auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> déconnerie

Blasons maudits / 6

> article précédent

Top 10 : Il s'appelle Steven

Chalana 1985, le gaucher du Dniepr

Un jour, un but — Le 20 mars 1985, pour l'une de ses rares apparitions sous le maillot des Girondins de Bordeaux, Fernando Chalana marque le tir au but décisif qui élimine de la C1 le club champion d'URSS : Dniepropetrovsk, aujourd'hui finaliste de la Ligue Europa.

Partager

 

C'est sans doute le tir le plus cher de l'histoire du foot français. Ce 20 mars 1985, dans l'enfer de Krivoï-Rog où les Girondins de Bordeaux viennent de disputer un quart de finale retour de Coupe des champions face à Dniepropetrovsk, Fernando Chalana se prépare à frapper l'ultime tir au but.

 

 

 

Transfert record de dix-huit millions de francs

On l'avait presque oublié, ce Fernando Albino de Sousa Chalana, l'homme qui a défrayé la chronique en début de saison 1984/85. À la suite d'un magnifique Euro 84 de la sélection portugaise, les Girondins de Bordeaux n'avaient pas hésité à débourser dix-huit millions de francs, somme record du championnat de France, pour acquérir le milieu gauche de Benfica. Un investissement justifié: le gaucher moustachu était l'animateur de la sélection portugaise et en avait fait voir de toutes les couleurs à l'équipe de France lors d'une mythique demi-finale au stade Vélodrome de Marseille. Selon le président Claude Bez, qui s'y connaît en belle moustache, un tel joueur valait bien toutes les folies financières.

 

Or, à peine arrivé à Bordeaux, Fernando Chalana est victime d'un claquage et ne peut pas débuter le championnat. Mauvaise préparation? Hygiène de vie discutable? La poisse? Toujours est-il que le gaucher portugais ne se rétablit pas et reste absent toute une demi-saison.

 

Alors, la présence de Chalana face à Dniepropetrovsk, en quart de finale de la Coupe d'Europe, est un peu une surprise. Les Girondins ont réalisé un remarquable début de saison sans lui. L'équipe est solide, expérimentée et remarquablement organisée. Elle s'est qualifiée pour les quarts de finale après deux épineux premiers tours à Bilbao puis à Bucarest. En outre, en D1, les Girondins ont signé à Nantes, début janvier, une victoire qui écarte définitivement leurs rivaux de la course au titre.

 

Lorsque Chalana est rétabli, Aimé Jacquet admet avoir quelques réticences à l'intégrer dans une équipe qui tourne bien. Mais Claude Bez lui fait savoir qu'il serait indécent de laisser dix-huit millions de francs sur un banc de touche. C'est au Vélodrome de Marseille, là où il avait été si brillant en juin 1984, que Fernando Chalana fait ses débuts dans le championnat de France, en février 1985, à l'occasion d'un OM-Bordeaux. Avant le rendez-vous soviétique, le mois suivant.

 

 

Dniepropetrovsk, ville interdite

Au moment où Chalana s'apprête à frapper le cinquième tir contre Dniepropetrovsk, les Girondins repassent le film de cette incroyable expédition en URSS. Après le match aller à Lescure, largement dominé par les Bordelais mais conclu sur un frustrant 1-1, les choses sont claires: l'avion doit emmener l'équipe à Krivoï-Rog et non pas à Dniepropetrovsk, puisque la ville ukrainienne, qui abrite des usines d'armement, est interdite aux étrangers. Or, le charter d'Air France spécialement affrété pour l'occasion est contraint d'atterrir à Kiev, un épais brouillard étant annoncé au sud.

 

Après une nuit dans un hôtel de fortune, la délégation française apprend qu'elle ne pourra pas reprendre l'avion immédiatement, le fameux brouillard n'étant toujours pas dissipé. On lui propose comme solution de faire le voyage en train, ce qui prendra une bonne dizaine d'heures. Lorsqu'il s'aperçoit que le prétendu brouillard n'est qu'un écran de fumée, Claude Bez se fâche et prévient l'UEFA que son équipe rentrera en France sans jouer. Le matin du match, comme par miracle, l'avion est autorisé à rejoindre Krivoï-Rog.

 

Le match est tout aussi compliqué. Les Girondins se prennent un but d'entrée (Lyssenko, 12e) et tardent à revenir à hauteur de leurs adversaires. Malgré plusieurs occasions, il doivent attendre le dernier quart d'heure et un coup franc magistral de Thierry Tusseau pour égaliser. La prolongation ne donne rien, sinon l'expulsion du défenseur soviétique Vichnievski, coupable d'une faute sur Chalana. Les tirs aux but se passent plutôt bien. Dominique Dropsy détourne la première frappe sur son poteau, aucun de ses coéquipiers ne manque sa tentative, et il ne reste à Chalana, le cinquième tireur, qu'à conclure.

 

 

 

 

Curieusement, le pur gaucher s'élance et frappe… du pied droit. Le ballon se fiche sous la barre, hors de portée du gardien soviétique. Bordeaux est qualifié pour les demi-finales. Dropsy congratule le Portugais, rapidement imité par tout l'effectif girondin. Sous le poids de ses coéquipiers, le héros du jour fait un malaise et s'évanouit. Il se relèvera bien vite, heureusement. Il participera ensuite à la demi-finale contre la Juventus.

 

Lors de ses trois saisons passées en Gironde, Fernando Chalana aura seulement disputé dix-huit matches, toutes compétitions confondues (soit un million le match), et inscrit un seul but en championnat. Mais une qualification pour les demi-finales de la Coupe des Champions valait sans doute bien dix-huit millions de francs.

 

Partager

> sur le même thème

Dudek 2005, double détente

Un jour, un but


Richard N
2017-05-16

Houchen 1987, le soleil de Coventry

Un jour, un but – Le 16 mai 1987, sous le soleil de Wembley, l'Anglais Keith Houchen inscrit d'une tête plongeante acrobatique un but qui lance le club de Coventry vers le seul grand titre de son histoire, la FA Cup.


Richard N
2017-03-16

Fairclough 1977, supersub strikes again

Un jour un but – Le 16 mars 1977, un remplaçant aux cheveux roux stoppe l'épopée de l'AS Saint-Étienne et lance celle du FC Liverpool.


Richard N
2016-12-27

Eder 2016, comme un papillon de nuit

Un jour, un but – Le 10 juillet 2016 au Stade de France, la frappe de l'attaquant portugais Eder fait mouche et brise le rêve d'un troisième sacre européen pour l'équipe de France.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @jeromelatta: "Le maillot national, une zone à défendre contre les sponsors?" Ma chronique chez @lemonde_sport - https://t.co/5jifEwtP08…

RT @StanTouchot: Ca c'est superbe. La VAR sponsorisée au Mondial. Par une boîte de paris en ligne, ça serait l'idéal, je pense. https://t.c…

À Lyon, un virage en pente douce: le supportérisme au pluriel de Générations OL. Nouvel épisode de la tournée… https://t.co/1IHMJnxB2E

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves


Fahrenheit 4-5-1

"Quand la température monte entre joueurs et arbitres." (lequipe.fr)

Gigi, larmes rosso’

"Les tifosi de l'AC Milan ont fait craquer Gigi Donnarumma qui a fondu en larmes." (lequipe.fr)

Téléteubé

Lala : ‘Des erreurs bêtes’. (lequipe.fr)

Pibe de horror

"Une statue de Maradona complètement ratée." (libé.fr)

Se sortir les rince-doigts

"Les joueurs d'Everton privés de repas de Noël." (lequipe.fr)