auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article précédent

La moustache de Bernabeu

> article précédent

Christian Jeanpierre, l'air de rien

Coronavirus : quelle mort faut-il préférer pour la saison sportive ?

Huis clos, reports, annulations: l'épidémie de Covid-19 menace les compétitions de différents degrés de chaos. Elle interroge aussi le rôle du sport dans un tel contexte. 

Partager

 

Dans le chaos créé par l'épidémie de coronavirus, les incertitudes que celle-ci fait peser sur les compétitions sportives ne sont pas les plus graves… Mais elles nous font brutalement prendre conscience de ce qui nous attend dans les semaines et les mois à venir.

 

Comme les manifestations culturelles ou festives, les très nombreux événements sportifs entrent dans le spectre des mesures gouvernementales, en tant qu'événements ne pouvant être considérés comme "utiles à la vie de la nation".

 

L'ampleur de la menace, non pas sur quelques matches, mais sur les compétitions elles-mêmes, se précise. Et encore ne fait-on que pressentir les imbroglios et les impasses que la situation promet.

 

 

 


Stade 3 et stades vides

La "doctrine d'organisation" définie par l'État a fait passer la jauge des interdictions de rassemblement de 5.000 à 1.000 personnes, jusqu'au 15 avril – au moins –, avant même l'officialisation du "stade 3" de l'épidémie. Les préfets auront le choix entre report, maintien à huis clos et huis clos partiel.

 

Après les premières perturbations, deux rencontres hautement médiatisées ont été à leur tour concernées: PSG-Borussia (huis clos) et France-Irlande de rugby (report). De quoi frapper un peu plus les esprits que les pourtant très nombreuses annulations de compétitions dans les autres sports.

 

[Mise à jour, 10 mars, 15h45 : la LFP s'est "prononcée ce jour sur la tenue des matches de Ligue 1 et Ligue 2 à huis clos total jusqu'au 15 avril 2020".]

 

Il suffit de jeter un œil du côté de l'Italie, qui a pris deux à trois semaines d'avance: des reports de match, on a glissé vers un décret de huis clos jusqu'au 3 avril, puis vers la probable suspension de tous les championnats, demandée par le Comité olympique italien jusqu'à la même date. Une échéance qui a les plus grandes chances d'être repoussée.

 

En France, nous en sommes encore à regretter le huis clos du Parc des Princes, mercredi. Faut-il préférer un report, aux motifs légitimes du caractère sinistre d'un stade vide et du préjudice pour le PSG en matière de soutien? Ce serait sous-estimer les risques que ce report ne soit une remise aux calendes grecques. 

 


Les huis clos, moindre mal

Il y a très peu de chances que la crise soit terminée dans un mois. Le calendrier très dense du football a des marges pour absorber des perturbations mineures, pas des décalages de plusieurs semaines affectant toutes les compétitions. Dès lors, du point de vue de l'organisation, les huis clos sont un moindre mal. L'UEFA, qui les préconise, en a bien conscience.

 

Du moins avant qu'une suspension générale, dans la foulée de l'Italie, ne tranche le débat. Même si l'épidémie atteint son pic d'ici deux à quatre semaines, meilleur des cas d'après les épidémiologistes, il sera impossible de compenser les retards accumulés sans empiéter sur le temps de préparation de l'Euro, voire sur le tournoi lui-même.

 

Le Championnat d'Europe des nations est en effet menacé, a minima par des interdictions de déplacement des supporters si le risque sanitaire est encore trop élevé. La catastrophe industrielle deviendrait totale en cas d'annulation pure et simple. L'idée saugrenue d'un Euro dans douze pays encaisse un sévère revers de karma.

 

Autant dire que, sauf résorption rapide de la pandémie en Europe, ou recours systématique aux huis clos (qui ne tiendra pas si les équipes sont elles-mêmes atteintes), les mois qui viennent nous promettent un formidable chaos calendaire. Et des polémiques dantesques en cas de gel des compétitions avec attribution des titres et des qualifications-relégations.

 


Le spectre des annulations

De fait, les championnats nationaux, voire la Ligue des champions, n'ont même plus la certitude de pouvoir "finir la saison". Le spectre des annulations devient plus tangible, ce que les supporters de Liverpool doivent voir comme le signe d'une malédiction. Et tous les autres comme un choc.

 

Dans l'histoire contemporaine, quasiment seules les guerres ont interrompu le cours des compétitions – y compris la guerre civile irlandaise, dans le cas du Tournoi des cinq nations 1972. Devant l'urgence sanitaire, le sport retrouve son caractère dérisoire – même si l'industrie qu'il est devenu subira les mêmes graves conséquences économiques que d'autres secteurs.

 

Nous éprouvons alors une forme de stupeur à constater que notre divertissement préféré, qui a pour caractéristique de se poursuivre quels que soient les désastres qui frappent l'humanité, puisse être arrêté. Habituellement, le monde s'effondre, mais le spectacle continue.

 

Paradoxalement, c'est de sa futilité que nous allons particulièrement ressentir le manque en cette période anxiogène. Pour un peu, quitte à valider son rôle d'opium populaire, on en viendrait à considérer que le sport est "utile à la vie de la nation". Il ne guérit pas de la maladie, mais il en traite certains symptômes.

 

[mise à jour, 10 mars, 16h50. Le Milan AC a annoncé la suspension de ses entraînements, et l'association des footballeurs professionnels espagnols demandé la suspension de tous les matches. On peut penser que, dès lors que des cas seront déclarés au sein des équipes, les huis clos cesseront d'être une option. On se dirigera alors vers des suspensions, ce qui rendra plus probable les annulations des compétitions, ou le "gel" des classements – si cela peut être accepté, ne serait-ce que juridiquement.]

 

 

 

Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 3

La politique et le droit


Jérôme Latta
2020-07-09

Les sports, ministère non prioritaire

Une Balle dans le pied – Le portefeuille des Sports n'a pas changé de main avec le remaniement, seulement de statut ministériel. Ses ambitions, elles, restent toujours aussi limitées.

 


Jérôme Duval
2020-03-04

Le football chilien, entre répression et rébellion

Supporters et joueurs se sont engagés dans le soulèvement insurrectionnel chilien, soutenant la contestation, et faisant face à la répression dans les stades et les rues. 


2020-01-07

« Quand nous protestons, nous sommes vulnérables »

Sous la pression, l'Iran a autorisé les femmes à assister à un match de la sélection, mais ce n'est qu'un début pour les militantes. Entretien avec une porte-parole de la campagne Open Stadiums. 


>> tous les épisodes du thème "La politique et le droit"

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 03h47 - Raymundo Menech : Ça devrait le faire contre Leipzig mais avoir des arrières latéraux fiables serait quand même... >>


Pognon, salaires, bilan comptable...

aujourd'hui à 02h45 - leo : Milan de solitudeaujourd'hui à 01h43Es-tu en train de dire que, depuis 2010, City a acheté pour... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 02h42 - Lucho Gonzealaise : J'ai appris aujourd'hui que Nagelsmann, accablé par les blessures, a été promu scout par...... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 01h59 - khwezi : @Breizilhien: étant passé par là il y à peu, je ne saurais trop te conseiller de cumuler... >>


Gerland à la détente

13/08/2020 à 23h58 - Cris CoOL : Leipzig est le seul club de l'histoire a avoir perdu contre Sylvinho entraîneur en Ligue des... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

13/08/2020 à 23h33 - De Gaulle Volant : Didot Dedê(Pour les fans du bel Freddie) >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

13/08/2020 à 23h23 - inamoto : Mitch17/05/2020 à 12h37Je suis en plein déménagement, je passe 2 secondes pour dire: merci Ina... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

13/08/2020 à 23h18 - lyes : Tiens Benoit Paire s'incline face à un mec de 19 ans classé -15...Alors on bien vu le... >>


Foot et politique

13/08/2020 à 22h34 - Jah fête et aime dorer Anne : Pour revenir sur l'ambiguïté potentielle du message de Biden expliquant son choix de Harris, ses... >>


Libertadores / foot sud-américain

13/08/2020 à 22h10 - cachaco : Celui qui finit le mois prochain. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)