auteur
Etienne Melvec

Du même auteur

> article précédent

Barthez, fallait pas l'inviter ?

> article précédent

Gerard, il faut que je te parle

Dalmat, monsieur 50%

Ballon de Plomb 2007, la campagne – Stéphane Dalmat a consciencieusement gâché son talent en n'étant même pas la moitié du footballeur qu'il aurait dû être...
Partager
Au terme de sa carrière, Stéphane Dalmat pourra écrire un manuel intitulé "Comment réussir sa vie en ratant sa carrière", qui pourrait devenir un succès de librairie. De toutes les raisons pour lesquelles il nous énerve, le principale résulte certainement du sentiment de gâchis qu'il inspire.
Car tranchons ce débat tout de suite: Dalmat est un bon footballeur. Sur le papier. Et en disant cela, on pense forcément au papier des nombreux contrats qu'il a signés. Toujours en situation d'échec sportif, il a réussi à conserver une valeur marchande, comme s'il devait toujours y avoir des entraîneurs et des dirigeants pour penser "Ce n'est pas possible, il va se réveiller, c'est forcément une bonne affaire".


dalmat_bdp.jpgFootballeur à temps partiel

Car l'air de rien, Dalmat va sur ses vingt-neuf ans (en février) et a fêté ses dix ans de carrière en août dernier. Une carrière d'intensité relative: au cours des sept saisons précédant son arrivée à Sochaux, il a disputé une moyenne de 16,4 matches de championnat par saison – en comptant ceux où il a été remplacé ou est entré en tant que remplaçant). Pas même la moitié: à ce rythme, il pourrait jouer encore dix ans.

Grand voyageur, il a aussi profité de la vie en évoluant dans quatre des cinq championnats majeurs du continent, traversant dix clubs sans inscrire à son palmarès autre chose qu'une Coupe de la Ligue avec Lens (1999). Sa spécialité: signer des contrats de longue durée et partir au bout d'un an, sur la lancée d'un début de carrière qui l'a vu traverser la France comme une boule de flipper, de Châteauroux à Paris en passant par Lens et Marseille en moins de trois ans.
Après trois saisons de stabilité paisible à l'Inter, une nouvelle frénésie de voyages le saisit: Tottenham, Toulouse, Santander, Bordeaux et enfin Sochaux accueillent l'enfant prodigue. À titre de comparaison, son ancien compère Peter Luccin n'a évolué qu'en France et en Espagne, dans sept clubs (avec deux fois trois saisons consécutives – Celta Vigo et Atletico) et en présentant une moyenne annuelle de 31 matches de Liga depuis son départ en Espagne.


Joueur virtuel

Encore coté, Dalmat? De moins en moins haut, tout de même. Sa stratégie du parachute lui a certes permis de ralentir sa descente, mais Sochaux est bien loin de Milan. Il faut aussi se rappeler les attentes suscitées et assumées par le garçon il y a dix ans (1). Le voilà donc revenu au football des humbles, dans un club dont le président semble sortir tout droit des années 70. Là, comme à son habitude, il effectue un bon début de saison, inscrivant même deux buts. Problème: la scène se passe dans un club qui s'installe dans la zone de relégation.

Il n'y a d'ailleurs aucune surprise à voir Dalmat évoluer sporadiquement à un très bon niveau. Joueur virtuel ou homme invisible au sein des effectifs, il sait tout de même faire illusion sur les terrains. On dit ainsi qu'il a une bonne frappe, mais il marque à peine un but par an en championnat. Doué d'une excellente technique dramatiquement sous-employée, il fait figure de Okocha mou, joueur flottant sans poste bien défini dont l'impact sur le jeu est finalement jugé insuffisant par l'entraîneur – son manque apparent de motivation ne faisant que renforcer l'inutilité de son talent.
On ne pourra pas, non plus, s'étonner de le voir se dissoudre littéralement au fil de la compétition. À Toulouse (2004/2005) et Bordeaux (2006/2007), il disparaît mystérieusement du groupe au cours des matches retour. Si vous vous êtes encore dit, au printemps dernier, "Mais au fait, il est où Dalmat?", ce candidat est pour vous. Car auparavant, une presse unanime aura écrit une nouvelle série d'articles sur son "retour", agrémentés d'interviewes dans lesquelles il assure avoir pris un nouveau départ.


D'évidence, Stéphane Dalmat aurait pu être un tout autre footballeur. Mais le garçon qui avait pris conscience à seize ans de son "don" et que l'on présentait comme le futur de l'équipe de France a préféré traverser sa carrière en gérant petitement le crédit reçu à ses débuts de professionnel. Sans connaître une seule sélection et en décevant les uns après les autres tous les espoirs placés en lui. Au point de devenir l'ombre du footballeur qu'il aurait dû être. Un demi-footballeur. Voire un Ballon de Plomb.

> Le bureau de vote du Ballon de Plomb 2007

(1) Lire "Stéphane Dalmat, dix-neuf ans, est déjà demandé par les plus grands" (L'Humanité, septembre 1998).
Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 6

> sur le même thème

Barthez, fallait pas l'inviter ?

> du même auteur

Le coup des sifflets

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2019-10-21

« Contredire l'idée que le 10 aurait disparu »

Pour la sortie de L'Odyssée du 10, nous avons posé dix questions à ses auteurs. Ils ont distribué les transversales. 


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"


Le forum

Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 20h13 - Arthur33 : @Mik : la question est mal posée. Le 10 rouge est, selon cette photo, plus proche du but... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 20h05 - Bale de jour : Le match de Liverpool était abject. Deulofeu a un peu surnagé, mais sinon c'était du gros... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 20h01 - L'amour Durix : Ah mais du coup, les téléspectateurs ratent les "la ligue on t'enc*le" ! >>


Le fil prono

aujourd'hui à 19h48 - Westham : Désolé je pensais qu'il y avait quelqu'un d'autre avec Robby. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h48 - Dan Lédan : Et je suis d accord les policiers sont pénibles.. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 19h35 - Lucho Gonzealaise : Le constat ces dernières semaines, c'est qu'on est une équipe de deuxième mi-temps, on finit par... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 19h02 - Amoros l’amoroso : @Josémi: t'inquiète, j'avais bien saisi ???? et ton intervention m'a rappelé quelques bases que... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 18h55 - Mik Mortsllak : impoli goneaujourd'hui à 14h32En fait, on n'a quasiment jamais eu l'entraineur qu'il fallait au... >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 18h21 - Milan de solitude : Et mettre un accent grave au "a" du chapeau (que je comprends mal, par ailleurs). >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 18h18 - Seven Giggs of Rhye : Belle opération cet après-midi, 4 points d'avance sur notre adversaire du jour. Espérons que... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)