auteur
Mangeur vasqué

Du même auteur

> article suivant

Les demoiselles de Reims

> article précédent

Port-Saïd, match retour

> article précédent

Ligue 1 / Journée 22 : la Gazette

C'est pas sorcier : Lars Elstrup

Pour raconter l'histoire un peu hardcore du Danois Lars Elstrup, de Brondby à une secte anarcho-bouddhiste, il fallait bien deux célèbres vulgarisateurs de télévision.

Partager

[Jamy déboule dans le camion, en ayant l’air de chercher Fred]

 

Alors, il est où Fred? Voyons voir...
[Il ouvre son ordi portable et voit Fred à quatre pat’ sur Trafalgar Square en train d’inspecter le sol à la loupe, au milieu des touristes]
Fred, oh ben ça alors, t’es à Londres! Mais qu’est-ce que tu fais à jouer les Sherlock Holmes avec ta loupe par terre au milieu des pigeons! Je vois, Monsieur fait un séjour linguistique chez les Anglais.

 

 

No, no, Jamy. Je suis ici pour enquêter sur le dernier footballeur à avoir déféqué en plein Trafalgar Square par un bel après-midi de juillet 2001, un Danois.
Ne serait-ce pas Lars Elstrup par hasard?

 

Effectivement Jamy. Mais c’est bizarre, un Danois qui voyage de Scandinavie rien que pour couler un colombin. Alors Jamy, comment ça marche le Lars Elstrup?
[Jamy sort une carte de l’Europe du Nord, avec sirènes, moulins, polders, vaches, terrains de foot et footballeurs Manifoot tous blonds]
Et bien Fred, explications. Lars Elstrup est un buteur-né qui débute au Randers Freja dans son Danemark natal. Il est si prolifique que le grand Brondby, champion en titre, le fait venir en fin de saison 1985-86. Elstrup y dispute 7 matchs et à l’été 1986, il file à Feyenoord, où il joue le haut de tableau de la D1 néerlandaise pendant deux saisons. Mais la sauce hollandaise ne prend pas. Alors été 88, il repart au Danemark, à Odense, où il se refait une belle santé, en signant 17 buts en 28 matches, et permet ainsi au club de conquérir le titre national en 1989.

 

Ah, je vois. Mais Jamy, le footballeur danois, il est sain, poli, propre, bosseur et tout et tout, alors pourquoi celui-là il défèque partout comme ça? C’est à cause de leur écologie?
Et bien Fred, en quelque sorte, oui. À cette époque le footballeur danois sait se tenir et vers 1988-89, notre Lars est tout ce qu’il y a de plus sain, il n’a encore jamais dérapé.

 

C’est quand qu’il commence à partir en smörgåsbord alors?
[Jamy sort une carte d’Europe du Nord avec un ferry ridicule, des petits bonshommes très blonds et des vaches danoises pas du tout folles]
Et bien Fred, examinons cette carte. Le 1er juillet 1989, Lars Elstrup prend le ferry pour l’Angleterre, et arrive à Luton Town, un club situé à 25 kilomètres au nord de Londres. Certains experts n’hésitent pas à dater le dérèglement à cette époque.

 

Pourquoi, il s’acclimate mal?
Mais non Fred, le problème c’est que l’entraîneur qui l’a fait signer à l’été 89, Ray Harford, se fait virer en janvier 90, et son remplaçant, Jim Ryan, a du mal à accrocher avec lui au départ. Il ne le fait pas jouer dans les matches importants, Lars perd confiance. Heureusement, Jim Ryan décide progressivement de le faire jouer, quasiment tous les matches de la saison 1990-1991.

 

Mais Jamy, il vaut quoi niveau football, Lars Elstrup?
Sa deuxième saison à Luton est une réussite, il marque 18 buts en 44 matches, et devient la coqueluche des supporters. Ses buts permettent à ce petit club de se maintenir en D1. En tout, il marque 27 buts en 60 rencontres à Luton sur deux saisons.

 

Il est sacrément bon, non?
Effectivement Fred, Lars est un très bon joueur de tête, excellent finisseur et il possède une pointe de vitesse fulgurante. D’ailleurs, sans lui, Luton descendra l’année suivante. Tous les supps de Luton se souviennent d’un match contre Nottingham Forest, où il marque un but en laissant sur place l’international anglais Des Walker, réputé pour être l’un des défenseurs les plus rapides de l’époque. Il signe aussi un hat-trick contre Norwich cette saison-là.

 

Et alors, qu’est-ce qu’il fait après Luton en 1991?
[Jamy reprend sa carte avec ses ferries, rebouge tous ses bonshommes blonds et sains, ainsi que les vaches, qui tirent une sale gueule]
Malgré le maintien de Luton en D1, le nouvel entraîneur, David Pleat, ne veut plus de Lars et le renvoie à Odense été 1991, où il inscrit 24 buts en 44 matches. Il gagne l’Euro 92 en Suède, en inscrivant notamment le but victorieux contre la France en poule. Un an après, il met fin à sa carrière, à seulement trente ans.

 

Oh ben ça alors, Jamy, ça fait jeune. Et il fait quoi?
En octobre 93, il rejoint une secte anarcho–bouddhiste, située sur l’île de Funen, près d’Odense.

 

Une secte! Et Jamy, ça marche comment une secte?
[Jamy sort une énorme maquette d’île, avec des bâtiments de ferme, des chèvres, des oies et plein de petites figurines blondes, toutes nues]
Et bien Fred, regarde, c’est très simple. Cette secte s’appelle la compagnie de l’Oie Sauvage. Il y a un leader bien allumé, un Anglais, Michael Barnett, et vingt adeptes, surtout des femmes qui se promènent nues.

 

Ah ben Jamy, c’est comme au Cap d’Agde alors?
Oui mais c’est une secte, pas un camp de naturistes. Une fois arrivé, Lars Elstrup change son nom en Darando, qui signifie "Le fleuve qui se jette dans la mer". Elstrup vénère alors son gourou et déclare: "Michael m’a beaucoup aidé, il est mon Maître. Nous méditons ensemble et explorons notre beauté intérieure. Je n’ai nul besoin du monde extérieur pour vivre”.

 

Oh ben ça alors, c’est hyper fraternel. Mais Jamy, dis-moi, les sectes, ça fait pas des orgies ça?
Effectivement Fred, tu as raison, c’est même leur raison d’être. Mais on ne peut pas vivre que d’orgies et de Carlsberg fraîche, alors, nos fermiers trouvent une solution: ils siphonnent le compte bancaire de Lars Elstrup. Ce dernier s’en aperçoit et part fonder sa propre secte, qu’il appelle Le Cœur du Soleil.

 

Ben tiens, pas fou le Lars, il a vu les avantages d’être chef de secte et a envie d’un accès direct. Mais dis-moi Jamy, une fois qu’il s’est mis à son compte, il arrive à recruter des secteuses?
Et bien, disons que si sa réflexion est au point, sa technique de com’ pour fidéliser la chalande ne l’est guère. Il décide de sortir en ville se reconnecter avec le monde extérieur. Et là, ça se passe pas super bien.

 

Ah bon, qu’est-ce qui lui arrive?
Noël 1999, Lars débarque de sa province dans le centre-ville d'Odense, un samedi après-midi, les rues sont bondées. Il se place à l’entrée d’une galerie commerciale, il est habillé légèrement et porte une grosse corde bleue autour de la taille pour attirer l’attention. Il jette une écharpe par terre et commence à faire la manche.

 

Ben, c’est sympa, moi j’lui aurais bien donné une pièce, faut se montrer charitable à Noël, surtout avec les anciens champions qui ont porté haut les couleurs du pays.
Oui, mais il ne récolte quasiment rien en quelques heures, seulement 27 couronnes, à peine 3 euros. Ça le vexe.

 

Ben, c’est sûr Jamy, c’est vexant quand même. Alors, il remballe son matériel et part Lars?
Non, tout le contraire en fait, c’est là qu’il déballe son matos. Tout en continuant de faire la manche, il se déshabille et là, en plein centre commercial, soulève la corde qu'il porte à la taille, se saisit de son braquemard et le fait tourner façon hélicoptère Apocalypse Now en criant des obscénités inintelligibles.

 

Oh ben ça alors, je comprends pourquoi il récolte rien dans son chapeau. Remarque, c’est festif et ça égaye les courses de Noël, c’est drôlement mieux que Jean-Pierre Descombes et ses petits Papiers de Noël!
Et bien Fred, les Danois ne partagent pas ton enthousiasme pour ce genre de festivités peu chrétiennes. Certains l’insultent, les enfants pleurent, les retraités s’évanouissent, et les vendeurs de crèches de Noël portent les premiers soins. La police arrive, Elstrup se rebiffe, frappe violemment un policier ainsi qu’un jeune garçon qui se trouve là.

 

Ben, c’est un violent le Lars! Et Jamy, entre nous, vaut mieux pour lui qu’il ait expérimenté sa technique de manche au Danemark et pas parmi les hooligans de Luton! T’imagines le carnage! Et là alors, il reprend le ferry pour son Blitz-crap sur l’Angleterre?
Non, pas tout à fait. Ce n’est que fin mai 2001 qu’il part se ressourcer en Angleterre, séjour qui ne passera pas inaperçu, c’est le moins qu’on puisse dire. D’abord, des journalistes l’invitent pour un match de foot à Londres et ils sont un peu surpris quand ils le voient entrer sur le terrain en simple slip.

 

Cool ce Lars! La tenue de foot, c'est tellement dépassé... Et il dit quoi à ses coéquipiers si conservateurs?
Il leur dit d’abord : "Moi, je joue pas pour m’amuser, mais je joue pour gagner". Et en plein match, il se pisse volontairement dessus et crie à ses coéquipiers: “Buvez plus d’eau les gars, vous jouerez mieux, comme moi. En buvant plus d’eau, vous pisserez blanc. La pisse jaune, c’est pour les losers.”

 

Mais dis-moi Jamy, qu’est-ce qu’il devient Lars?
Et bien, deux mois après ce match, il se fera arrêter par la police londonienne, pour avoir déféqué au milieu des touristes, en plein Trafalgar Square. Jusqu’à récemment, il organisait des séminaires New Age sur l’introspection et la beauté intérieure, sur l’île de Funen. Son site internet est maintenant fermé, mais il contenait des photos très inquiétantes de lui, tout nu, dans des poses étranges, et pas mal de clichés de fesses de femmes dodues.

 

Oh ben ça alors Jamy, ils ont l’air sympa ses séminaires à Lars! Tu m’envoies en stage chez Lars? Au fait Jamy, t’y crois toi à la beauté intérieure?
Si mon pénis avait un œil, peut-être Fred.

 

[Générique de fin, le gros camion part vers d’autres aventures]
 

 

Retrouvez la folle vie de Lars Elstrup sur Teenage Kicks:

 

Partager

> sur le même thème

Les Francis Van Nobel 2011

> Dossier

Déconneries

Déconneries


Christophe Kuchly
2018-06-26

Le match dont vous êtes le héros

L'Espagne et le Portugal, qualifiés dans le groupe B, seront au rendez-vous des huitièmes de finale du Mondial. À moins que…? Bienvenue dans un monde imaginaire dans lequel vous êtes l'arbitre et où chaque décision peut changer le cours de l'histoire.


Christophe Zemmour
2018-06-25

Messi, tel Son Goku

Un prodige que l’on attend sur le toit du monde mais qui peine à décrocher le titre suprême, tout en vivant dans l’ombre d’un prédécesseur génial et farceur: voilà une histoire que l’on a déjà entendue quelque part...


2018-06-17

[JDD #7] Irrésistibles

Le Journal de Didier – Conspiration tactique, incident avec Clément d'Antibes, start-up de Rami… Récit des derniers jours des Bleus à Clairefontaine. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"

Sur le fil

RT @A_N_Supporters: La revue de presse de la semaine est en ligne ! - Retour sur le lancement d'une mission d'information à l'Assemblée N…

RT @streetpress: Des féministes sont allées supporter l’Argentine à Paris pour la Coupe du monde féminine de foot. Pour l’occasion, elles s…

RT @JeuneGuillou: En 1986, une femme a pris la parole à un congrès de la Fifa et c'était la première fois. Ellen Wille n'a pas parlé pour n…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Marinette et ses copines

aujourd'hui à 23h12 - Lionel Joserien : Totafait Tonton, j'ai lu trop vite et trop mal. >>


Les Cahiers du football : 1998-2018-…

aujourd'hui à 22h56 - L'amour Durix : Je viens de vérifier. Effectivement, ça peut être considéré comme du orange. Donc c'est bien... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 22h55 - Milan de solitude : Icône née ?"Ikoné : 'je n'ai encore aucun statut'." (lequipe.fr) >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 22h53 - Utaka Souley : Pour le patronyme, faut savoir que les premiers colons en Afrique du Sud étaients des Hollandais,... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 22h52 - Gilles et jeune : Je change de sujet.Nouvelle crise au MédiaTv, voici une reprise de 2 lettres - celle de Lancelin... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 22h52 - Charterhouse11 : J'ai vu "J'ai Perdu Mon Corps" de Jérémy Clapin lors du Festival d'Animation d'Annecy (où il a... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 22h50 - fabraf : J’ai toujours été persuadé qu’il n’y avait pas besoin d’argent pour réaliser un bon... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 22h46 - Makentcho : Il est jeune mais on risque delerewaere sur un terrain bientôt >>


Alpins perdus

aujourd'hui à 22h44 - impoli gone : Le recrutement est peut-être pas mal, mais j'ai l'impression qu'il y a surtout pleins de... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 22h41 - Jean-Huileux de Gluten : J'ai remis tout l'allant18/06/2019 à 20h39-------Je n'ai pas compris ce qui m'en déplaise. Je... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)