auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

When George was the best

Bracigliano 1985, le champ du Partizan

Un jour un but – Le 6 novembre 1985, en seizièmes de finale de la Coupe de l'UEFA, le Nantais Vincent Bracigliano s'offre un slalom étourdissant dans la défense du Partizan de Belgrade.

Partager

 

D'abord le geste de Vahid Halilhodzic. Sur une passe adressée de l'arrière par William Ayache, le buteur nantais s'est replié sur la ligne du milieu de terrain, entraînant avec lui son garde du corps. Il laisse subtilement passer le ballon, peut-être l'a-t-il dévié ou seulement effleuré, mais il a lancé Vincent Bracigliano plein champ dans la défense du Partizan.

 

 

La complainte du Partizan

L'ex-Messin pousse son ballon un peu loin et se retrouve nez à nez avec Capljic. Celui-ci tacle trop rapidement alors que le Nantais crochète dans l'autre sens. Radanovic se met sur la trajectoire mais se fait mystifier par un grand pont. Bracigliano entre dans la surface, coté gauche, et retrouve Radanovic qui n'a pas lâché l'affaire. Le Nantais crochète le Yougoslave et s'ouvre la voie du but. Dans un ultime effort, le numéro 6 nantais voit Omerovic, le gardien aux abois, plonger un peu au hasard. Il le lobe d'une frappe de l'intérieur du pied droit.

 

 

 

 

C'est une explosion de joie qui secoue le stade de la Beaujoire. Depuis une heure, son équipe récite un match parfait qui noie les illusions de son adversaire. Jorge Burruchaga a ouvert le score après un quart d'heure, Loïc Amisse l'a doublé en début de seconde période. Le but de Bracigliano, à la 57e minute exactement, scelle pour de bon la qualification du FC Nantes. Il est inscrit de manière exceptionnelle par un joueur voué aux tâches obscures, mais qui ne dédaigne pas faire le buteur quand l'occasion se présente.

 

 

Recrutement intelligent

Vincent Bracigliano n'est pas un pur produit du FC Nantes. Au contraire, il n'a rejoint la maison jaune qu'en début de saison, après avoir longtemps joué au FC Metz. L'équipe de Jean-Claude Suaudeau avait subi une nouvelle saignée durant la période des transferts, voyant partir des éléments importants comme Maxime Bossis, Michel Bibard et Fabrice Poullain. Mais une fois n'est pas coutume, le club nantais avait réussi un recrutement intelligent en attirant Bracigliano, mais aussi le Breton Yvon Le Roux et l'Argentin Jorge Burruchaga.

 

Les trois joueurs se sont rapidement fondus dans le collectif nantais, qui a démarré la saison dans la roue d'un PSG irrésistible. Les puristes ont reproché à Jean-Claude Suaudeau une option légèrement plus défensive qu'à l'accoutumée, et surtout d'avoir exagérément musclé sa défense centrale en associant Le Roux à Michel Der Zakarian. Une simple période de réglage. Ce 6 novembre 1985, Nantes trouve sa vitesse de croisière et son jeu irrésistible. Loïc Amisse inscrit un quatrième but en toute fin de match, et clôt une soirée que même Jean-Claude Suaudeau, le croirez-vous, estime parfaite.

 

 

Les rêves les plus fous

Tandis que le sourire ravageur de Vincent Bracigliano illumine les écrans de télévision, le FC Nantes se prend à rêver d'un parcours européen comme il n'en a plus connu depuis 1980. Le club nantais s'est rapidement retrouvé seul à porter les espoirs du foot français, puisque les quatre autres clubs engagés (Bordeaux, Monaco, Auxerre et Metz) ont été sortis dès le premier tour. La victoire impeccable face au Partizan, diffusée sur la première chaîne, a nourri un début de passion nationale pour les Canaris.

 

Vincent Bracigliano sait qu'en Coupe d'Europe, les rêves les plus fous sont permis: n'était-il pas quatorze mois plus tôt au Camp Nou avec l'équipe du FC Metz qui réalisa un exploit encore plus insensé?

 

 

 

Partager

Un jour, un but


Richard N
2017-05-16

Houchen 1987, le soleil de Coventry

Un jour, un but – Le 16 mai 1987, sous le soleil de Wembley, l'Anglais Keith Houchen inscrit d'une tête plongeante acrobatique un but qui lance le club de Coventry vers le seul grand titre de son histoire, la FA Cup.


Richard N
2017-03-16

Fairclough 1977, supersub strikes again

Un jour un but – Le 16 mars 1977, un remplaçant aux cheveux roux stoppe l'épopée de l'AS Saint-Étienne et lance celle du FC Liverpool.


Richard N
2016-12-27

Eder 2016, comme un papillon de nuit

Un jour, un but – Le 10 juillet 2016 au Stade de France, la frappe de l'attaquant portugais Eder fait mouche et brise le rêve d'un troisième sacre européen pour l'équipe de France.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @jeromelatta: "Le maillot national, une zone à défendre contre les sponsors?" Ma chronique chez @lemonde_sport - https://t.co/5jifEwtP08…

RT @StanTouchot: Ca c'est superbe. La VAR sponsorisée au Mondial. Par une boîte de paris en ligne, ça serait l'idéal, je pense. https://t.c…

À Lyon, un virage en pente douce: le supportérisme au pluriel de Générations OL. Nouvel épisode de la tournée… https://t.co/1IHMJnxB2E

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves


Fahrenheit 4-5-1

"Quand la température monte entre joueurs et arbitres." (lequipe.fr)

Gigi, larmes rosso’

"Les tifosi de l'AC Milan ont fait craquer Gigi Donnarumma qui a fondu en larmes." (lequipe.fr)

Téléteubé

Lala : ‘Des erreurs bêtes’. (lequipe.fr)

Pibe de horror

"Une statue de Maradona complètement ratée." (libé.fr)

Se sortir les rince-doigts

"Les joueurs d'Everton privés de repas de Noël." (lequipe.fr)