auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

La légende de Fergus Suter

> article précédent

1995, l’année où tout a basculé

Cantona, Kung-Fu King

1995 fut aussi marquée par un geste fou. L’agression d’un spectateur en tribune par Éric Cantona à Selhurst Park aura le don de renforcer sa légende, tandis que la Premier League renaissait. 

Partager

 

La carrière d'Éric Cantona fut l’une des plus atypiques de son époque. S’il est courant aujourd’hui de voir des joueurs français en Premier League, c’était encore une véritable curiosité en 1995. Non seulement les footballeurs de l’hexagone s'exportaient peu, mais le foot anglais lui-même était traditionnellement hermétique à la main-d'œuvre étrangère.

 

 


Ooh aah !

Moins par nationalisme que par suffisance, les clubs d’Angleterre ont toujours eu pour seuls "étrangers" des joueurs écossais, gallois et irlandais. Y évoluaient aussi quelques Scandinaves anglo-compatibles et des curiosités exotiques issues des pays du Commonwealth comme l’Australie, l’Afrique du Sud ou la Jamaïque.

 

Ainsi, les Argentins Osvaldo Ardiles et Ricardo Villa défrayèrent la chronique quand ils rejoignirent Tottenham Hotspur en 1978, tout comme le Français Didier Six qui passa une saison à Aston Villa. La frilosité des dirigeants alla d’autant plus en s’assouplissant qu’un bon joueur étranger coûtait moins cher qu’un joueur britannique moyen. 

 

Si Éric Cantona s’est retrouvé en Angleterre dès 1992, c’est parce qu’à vingt-six ans, sa carrière était au point mort après un ultime coup de sang à Nîmes qui s'ajoutait à de multiples coups d’éclat. Exclu pour un ballon jeté sur l’arbitre, puis suspendu, il annonça mettre fin à sa carrière.

 

Mais Michel Platini, sélectionneur de l’équipe de France, tenait à conserver son attaquant dans la perspective de l’Euro 1992. L’ancien numéro 10 activa ses réseaux pour lui trouver un club, et seule l’Angleterre était susceptible de l’accueillir à cette période de l’année.

 

Après un essai sans suite à Sheffield Wednesday, Cantona se retrouve à Leeds United, qui fait la course en tête. Le nom du premier Français champion d'Angleterre sera vite chanté dans les travées d’Elland Road, mais c’est au début de la saison suivante qu’il marque les esprits avec un triplé à Wembley lors du Charity Shield.

 


Éric the Red

Alors qu’il est devenu une pièce maîtresse de l’attaque de Leeds, on apprend en novembre qu'Éric Cantona a rejoint Manchester United. Ce qui ressemble au premier abord à un nouveau symptôme d’instabilité va s’avérer être un coup gagnant.

 

Le club d’Alex Ferguson remporte la Premier League après vingt-six ans de disette et son numéro 7 français devient le premier joueur à remporter deux titres consécutifs avec deux clubs différents. L’année suivante, United réalise le doublé et son frenchie inscrit deux buts (sur penalties) en finale de la Cup.

 

La légende est en marche. L’attaquant, replacé comme meneur de jeu par Alex Ferguson, est souvent brillant. Il réalise quelques gestes de classe et s’offre des buts somptueux. De surcroît, il n’hésite pas à aller au charbon, à donner des coups autant qu’il en reçoit.

 

Il ajoute à ces talents une attitude théâtrale (le buste haut, le col relevé, un dédain surjoué) qui plaît manifestement au public anglais. Les publicités qu’il tourne avec de grandes marques achèvent de construire le personnage.

 

Cantona reste également un international français en puissance. Il est régulièrement appelé par Gérard Houiller, rêve de Coupe du monde américaine, mais subit le cataclysme de France-Bulgarie. Mais il garde la confiance d’Aimé Jacquet, qui lui confie le brassard de capitaine.

 


Des mouettes et des sardines

Le 25 janvier 1995, la légende va prendre une dimension particulière. Expulsé d’un match de championnat contre Crystal Palace, et alors qu’il rentre aux vestiaires en longeant la ligne de touche, Cantona est invectivé par un individu qui conspue bruyamment sa nationalité et le métier de sa mère.

 

Le sang du frenchie ne fait qu’un tour: il saute par-dessus le panneau publicitaire et se jette les deux pieds en avant sur l’excité. Il rate un peu sa cible, mais termine le travail à coups de poing, sous le regard éberlué des autres spectateurs. Le soigneur qui l’accompagnait et quelques stadiers parviennent à l'extraire de la bagarre.

 

 

 

 

La photo fait la une des journaux du lendemain, y compris en France où L'Équipe dégaine en une sa spéciale, le titre en un seul mot: Indéfendable. Le joueur est d’abord sanctionné par son club, qui le suspend à titre provisoire, puis par la commission de discipline, qui lui inflige huit mois de suspension, enfin par la Justice qui le condamne à des travaux d'utilité publique.

 

La suite de l’affaire prend une tournure délirante. En conférence de presse, le Français lâche dans son anglais toujours hésitant une petite déclaration soigneusement préparée: "Si les mouettes suivent les chalutiers, c'est parce qu'elles pensent qu'on va leur donner des sardines".

 

La phrase est reprise et commentée dans tous les médias, à tel point qu’elle accédera dans les années futures au statut de citation.

 


L'homme du tournant anglais

Pendant ce temps, United, privé de sa vedette, perd à peu près tout: son titre de champion (pour Blackburn) et la FA Cup (battu en finale par Everton). Lorsque le banni revient sur les terrains en octobre, le délire reprend de plus belle.

 

L’intéressé se charge lui-même, sur penalty, de sauver Manchester de la défaite contre Liverpool (2-2). Quelques mois plus tard, United reconquiert la couronne d’Angleterre et s’adjuge même une nouvelle Cup après avoir battu Liverpool (1-0) – but de Cantona.

 

Le championnat d’Angleterre avait été affaibli par les cinq saisons de confinement consécutives au drame du Heysel. De retour dans le giron européen, le foot anglais avait pu mesurer (en dépit d’une victoire surprise de Manchester United en Coupe des Coupes) le retard qui lui restait à combler avant de retrouver le leadership européen.

 

La création de la Premier League, principalement financée par les droits de télévision, allait renforcer les clubs. La médiatisation d'Éric Cantona les a indéniablement incités à faire appel à des profils atypiques venus de l’étranger. L’arrêt Bosman est arrivé à point, et la Premier League est aujourd’hui le championnat le plus internationalisé d’Europe.

 

Après l’incident de Selhurst Park, Éric Cantona n’a plus jamais été rappelé en sélection. Aimé Jacquet a reconstruit une équipe sans lui, qui a disputé l’Euro 1996 et a été éliminée à l'issue d'une demi-finale disputée… à Old Trafford. Cantona a mis fin à sa carrière un an plus tard, à tout juste trente et un ans. Le reste n’est que cinéma.

 

 

CYCLE 1995
1995, l’année où tout a basculé
United 1995 : une saison rouge et sèche
Cantona, Kung-Fu King
FC Nantes 1995, le grand tourbillon
La place de San Marco
Djorkaeff 1995, coup franc avec sursis
OM 1995, une super D2 
Kluivert 1995, une pointe d’extase

 

 

Partager

> sur le même thème

La légende de Fergus Suter

> Dossier

Histoire FC

Histoire FC


Christophe Zemmour
2020-06-22

Toldo 2000, un Euro pour la vie

[rétro Euro 2000 • 2/5] L’Euro 2000 révèle un gardien méconnu, titulaire de dernière minute dans les cages italiennes. Francesco Toldo deviendra un héros à l’italienne. 


Richard N et Christophe Zemmour
2020-06-17

2000, le meilleur Euro de l’histoire

[rétro Euro 2000 • 1/5] Il y a vingt ans, la phase finale du onzième Championnat d’Europe, en Belgique et aux Pays Bas, fut passionnante de bout en bout. À ce jour, il n'a toujours pas été égalé. 


Brice Tollemer
2020-05-11

Acte IV : éparpillement et dilution (2004-2020)

D’une Europe étoilée à un Euro étiolé – À trop vouloir s'élargir, on prend le risque d'exploser. Un dernier volet qui claque sur les doigts. 


>> tous les épisodes du thème "Histoire FC"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)