auteur
Les Dé-Managers

 

Christophe Kuchly, Julien Momont, Raphaël Cosmidis et Philippe Gargov. Les Dé-managers: un blog pour parler tactique – pas pour meubler –, et une chronique du jeu dans leurs cartons.


Du même auteur

> article suivant

Club ou "institution" ?

> article précédent

La finale sans fin

Dans les cartons des Dé-Managers : #18

La place du physique dans le football, les coups tactiques de Guardiola et Garde, le fair-play d'Aaron Hunt, Johan Cruijff et le pressing, le développement de la MLS, l'allégorie bordelaise...

Partager

 

Changements de dispositifs ou de joueurs, batailles philosophiques et stratégiques, échecs et réussites… Chaque semaine, les quatre Dé-Managers proposent leurs billets d’humeur.


* * *

 

De l'importance de la force athlétique

Raphaël Cosmidis (@RCosmidis) – “Je n’ai jamais apprécié le côté athlétique du football, même si je sais qu’il faut le travailler. Le côté technique, avec le ballon, ça a toujours été un plaisir.” Si Mauro Icardi reconnaît son désamour de l’aspect physique dans une interview donnée au Corriere Della Sera, il a bien compris ce que le football moderne signifiait pour ses acteurs. Plus possible aujourd’hui d’avoir la peau sur les os et de réussir au plus haut niveau. “Muscle ton jeu”, disait Aimé Jacquet à Robert Pirès.
 

 


 


Pas étonnant, dès lors, de constater que les milieux de 2014 sont aussi puissants physiquement que doués techniquement. Kevin Strootman, malheureusement blessé jusqu’à la fin de la saison, Nemanja Matic ou encore Toni Kroos sont de parfaits exemples de ces manieurs de ballons aux épaules larges. Les gringalets se font rares. Le succès du Bayern Munich sur le FC Barcelone la saison dernière est passé en partie par une domination physique.


Alors que les statistiques physiques sont de plus en plus observées (distance parcourue, nombre de sprints), il y a fort à parier que ceux qu’on aime regarder parce qu’ils sont différents, les 10 qui vagabondent, les maigres, les flemmards parfois, n’ont plus vraiment d’avenir sans passer par la salle de muscu. Peut-être que Laurent Blanc a déjà dit, sur un ton quelque peu exaspéré et menaçant, après un duel perdu à l’épaule: “Muscle ton jeu, Javier !
 

 

 

Coachings gagnants

Julien Momont (@JulienMomont) – “Un entraîneur n’a jamais fait gagner un match.” Cette formule de Michel Platini, sortie de son contexte, a été le prétexte d’un excellent recueil d’entretiens avec quelques-uns des plus grands techniciens d’Europe, par Daniel Riolo et Christophe Paillet. Littéralement vraie, puisqu’aucun entraîneur n’a jamais directement marqué un but – sauf Dragan Stojkovic – , cette citation minimise le pouvoir d’inflexion d’un coach sur le scénario d’une rencontre. Pourtant, ce week-end, Pep Guardiola et Rémi Garde ont démontré, chacun à leur manière, à quel point l’entraîneur pouvait, lui aussi, être un acteur décisif. Le premier en changeant d’hommes. Son Bayern, accroché par Wolfsburg, manquait de cohésion et de mouvement. Le pressing haut adverse compliquait la relance bavaroise et atténuait le rayonnement du duo Lahm-Kroos. En réponse, Pep Guardiola a effectué ses trois changements en onze minutes, autour de l’heure de jeu (56e, 57e et 67e), bouleversant la face d’un match logiquement bloqué à un partout jusque-là.


Thiago a apporté mouvement et jeu au sol, fluidifiant la sortie du ballon. Mario Mandzukic fut un point d’appui efficace, tandis que Thomas Müller, en pointe au coup d’envoi mais replacé en soutien, n’est jamais meilleur que lorsqu’il s’engouffre, depuis l’arrière, dans les espaces ouverts par le Croate. Dans le même 4-2-3-1, mais avec des joueurs différents, le Bayern s’est sorti de l’étau de Wolfsburg et a enfilé cinq buts en dix-sept minutes. Merci, Pep.
 

 

 


 


Bordeaux aurait également pu remercier Rémi Garde. Privé de ses créateurs Grenier et Gourcuff, le technicien lyonnais avait renoncé à son losange et opté pour un système à trois défenseurs centraux. Mais, en phase offensive, son 3-5-2 avec Koné et Umtiti écartés s’est naturellement calqué sur le 4-2-3-1 bordelais, facilitant le pressing haut girondin tant que les hommes de Francis Gillot ont eu la volonté de l’exercer – c’est-à-dire pendant le premier quart d’heure, couronné par le but de Saivet.


Incapable de ressortir les ballons, Lyon est revenu à son 4-4-2 en losange familier (37e minute, sortie de Koné, entrée de Briand) pour gagner en maîtrise dans l’entrejeu. Mais pas en largeur, face à une défense bordelaise regroupée. Solution pour Rémi Garde: changer une deuxième fois de dispositif (71e, sortie de Gomis, entrée de Njie) pour un 4-3-3 asymétrique, avec le jeune Njie à droite, Lacazette et Briand dans l’axe et un couloir gauche laissé au seul Bedimo. Largement sous-employé jusque-là, le Camerounais a retrouvé sa prépondérance offensive et égalisé, avant le final que l’on connaît. Rémi s’est initialement trompé. Mais Rémi s’est bien rattrapé.
 

 

 

On a aimé


La démonstration de fair-play d’Aaron Hunt, qui signale à l’arbitre qu’il n’y avait pas faute sur lui et donc pas penalty. Plus tôt dans la rencontre, Hiroshi Kiyotake avait, quant à lui, refusé un corner. De très beaux gestes, surtout au cours d'un Nuremberg-Werder Brême (0-2) très important pour le maintien.


Carlos Bacca, une nouvelle fois buteur pour le FC Séville ce week-end, ce qui le place, avec onze réalisations, en tête du classement très symbolique des marqueurs nouveaux venus en Liga, devant Gareth Bale et Neymar. Le Colombien n’est pas l’attaquant le plus talentueux, mais sa capacité à anticiper les erreurs de la défense et à exploiter les espaces fait mouche. Avec également l’excellent Adrian Ramos, la sélection a des cartouches de rechange si jamais Falcao ne revenait pas à temps pour le Mondial.


Le jeu tout en déviations de Miralem Pjanic face au Napoli. Malgré la défaite, le Bosnien a marqué la rencontre de sa finesse technique, sans doute inspiré par Francesco Totti, spécialiste du décalage en une touche de balle.


L’approche ambitieuse de Wolfsburg face au Bayern Munich. Loin de se présenter en victimes expiatoires, les hommes de Dieter Hecking ont joué haut, pressant les Bavarois jusque devant leur surface. Et ils ont explosé vers l’avant à chaque récupération, profitant des espaces laissés dans les couloirs. Avec plus de réalisme (douze tirs, trois cadrés), ils auraient pu reprendre l’avantage au score avant la déferlante munichoise.


Le récital de Javi Guerra avec Valladolid face au Barça. L’attaquant trentenaire a servi de pivot technique à son équipe, permettant ainsi à ses coéquipiers de se rendre dans le camp adverse. En passant quelques gestes techniques superbes aux défenseurs catalans.


 

 

 


On n'a pas aimé

 

L’indigente prestation de la Fiorentina face à la Juventus. Séduisante sur le papier et souvent dans les intentions, l’équipe de Vincenzo Montella n’a strictement rien proposé. Et on se dit que la suspension de Borja Valero n'y est pas étrangère, surtout quand David Pizarro passe complètement à côté de son sujet.


Voir Aaron Lennon jouer majoritairement dans une position axiale face à Chelsea. L’ailier de Tottenham, dont les qualités (accélération puis centre) ne semblent faites que pour ce seul poste, n’a pas grand-chose d’un meneur de jeu. Et même s’il s’est parfois déporté sur la droite, on ne peut pas dire que l’expérience ait été concluante, défaite 4-0 à la clé.


L'oubli défensif du Lyonnais Miguel Lopes sur l'ouverture du score d'Henri Saivet. Le latéral/milieu droit du 5-3-2/3-5-2 rhodanien se désintéresse complètement de l'offensive lyonnaise, laissant libre l'espace dans le dos de son défenseur central, au mépris du principe de marquage de zone.


La blessure de Kevin Strootman, pour le joueur d’abord, mais aussi pour son club et sa sélection. Privée de l’un de ses régulateurs, l’AS Rome devra également faire un choix pour la saison prochaine: bloquer Miralem Pjanic, très courtisé, ou bien recruter. Quant à la sélection néerlandaise, on a vu face à la France son changement de visage après la sortie de Strootman.

 

 

 

L'infographie de la semaine

 

Les passes dans les trente derniers mètres adverses de Valladolid (à gauche) et Barcelone (à droite). Où l’on voit que Valladolid a construit ses actions sur des passes longues directes à l’issue incertaine – passes réussies en bleu, ratées en rouge –, tandis que le Barça a quasi exclusivement joué dans la latéralité devant la surface adverse sans trouver l’espace. (Via StatsZone / Cliquer sur l'image pour agrandir).

 

 

 

Les déclas


Quelle est la différence entre un bon et un mauvais joueur? C’est la vitesse [de contrôle], donc si vous les forcez à accélérer, vous pouvez provoquer des erreurs.” Johan Cruyff, questionné sur l’origine du pressing au sein de l’Ajax de Rinus Michels dans le numéro 12 de The Blizzard.


Ceux qui critiquent l’Espagne pour leur manière de gagner actuellement ne connaissent rien au football. À Liverpool, où nous avions énormément de succès, on nous apprenait, dès le premier jour, à conserver le ballon. Ne pas tenter de passes impossibles, gagner le ballon, le faire circuler, recommencer encore et encore s’il le faut mais chercher la bonne opportunité. Et c’est ce que l’Espagne fait magnifiquement actuellement. Je mettrais cette équipe au même niveau que le Brésil 1970, sans discussion.” Graeme Souness, dithyrambique sur le travail de Vicente Del Bosque dans Spain: The Inside Story of La Roja's Historic Treble.

 

 

 

 

La vidéo de la semaine

 

 

Si l’Allemagne a battu le Chili, le 3-2-2-1-2 des Sud-Américains a offert son lot de fabuleux mouvements offensifs. À tel point qu’on se demande comment les Chiliens ont fait pour ne pas marquer...

 

 

 

L'allégorie de la semaine


Immersion au cœur de la défense bordelaise (Josué 7:12 / Production Footballallegorie).

 

 

 

L'anecdote


La saison de MLS a repris samedi par la victoire des Seattle Sounders de Djimi Traoré et Obafemi Martins face au champion en titre, Kansas City. Si l'on trouve toujours quelques joueurs improbables (Piquionne, Luyindula, Luccin), la moyenne d’âge baisse et plusieurs très bons joueurs sont arrivés, à l’image de Jermain Defoe et Michael Bradley à Toronto. Une évolution positive confirmée par l’affluence et l’ambiance dans les stades (notons d’ailleurs ce tifo à Portland et celui-ci à Seattle ce week-end)... mais aussi par les statistiques. Selon une étude qui vient d’être publiée, la MLS passionne 18% des 12-17 ans aux États-Unis, soit autant que la MLB, la ligue de baseball.

 

 

 

Le bonus régionalisme espagnol


La Catalogne, coachée par Gerard (oui oui, celui de Monaco!) a sa propre sélection. Et son niveau est tel qu’elle reste sur six matches sans défaite, dont des victoires contre la Colombie (2-1 en 2008) et l’Argentine (4-2 en 2009). À quoi ressembleraient les équipes des autres régions espagnoles?

 

 

 

La revue de presse anglophone

 

Think Football se demande pourquoi David Moyes ne parvient pas à tirer le meilleur de Robin van Persie...


...et si Roy Hodgson doit construire le onze de départ anglais autour d’une base de Scousers.


S’ils veulent continuer à exister à l’ère du pressing, les artistes fainéants comme Dimitar Berbatov doivent évoluer dans une compétition adaptée. C’est-à-dire tout sauf la Premier League.


Traduction (partielle) et analyse de la thèse de l’UEFA Pro Licence de Filippo Inzaghi, centrée sur la psychologie de la victoire.


Jonathan Wilson se penche sur l’influence de Nemanja Matic, l’homme qui permet à José Mourinho de compléter son projet tactique.


Richard Whittall explique ce que sont les nouvelles statistiques utilisées dans le football et leur utilité (ou non).


 

  

Partager

> déconnerie

Le crash de Valbuena

Dans les cartons des Dé-Managers


Les Dé-Managers
2016-05-17

Dans les Cartons : bilan tactique, Italie-Yougoslavie 68, Rayo, Boateng

Les derniers Cartons de la saison sont bien remplis et plein de bonnes choses, d'hier et d'aujourd'hui, de l'Italie à l'Espagne, des entraînement de Guardiola au Bayer Leverkusen, du Rayo Vallecano à Pascal Dupraz.


Les Dé-Managers
2016-05-10

Dans les Cartons : Guardiola, Espagne-URSS 1964 et la France U17

Quel bilan tirer des trois saisons de Guardiola au Bayern? C'était comment, quand l'Espagne et l'URSS s'affrontaient en 1964? Et y a-t-il des pépites en équipe de France U17? Tant de questions auxquelles on tente de répondre cette semaine. 


Les Dé-Managers
2016-05-03

Dans les cartons : la Premier League, URSS-Yougoslavie 1960 et Aston Villa

Claudio est champion et c'est de bon augure pour la Premier League, d'autant plus qu'Aston Villa va descendre. Sinon, on revient cinquante-six ans en arrière pour un match très particulier, et on s'intéresse au sous-marin jaune. 


>> tous les épisodes de la série "Dans les cartons des Dé-Managers"

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 10h23 - Cris CoOL : Je n'ai pas lu le projet de Ruffin mais pour ma part, je voyais ça plutôt comme une grosse... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 10h15 - MarcoVanPasteque : (allez, un petit hommage aux pourisiens)Paris Sonne le Glas"Mercato / PSG : le son de cloche change... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 10h03 - Nicordio : Bof, des quelques matchs que j’ai vu il était très quelconque.rocchia me semble bien... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 09h49 - Mallardeaufraiche : Ah, visiblement ThioThio aurait du se taire au lieu de faire le mariolle dans ses réunions... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 09h21 - Citron Merengue : Bon, a priori ce sera Pirès pour accompagner Domergue aux commentaires sur M6. Il remplacerait... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 09h21 - Bale de jour : Leicester est dans une forme quelconque, voire mauvaise, depuis janvier, pas depuis la reprise. Et... >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 09h10 - Roger Cénisse : Le club poursuit sa restructuration avec l'arrivée probable de Johann Louvel, ex-directeur du CDF... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 08h39 - arnaldo01 : Run01/07/2020 à 21h21Ok, vu de meme...je ne jugerais pas la pertinence du truc non plus. Ca me... >>


Liga, prisma de luz

aujourd'hui à 03h36 - Tricky : leo01/07/2020 à 19h13Concernant Messi, Citron, sa Coupe du Monde 2014 est remarquable, meilleure... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 01h37 - Rolfes Reus : Je pense que ça répond à un manque dont on entent parler depuis un moment, vu que derrière... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)