auteur
Christophe & François Zemmour

Du même auteur

> article suivant

L'invention du consultant

> article précédent

Revue de stress #158

Batistuta, à cœur et à cri

Camp d’éloges – Le souvenir de Batigol est vivace. Il est à la hauteur des émotions que cet emblématique attaquant a su offrir tout au long de sa carrière.

Partager

 

L'un des plus beaux accomplissements auxquels peut prétendre un footballeur est de laisser une trace indélébile dans le cœur des passionnés. Une empreinte de son passage, une marque de son époque. Gabriel Omar Batistuta fait partie de ceux-là, lui l'attaquant au charisme de prophète et au tempérament de guerrier. Parce qu'au-delà du simple aspect statistique, Batigol est aussi le témoin d’un temps, un héritage esthétique, une émotion inoubliable.

 

 

Une légende, partout

S’il est un club auquel Batistuta est viscéralement et inlassablement attaché, c’est évidemment la Fiorentina. Il est une icône absolue de la Viola, où ses premiers pas furent des plus difficiles. Mais l’homme est un seigneur et reste au club malgré la relégation en Serie B en 1993. La remontée est immédiate et Batigol gagne définitivement l’amour des tifosi. Dès 1996, on lui bâtit une statue, sur laquelle il est inscrit: “Il est un guerrier qui ne se rendra jamais, dur au combat mais à l’âme juste.

 

 

En Toscane, Batistuta aura donc incarné une époque de la Fiorentina à la fois battante et romantique, capitaine d’une belle équipe qui aura notamment compté le délicieux Rui Costa, Francesco Toldo ou encore Enrico Chiesa. Une formation aux maillots Nintendo, sympathique et unique, qui occupera régulièrement les places d’honneur en Serie A, et signera quelques jolies victoires sur la scène européenne.

 

L’homme est un leader juste et exemplaire, comme lorsqu’il défendit publiquement son entraîneur Giovanni Trapattoni, proche de la démission, avant une rencontre de C1 face à Arsenal lors de laquelle il signera l’un de ses buts les plus exquis.

 

Batigol jouissait d’une aura authentique, sur et en dehors du terrain. Une gueule de prophète qui impressionna le jeune Daniele De Rossi dans le vestiaire de la Roma: “Quand Batistuta arrivait, il y avait une lumière... Une lumière merveilleuse.” C’est avec le club de la Louve qu’il remporte le Scudetto en 2001, incarnant par la même occasion le transfert le plus cher pour un joueur âgé de plus de trente ans. Batigol, c’est aussi cet âge doré du championnat italien roi, personnage principal de L'Équipe du dimanche.

 

En somme, il représentait beaucoup de choses, en premier lieu ces années 90 dont il fut sans doute l’un des plus grands attaquants avec Ronaldo et Romario. Il est aussi de la dernière génération argentine à avoir remporté un titre majeur en sélection (hors JO), avec les Copa América décrochées en 1991 et 1993. Il y inscrivit un doublé en finale face au Mexique lors de la dernière.

 

Il est des regrets en Coupe du monde, quand bien même il y aura planté la bagatelle de dix pions et restera le meilleur buteur de l’histoire de l’Albiceleste (56 réalisations en 78 rencontres) avant l’avènement d’un certain Lionel Messi.

 

 

Un avant-centre modèle

Batigol était un attaquant racé, dans la pure tradition argentine, façonné par Marcelo Bielsa, “celui qui [lui] a tout appris”, qui transforma “le gros” qu’il était, qui fit de lui un “professionnel”. Diego Maradona le considère même comme “le meilleur avant-centre [qu’il ait] vu évoluer”. Amoureux du jeu en première intention et des gestes spectaculaires, doté d’une grosse frappe, il jouissait d’un très bon placement et excellait dans les appels et le jeu sans ballon.

 

Derrière ce canonnier à la force prononcée se cachait en réalité un footballeur très complet, adroit des deux pieds, habile dos au but, calme en face-à-face avec le gardien et, surtout, capable de marquer sur coups francs. Il n’avait pas besoin de beaucoup d’occasions, quand il ne les créait pas lui-même comme l’atteste, encore, le pion face à Arsenal, la dernière grande réalisation que l’ancien Wembley aura connue.

 

Outre sa frappe en angle fermé, ce qui stupéfie et témoigne d’un réel instinct, ce sont cette rapide prise de décision, la genèse de cette occasion qui semble a priori ne même pas exister.

 

 

Parce que le football de Batistuta était surtout cela: une forme primitive voire bestiale. Il était un “tueur de lapins” comme le surnommait l’historien du foot Cris Freddi. Jusque dans ses célébrations mitraillettes rugissantes, la candeur qui s’en dégageait était attendrissante et revigorante, créait des émotions viscérales. Une joie pure, comme pouvait l’afficher par exemple un Pippo Inzaghi.

 

Et ce n’est finalement pas une surprise si Batistuta est l’idole de Luis Suárez, dont il est réciproquement fan et en qui il se reconnaît d’ailleurs: “C’est lui qui ressemble le plus au joueur que j’étais… Il se bagarre avec les défenseurs, il les écrase, il fait le sale travail que moi aussi je faisais. Je me vois en lui quand je le regarde jouer.

 

C’est cette synthèse réussie entre caractère et style qui a probablement fait de Batigol un footballeur si consensuel. L’héritage esthétique de Gabriel est indéniable, lui qui a fourni tant de golazos ayant marqué la rétine. Il ne faut pas non plus en oublier la composante statistique: entre 1994 et 2001 par exemple, il tourne autour de la vingtaine de buts par saison en Serie A, une performance d'une régularité remarquable dans le championnat italien d’alors.

 

En mai 2000, il inscrit un triplé face à Venise pour la Viola… juste avant d’en partir. Déjà bandiera du club, il en devient le meilleur buteur de tous les temps. Il fond alors en larmes...

 

 

Une émotivité à fleur de peau

Des pleurs qui trouvèrent un écho quelques mois plus tard, quand il marqua le seul but, somptueux, de son premier Roma-Fiorentina. Un match plein de “pensées conflictuelles” et une réalisation qui fut un déchirement pour lui: “Je ne peux pas dire que je suis heureux d’avoir marqué contre mes anciens coéquipiers”. Sa réaction respectueuse, sincère et touchante est loin des non-célébrations excuses dont nous sommes désormais abreuvés.

 

 

Une émotion similaire l’envahit lorsqu’il fut intronisé au Hall of Fame de la Fiorentina. Gabriel est de toute manière un homme sensible: “Je suis toujours ému par les petites choses de la vie: quelque chose que mes enfants vont faire ou ma femme va dire, un coup de fil de mes parents, d’un ami, une chanson, un film. J’ai une boule dans la gorge quand je vois une personne âgée en difficulté.” Batistuta a connu des moments douloureux après avoir raccroché les crampons.

 

Les infiltrations au cours de sa carrière se sont multipliées, ses cartilages et ses tendons se sont progressivement détruits. Une souffrance qui lui fit entrevoir l’amputation comme seul soulagement possible, mais cette solution fut finalement écartée. Il y a là de quoi rendre définitivement cet homme attachant. Et de l’aimer, à son image: avec force et passion.

 

 

 

 

En précommande chez Fnac et Amazon, (mais préférez toujours votre libraire indépendant).
Pour le commander ou savoir où le trouver, cliquez.
Pour fêtez ça, venez boire un coup avec nous, samedi 19 aux Ours à Paris.
 

Partager

> déconnerie

Raymond et merveilles

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Sean Cole
2019-03-28

Ashley Cole, la mauvaise réputation

When Saturday Comes – Malgré plus de cent sélections en équipe d'Angleterre et une vitrine pleine de trophées, l'arrière gauche, injustement mésestimé, n'a jamais pu se débarrasser de son image de mercenaire.


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


Christophe Kuchly
2019-03-19

Le journal du jeu #13 : marche arrière sévillane, fuite en avant pour Sassuolo

Adama Traoré bat-il Sead Kolasinac au bras de fer? • Séville: gonfler le bloc • Sassuolo: le risque permanent


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @qvtreize: La vidéo dans le rugby, c'est parfois à la sauce du réalisateur. (Dans @Telerama fin janvier, @mbezbakh) https://t.co/dVrI31M…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Bjeurk

"Un maillot collector contre l'Islande." (lequipe.fr)

Décision de Lacour Martial

"La justice refuse le prénom Griezmann Mbappé." (lequipe.fr)

Gastrique Bertrand

"Comment le PSG a digéré ses éliminations." (lequipe.fr)

Flop chef

“L1-Gourvennec : ‘On n’a pas mis les ingrédients’.” (l’équipe.fr)

Ravons plus grand

“De l’ecstasy dans le drapeau du PSG.” (ouest-france.fr)