Eau fraîche 2016/17, les candidats : Pantxi Sirieix et Florian Thauvin

Deux revenants pour clore les portraits des candidats… Sirieix qui revient pour la troisième fois, et Thauvin qui revient d'aussi loin que son "triomphe" au dernier Ballon de Plomb de l'histoire. 


>> tous les épisodes du thème "Le Ballon d'Eau fraîche"

Ni buts ni soumises

Ni buts ni soumises

Rêve orange

Classement en relief

classement en relief

Le générateur de classements

Sur le fil

RT @DomRousseauBlog: Avec Gérone FC, City Football Group contrôle six clubs et 175 joueurs sur quatre continents. https://t.co/c7YX4ZbAfw

Gestes, antigestes, minutes, observations, zone mixte, trophée Gravelaine, coin fraîcheur etc. La Gazette de la L1:… https://t.co/umR4bqwINU

RT @DomRousseauBlog: Foot. Dans un sondage, 88 % des supporters écossais se prononcent pour les places debout sécurisées. https://t.co/JIUx…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h21 - LYon Indomptable : On veut vraiment tester BéGé dans une course à handicaps ? En tout cas, ça va faire une... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 01h13 - Tricky : mr.suaudeau 23/08/2017 à 11h56 Une fois le Bac en poche, tu vas bosser ou au pire tu cherches... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 00h48 - C. Moa : La dernière conférence de presse d'Emery est assez intéressante, il y parle notamment du rôle... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 00h33 - Jean Luc Etourdi : Si j'en crois Wiki ils jouent dans une ARENA. ... ... ... AAAAAAAAAAAAAAAAARGH >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 00h15 - cocobeloeil : Sinon on pourrait pas remettre Prior à la place de l'imposture Costil? En lui ordonnant de ne... >>


Futebol lusitano

23/08/2017 à 23h22 - theviking : Je suis trop ignorant du portugais (que j'adore) pour comprendre : c'est quoi l'insulte qu'il lui... >>


Foot et politique

23/08/2017 à 22h53 - theviking : Minute Voici/Gala Jupiter est en couple avec Junon, tandis que Zeus est maqué avec Héra(il... >>


Parties de campagne, bières, et football...

23/08/2017 à 22h31 - Bourrinos : [LYON] LdC S-1 Plaine des Jeux de Gerland, dimanche 27 août, 9h30 : - bala canari - Cris... >>


Bréviaire

23/08/2017 à 21h47 - JauneLierre : A moins qu'on nous raconte un boban >>


CdF Omnisport

23/08/2017 à 21h41 - Gazier : Mouais, une course de côte de 2km. C'est vachement quand tu rentres du boulot à 17h30. On est à... >>


Les brèves

Plus dans les petits papiers

"Toifilou Maoulida quitte Tours." (lequipe.fr)

Attaque avortée

"Il défendait avec une aiguille." (lequipe.fr)

Bel essai, Bastien !

"U21 : Bastien arbitrera la finale." (lequipe.fr)

Mais qu'est-ce tu bois DD dis donc ?

"Une chanson d'Oasis en hommage." (lequipe.fr)

Lama pas content

"Bernard Lama : sa terre, sa colère." (lequipe.fr)