auteur
Osvaldo Piazzolla

@osvaldopiazzoll


Du même auteur

> déconnerie

Le match sans les yeux

> article précédent

Revue de stress #85

Ce que racontent les Football Leaks… et ce qu’elles ne racontent pas

Si les révélations quotidiennes permettent de mettre en lumière des pratiques plus que douteuses, l'attention se focalise beaucoup plus sur les joueurs alors que c'est au-dessus d'eux qu'ont lieu les plus grossescombines...

Partager

 

* * * Article initialement publié sur The Conversation * * *

 

Entendons-nous bien: je crois sincèrement que la révélation de l’affaire des "Football Leaks" est une entreprise salutaire au sens où elle met en lumière un football dont tout le monde soupçonne les problèmes, mais que tout le monde préfère ne pas voir. C’est aussi un acte de whistleblowing très courageux, et une enquête tout aussi courageuse de la part des journalistes du consortium parce que les milieux qu’elle aborde sont parfois proches du grand banditisme. Enfin, c’est une entreprise salutaire parce qu’elle doit affronter une forme de déni de la part des habituels chiens de garde de l’ordre médiatique établi. Mais plusieurs jours après les premières révélations, et à la lumière de ce qui est sorti jusqu’ici dans le feuilleton orchestré par les différentes publications, la narration des Football Leaks me pose un problème.

 

 

Un récit problématique

Oui, il s’agit d’une narration. Même quand on martèle que "ce sont des faits". Vous voulez des Football Leaks qui ressemblent le plus possible à des faits? "John", la fameuse source à l’origine de l’affaire, tient un blog depuis plus d’un an et balance régulièrement des fichiers PDF de contrats, sans autre explication. C’est aussi une narration (dans les choix et dans le timing), mais frugale: difficile à exploiter si on n’est pas au cœur même de ces affaires.

 

 

 

Or, la narration choisie par Mediapart est celle de l’évasion fiscale. Elle est indubitable. Elle est gigantesque. Mais elle n’est qu’un épiphénomène par rapport à l’horreur financière globale que représentent les managers de joueurs, Gestifute et Jorge Mendes, Doyen et Nelio Lucas, et leurs collègues. On objectera qu’il faut bien attaquer l’hydre par un côté. Le problème est que ce côté, cette façon de raconter l’histoire place les joueurs de football (réduits aux quelques super-héros à déboulonner) dans le rôle de méchants qui abusent la société (et les contribuables), et l’État dans le rôle du mari trompé.

 

 

L’esclavage dans le foot…

Un exemple: Josuha Guilavogui a été transféré par l’AS Saint-Étienne à l’Atlético Madrid fin août 2013. Il était à l’époque nouvel international français et son salaire ferait pâlir d’envie 90% des joueurs de football professionnels de la planète. Mais ce transfert soudain avait surpris les observateurs. Guilavogui n’avait aucune intention de quitter l’ASSE. L’Atlético Madrid ne l’a ensuite quasiment pas fait jouer. Et pour cause: le joueur appartient en fait à Doyen qui le place dans des clubs, même si ceux-ci n’y voient aucun intérêt sportif.

 

Josuha a du quitter son club formateur en 48 heures et en pleurant pour aller dans un club qui ne voulait pas de lui. Je ne sais pas si Josuha paye bien ses impôts et dans quel pays. Son histoire n’est pas celle d’un réfugié qui meurt à Lampedusa en croyant pouvoir devenir riche en jouant au foot. Mais il est l’exemple d’une condition professionnelle qui est devenue de plus en proche de l’esclavage, et cette condition désastreuse est masquée quand on choisit de ne parler que des caprices et des évasions fiscales des superstars.

 

 

Et l’État dans cette histoire est bien plus souvent le complice que le perdant. Comme le rappelle Dominique Rousseau, la fiscalisation des droits à l’image est l’objet constant de négociations pour rendre le pays "attractif". Pire encore, comme l’écrit Sébastien Fleuriel, les décisions des tribunaux condamnant les pratiques contractuelles des clubs de football provoquent de nouvelles lois destinées à fragiliser encore plus les contrats des footballeurs professionnels. Attendons ce que nous réserve la suite des divulgations des Football Leaks. Espérons que dans deux téraoctets de données, il y ait autre chose que des déclarations d’impôts.

 

The Conversation

Partager

La politique et le droit


Pierre Barthélemy
2017-12-28

"No pyro, no party" : statu quo, hypocrisie

La répression des fumigènes est devenue aussi obsessionnelle qu'aveugle de la part des pouvoirs publics et de la Ligue. Avec un mépris du dialogue qui ne peut qu'entretenir les crispations. 


Oncle Fredo
2017-09-14

Salary cap et taxe sur les transferts : les impasses de la régulation

Face à la dérive inflationniste des transferts, plusieurs voix s'élèvent en faveur de dispositifs de régulation: salary cap ou taxe sur les transferts… Mais auraient-il un véritable impact sur les inégalités? 


Plumitif
2017-09-11

Raffaele Poli : "Il faut mettre les inégalités au centre du débat politique dans le football"

Le responsable de l’Observatoire du football du CIES s’exprime sur les polémiques suscitées par le mercato du PSG. Selon lui, le fair-play financier est incapable de limiter la concentration inégalitaire des ressources dans le football.  


>> tous les épisodes du thème "La politique et le droit"

Sur le fil

Un jour, tu fais un logo parodique des @girondins. 15 ans plus tard, tu le retrouves sur une écharpe en Espagne… (v… https://t.co/L2tcXF6qZq

RT @OncleFredo: Une partie de l'histoire du syndicalisme chez les footballeurs. Dans les grandes lignes. D'autres épisodes à venir... #Clas…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Il est des nô-ôtres !

"Guingamp : Eboa Eboa prolonge." (lequipe.fr)

Souici 2

"ASSE : Souici vers un nouveau prêt." (lequipe.fr)

Speed dating

"Kylian Mbappé : pas de temps pour les filles." (femmeactuelle.fr)
Mbappé, court toujours.

Gaolin Soccer

“Chine : le superbe retourné de Gao Lin." (lequipe.fr)

Franche Sibérie

"Un policier russe aux Pussy Riot : 'Parfois, je regrette 1937'." (lemonde.fr)