auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Le geste fair play du week-end

> article précédent

Diego Maradona était inarrêtable

Bossis 1982, cheikh point à Valladolid

Un jour un but – En soixante-seize sélections en équipe de France, Maxime Bossis n'a inscrit qu'un seul but. C'était le 21 juin 1982 à Valladolid, pendant la Coupe du monde en Espagne, face au Koweït.

Partager

 

Depuis le début de la deuxième période, l'équipe de France mène 3-0 et déroule tranquillement sur la pelouse du stade José-Zorilla à Valladolid. Son adversaire, le Koweït, est complètement dépassé et n'est finalement pas à la hauteur de ce qu'il avait laissé entrevoir lors de son premier match, lors duquel il avait accroché (1-1) la Tchécoslovaquie.

 

 

 

Savourer l'instant

Les hommes de Michel Hidalgo se rassurent. La nette victoire qui se dessine efface l'entrée ratée, cinq jours plus tôt, à Bilbao face à l'Angleterre (1-3). La défense passe une rencontre assez tranquille. Sur son côté gauche, Maxime Bossis est d'humeur offensive. À la soixante-neuvième minute, il est au milieu du terrain et combine avec Alain Giresse. Le Bordelais lance le Nantais seul vers le but, la défense koweïtienne ayant encore joué le hors-jeu de manière approximative.

 

Maxime Bossis honore alors sa trente-neuvième sélection et n'a jamais inscrit le moindre but en équipe de France. Lancé seul tel un attaquant, il a tout le loisir de savourer l'instant. Le gardien adverse, Al-Tarabulsi, s'avance pour s'opposer au Vendéen, mais celui-ci le contourne d'un dribble assuré. Puis, il frappe dans le but vide, du gauche, à ras de terre. 4-0 pour la France.

 

Le latéral nantais affiche une joie contenue. Il court le poing levé et attend ses coéquipiers. Il descend brutalement de son nuage: l'arbitre, M. Stupar, n'accorde pas le but, sans doute pour un hors-jeu (que ne confirmera pas le ralenti). Le sentiment d'injustice est d'autant plus fort que pour Max Bossis, l'occasion ne se représentera pas sans doute pas de sitôt. Le Nantais n'en fait pas un drame et se replace. Il reste vingt minutes à jouer et une victoire à assurer.

 

 

Colère mythique

Ce n'est pas la seule péripétie de cette rencontre un peu décousue. Dominés de toutes parts, les joueurs du Golfe parviennent pourtant à réduire l'écart sur un but bien construit conclu par Al-Buloushi. Puis vient l'épisode le plus ahurissant de l'histoire de la Coupe du monde: un but de Giresse, à la 80e minute, accordé par l'arbitre mais contesté par les joueurs koweïtiens en raison d'un coup de sifflet venu des tribunes. Ceux-ci restent au bord du terrain et refusent de reprendre la partie. Ils sont soutenus dans leur démarche par le président de leur fédération, le puissant Cheick Fahd, qui descend lui-même de la tribune officielle pour aller dire son fait à l'arbitre. Et chose incroyable, l'arbitre soviétique revient sur sa décision! Le jeu reprend après une dizaine de minutes de palabres surréalistes ponctuées une colère mythique de Michel Hidalgo.

 

Le match se poursuit sans incident jusqu'à son terme. Il reste quelques secondes à jouer et alors qu'on s'indigne encore du scandale, Gérard Soler mène une dernière offensive. Le futur Toulousain donne le ballon sur sa gauche à Max Bossis. Le Nantais entre dans la surface, s'engage dans une série de dribbles sur le côté gauche, atteint la ligne de but et crochète une dernière fois un défenseur. À ce moment-là, il n'a plus qu'à donner le ballon à un coéquipier mieux placé, mais le Nantais se sent un appétit de buteur. Tel un renard aguerri, il trouve un trou de souris entre les jambes du gardien koweïtien et frappe. Cette fois, le quatrième but de l'équipe de France est bel et bien validé.

 

 

 

 

Plaisir égoïste

Ce but a quelque chose d'une revanche sur les petites contrariétés qui n'ont pas manqué au cours de ce match. Une revanche sur le but refusé à Giresse par l'intervention du Cheick, bien sûr. Mais pour Bossis, une revanche personnelle sur le but qu'il avait inscrit une demi-heure plus tôt, lui aussi injustement refusé.

 

"Ma joie a été en partie gâchée par la première décision de l'arbitre. Le but refusé m'avait procuré plus de plaisir que le second", racontera Max Bossis dans Maxi-Max, le livre de Jean-Marie Lorant, sorti deux ans plus tard. "Le buteur est au bout de la chaîne, à l'aboutissement de l'action, ajoute-t-il. Sa joie, il a beau la partager avec toute l'équipe, remercier l'auteur de la dernière passe, elle n'est pas la même. Le buteur éprouve un petit plaisir personnel, un peu égoïste, mais tout à fait normal. Marquer un but, c'est réellement une joie extraordinaire." Après cet épisode espagnol, il ne la ressentira plus jamais avec le maillot bleu.

 

Partager

Un jour, un but


Richard N
2017-05-16

Houchen 1987, le soleil de Coventry

Un jour, un but – Le 16 mai 1987, sous le soleil de Wembley, l'Anglais Keith Houchen inscrit d'une tête plongeante acrobatique un but qui lance le club de Coventry vers le seul grand titre de son histoire, la FA Cup.


Richard N
2017-03-16

Fairclough 1977, supersub strikes again

Un jour un but – Le 16 mars 1977, un remplaçant aux cheveux roux stoppe l'épopée de l'AS Saint-Étienne et lance celle du FC Liverpool.


Richard N
2016-12-27

Eder 2016, comme un papillon de nuit

Un jour, un but – Le 10 juillet 2016 au Stade de France, la frappe de l'attaquant portugais Eder fait mouche et brise le rêve d'un troisième sacre européen pour l'équipe de France.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @VuduBancPodcast: NOUVEAU #Ligue1 #PSG #OL #OM #ASM #AFC #MUFC 📻🎙️⚽️ Saison 3, Episode 22 : Qui finira deuxième de Ligue 1 ? https://t.…

RT @PaladarNegroWeb: Cronología Visual de @Ronaldo en Videojuegos https://t.co/eMsU0whMrO

RT @bhelleu: Facebook prépare son offensive dans l’univers des droits TV sportifs ! https://t.co/HIcVCvV1yY via @ecofoot

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 02h06 - A la gloire de Coco Michel : Je ne retrouve plus le nom du gardien qui avait provoqué la blessure d'un attaquant (les croisés... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 01h17 - Tricky : Sens de la dérision23/01/2018 à 13h04J'espère que ce Professeur des universités (il a l'air... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h38 - Milan de solitude : Misères et splendeurs des longs-métragesL'accueil des premiers Godard était très mauvais, je... >>


Et PAF, dans la lucarne !

23/01/2018 à 23h54 - Westham : Vivement une Dino liste de ses vidéos préférées par catégorie. >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

23/01/2018 à 23h44 - Anglachel : Dino Diniaujourd'hui à 20h41Tout comme toi, l'heroic-fantasy me laisse de marbre (alors que j'aime... >>


Aimons la Science

23/01/2018 à 23h42 - Milan de solitude : C'est un cas de figure qu'on ne peut retrouver que lorsque les recherches tiennent à l'unicité du... >>


Manette football club

23/01/2018 à 23h41 - newuser : Lucho Gonzealaiseaujourd'hui à 01h34On était beaux !!On avait même monté un championnat et des... >>


Café : "Au petit Marseillais"

23/01/2018 à 23h13 - djay-Guevara : C'est un fait ou une image? >>


O TéFéCé

23/01/2018 à 23h09 - Yul rit cramé : Sans compter que du coup, ça tombe une veille de match, un fait rare.Pas la meilleure préparation... >>


Coupe de France

23/01/2018 à 22h41 - PCarnehan : Par contre, les fumigènes, c'est moins étonnant et plus contrôlé, à Épinal, de la part des... >>


Les brèves


Fahrenheit 4-5-1

"Quand la température monte entre joueurs et arbitres." (lequipe.fr)

Gigi, larmes rosso’

"Les tifosi de l'AC Milan ont fait craquer Gigi Donnarumma qui a fondu en larmes." (lequipe.fr)

Téléteubé

Lala : ‘Des erreurs bêtes’. (lequipe.fr)

Pibe de horror

"Une statue de Maradona complètement ratée." (libé.fr)

Se sortir les rince-doigts

"Les joueurs d'Everton privés de repas de Noël." (lequipe.fr)