auteurs
Christophe Zemmour & Richard N

> article précédent

Tendu comme un stream

> article précédent

Qui vole un neuf

Banks 1970, l'arrêt du siècle

Un jour, une parade – Le 7 juin 1970, à Guadalajara, le roi Pelé marque un but que le gardien anglais Gordon Banks annule d'un réflexe extraordinaire. L'histoire a retenu qu'il s'agit du plus bel arrêt de tous les temps.

Partager

 

Bobby Moore et Alan Mullery jurent avoir entendu Pelé crier "Gol!" Et le Roi lui-même a levé les bras. La reprise de la tête du Brésilien est si pure, si précise, qu’elle ne peut précéder qu’un but. Ce 7 juin 1970, dans l’ambiance bruyante et colorée du stade de Guadalajara, Pelé ne marque pourtant pas.

 

Par la grâce d’un réflexe ahurissant, Gordon Banks se détend au pied de son poteau et boxe le ballon au-dessus de sa barre transversale. Le public est stupéfait. Banks se relève sans se départir de son flegme habituel. Il se replace pour le corner. Il ignore encore que cette parade l’a fait entrer pour de bon dans la légende.

 

 

Most famous save

C’est, dit-on, le plus bel arrêt de l’histoire du foot, “le plus grand que Pelé ait vu” comme Banks le confie dans son autobiographie. Un geste qui, pourtant, ne lui ressemble pas. Lui a au contraire toujours privilégié l’efficacité du geste plutôt que ce genre de parades spectaculaires. De son mètre quatre-vingt-trois, il cultive la science du placement, se contente de faire un boulot propre et n’use de la claquette que par nécessité.

 

 

Le plus bel arrêt du monde, vraiment? Forcément, d'un point de vue purement technique, on peut toujours s'interroger. Est-ce qu'un réflexe, après tout conditionné par dix ans de foot de haut niveau, vaut mieux qu'un placement intelligent, une anticipation bien calculée? Combien de gardiens passés et futurs n’ont-ils pas réalisé d'arrêts encore plus difficiles, encore plus spectaculaires?

 

En fait, il faut replacer l'exploit de Gordon Banks dans son contexte. Comme l’a écrit Nick Hornby, la Coupe du monde 1970 est le tournoi de tous les superlatifs. Le plus beau Mondial remporté par la plus belle équipe et le meilleur joueur de l'histoire. On a vu sur les pelouses mexicaines la plus belle prolongation de l'histoire, le plus beau tacle, la plus belle feinte, le plus beau lob, la plus belle passe décisive, alors pourquoi pas le plus bel arrêt de l'histoire?

 

Cela n'enlève bien entendu rien au mérite du gardien de Stoke City. Le plongeon un peu vers l’arrière fait tout le génie de cette parade, puisqu’il lui permit d’avoir l’infime fraction de seconde pour profiter du rebond du ballon. Une question demeure: si l’auteur du coup de tête avait été un autre que Pelé, parlerait-on toujours autant de cette détente?

 

 

L'aura du Roi

En ce mois de juin mexicain, le meilleur joueur du monde jouit en effet d’une telle aura qu’elle semble rejaillir sur ses adversaires et notamment les gardiens: Viktor le Tchécoslovaque, Mazurciewicz l’Uruguayen, Banks l’Anglais...

 

 

Ce Brésil-Angleterre du 7 juin 1970 était plus que la rencontre phare du premier tour du Mundial mexicain. Il opposait les deux derniers pays champions du monde et mettait en scène une passation de pouvoir. Malgré son arrêt mythique face à Pelé, Gordon Banks ne pourra empêcher le Brésil de l’emporter (1-0) sur un but de Jaïrzinho à l’heure de jeu.

 

Le tournoi se poursuit malgré tout pour les hommes d’Alf Ramsey, qui retrouvent l’Allemagne de l’Ouest en quarts de finale. Gordon Banks doit malheureusement déclarer forfait, victime d’une tourista. La RFA l’emportera 3-2.

 

Banks s’est éteint le 12 février dernier, au bout d’une vie qui l’aura vu embrasser une carrière de gardien de but presque par hasard, alors que, plus jeune, il transportait des sacs de charbon et devenait apprenti maçon. Une pauvreté qui l’a longtemps éloigné du football professionnel, de ses stades, de ses codes. Cela ne l’aura pas empêché d’en écrire l’un des moments les plus emblématiques.

 

Partager

> déconnerie

La conquête des Féroé

> Dossier

Histoire FC

Un jour, une parade


Christophe Zemmour
2015-05-25

Dudek 2005, double détente

Un jour, une parade — Parmi tous les faits qui ont participé au "Miracle d’Istanbul", il y a dix ans jour pour jour, il y a l’invraisemblable double arrêt de Jerzy Dudek face à Andryi Shevchenko en toute fin de prolongation. Aussi décisif qu’inattendu.


Christophe Zemmour
2014-10-24

Zamora 1936, la poussière divine

Un jour, une parade – Le 21 juin 1936, en finale de la Copa del Rey, Ricardo Zamora effectue un arrêt aussi confus que décisif en faveur du Real Madrid face au FC Barcelone. Ancienne gloire catalane, il signe là une dernière parade légendaire, à la veille de la Guerre d’Espagne. 


Richard N
2014-02-05

Landreau 2002, l'arrêt sur le côté

Un jour, une parade – Le 8 décembre 2002, au cours d'un PSG-Nantes de Coupe de la Ligue, Mickaël Landreau réalise face à Ronaldinho un des arrêts les plus invraisemblables du foot français.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, une parade"

Sur le fil

Podcast : l’OM, droit au flop (stratégique ?) - https://t.co/t34aOuM8MT via @Julien_Pillot

RT @lemonde_sport: Coupe du monde de football 2019 : un festival de films pour casser les préjugés https://t.co/wiZNL0mR7F

RT @LaurentFavre: Un supporter peut classer sans erreur les suffixes patronymiques suédois, norvégiens, finlandais, islandais, lituaniens.…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Espoirs, des bleus et des verts

aujourd'hui à 19h11 - Lucho Gonzealaise : C'était le match d'ouverture, c'est ça ? Je t'avoue que je me suis tapé une vilaine migraine à... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 19h05 - Pascal Amateur : T'arriverais pas à me trouver un lien là, je serais assez curieux de l'entendre. (Je trouve pas... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 18h54 - Balthazar : C'est peut-être ridicule par rapport à d'autres interdictions, mais j'ai souvenir d'au moins une... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 18h54 - Cush : Normalement c'est corrigé, merci de me l'avoir signalé. Tu peux voter à nouveau et je ne... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 18h47 - Redalert : Merci de me faire découvrir Harlem-Eddy Gnohéré dit « Bison ». Un blaze pareil, c'est top... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 18h44 - Redalert : Vous avez pas vu de foot à GG cette saison ? >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 18h35 - Redalert : Et on nous annonce Laurent Koscielny pour remplacer Mexer. Ça a de la gueule, s'il peut encore... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 18h31 - Redalert : Un peu comme Cleveland quoi! >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 18h22 - Franco Bas résilles : ulowaujourd'hui à 15h00(mais j'ai commencé et lâché deux fois l'Homme sans qualités avant... >>


Marinette et ses copines

aujourd'hui à 17h48 - CHR$ : Je propose de titulariser Kadidiatou Diani dans l'axe à la Coupe du monde. Et puis ça fera de la... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)