auteur
Les épouses et concubines

Du même auteur

> déconnerie

Parodie de football

> article précédent

Willkommen au château !

> article précédent

Un quiproquo tragique

Dérèglement intérieur

Répliquant au "Règlement intérieur" publié par nos primates de conjoints dans leur guide "spirituel" de la Coupe du monde, nous – compagnes et victimes collatérales – avons décidé de contre-attaquer dans le dos de la défense.
Partager
Avant match

Depuis plusieurs mois, nous anticipions cette Coupe du monde. 1998 ne nous avait pas converties comme certaines de nos prétendues congénères, l’espace d’un été. Ce n’est pas ce Mondial fait de schnitzels, de bière et de trafic de femmes qui saura nous enthousiasmer. Rompues aux exigences des phases finales depuis des années, on ne pensait toutefois pas être usées à ce point, avant même le début de la compétition, par une accumulation de brimades.

- Achat quotidien de vignettes Panini sur le chemin de retour de l'école pour "VOS" fils.

- Résiliation du forfait Orange, sponsor officiel de la Ligue 1, au profit de SFR, micro officiel de l’équipe de France.

- Érection d'une pile de futiles suppléments Coupe du monde, au détriment de notre Biba "spécial horoscope de l'été", d’ordinaire prioritaire aux toilettes.

- Sacrifice des arrhes versées pour la maisonnette louée depuis trois ans chaque première quinzaine de juillet, faute de réception TV correcte dans "ce bled paumé du Tarn et Garonne".

- Tapissage intempestif de programmes télés et autres calendriers officiels sur le réfrigérateur jusqu’ici immaculé.

- Découverte que le nouveau collègue de bureau préféré de Thierry Roland n'est plus Marianne Mako – qui avait pourtant bien la gueule de l'emploi – mais Estelle Denis – qui ne l'a pas du tout.



Buts contre son camp

Mâles de tous pays, méfiez-vous! Nous ne prétendrons jamais atteindre la subtilité d'un double contact de Ronaldinho ni  la sauvagerie d'un tacle de Cyril Rool, mais nous avons tout de même compris que rien n'est plus facile à marquer – et ne fait plus de mal –  qu'un but contre son camp.

- Achat du supplément Coupe du monde du Figaro. Abonnement à Figaro Madame si les symptômes persistent.

- Port de lunettes de mouche à la Victoria Beckham pour bien vous foutre la honte pendant les vacances.

- Validation de trois déjeuners consécutifs chez vos belles-mères au mois d'août.

- Dîner avec notre ex de 97 que le football laisse tellement indifférent.

- Adoption de "Pas ce soir, chéri, y'a match" comme devise du 9 juin au 9 juillet 2006 inclus.

- Plébiscite d'Harry Rozelmack comme animateur de Téléfoot à la rentrée.

- simulation d'un orgasme quand David Beckham rentre sur le terrain.

- Réservation d'un voyage en Italie pour décompresser après la finale. Un seul billet. Aller simple.

- Proposition à France Football de publier le calendrier des femmes de la rédaction des Cahiers du foot.

- Abandon de notre petit air dégoûté quand un collègue de bureau nous demande: "Le journal de foot décalé de ton mec, c'est bien celui qui fait un partenariat avec Libé pendant la Coupe du monde?" et réponse par l'affirmative, avec un grand sourire.



Primes de matches

Le mois de souffrances que nous nous apprêtons à subir sera cependant agrémenté de quelques compensations. Être invitée au mariage de son ex, c’est insupportable. Constater que la mariée pèse dix kilos de plus que nous et que les invités jettent le Champagne bon marché dans les buissons, c’est un régal. Inventaire des récompenses attendues pendant la compétition :

- Consoler VOS fils après la défaite de l'équipe de France au premier tour : "Ne pleure pas chéri, de toute façon, le football n'est pas un sport d'avenir".

- Vous laisser vous consoler entre hommes les soirs de défaite, ça vous rappellera l’internat.

- Pouvoir jeter la Playstation en catimini pendant la finale.



Buts en or

Vous avez beau utiliser l’expression à tour de bras, c’est nous qui avons inventé le principe du "money time", en vous éreintant dans les magasins de fringues pour vous faire dire oui à tout, pourvu que nous nous dépêchions. Le mois qui s’annonce regorge d’occasions de vous tétaniser afin de rétablir le rapport de force à l’intérieur de notre couple:

Après un penalty raté par Ronaldinho :
- "Tu te rends compte, 26 ans et déjà milliardaire !"

Après le but décisif des Bleus en huitième de finale :
- "Il est plutôt sexy ce Franck Ribéry, finalement."

Dans la course d’élan de Zidane lors de la séance de tirs aux buts en quart de finale :
- "Je t’ai dit que j’avais pris rendez-vous demain matin pour une réduction mammaire?"

À deux minutes de la fin de la prolongation en demi-finale:
- "Tu te souviens que le 9 juillet, c'est notre anniversaire de mariage?"

Devant la page blanche du résumé de l’élimination de l’équipe de France :
- "Tiens, hier soir, Pierre Menès a dit exactement la même chose que toi dans ton dernier article."

Enfin, le 9 juillet, aller fêter la victoire, avec Jorge, 25 ans, étudiant brésilien.
Partager

> déconnerie

Le dictionnaire du PSG

> sur le même thème

Flash-match : Allemagne-Costa Rica

La Coupe du monde 2006


2007-07-10

Mourir ensemble

Bouteille - Il y a un an, le Mondial et la carrière de Zidane s'achevaient. Relisons à froid ce que nous écrivions à chaud, comme: "Dimanche soir, ce n'est pas le plus fort qui a gagné, c'est encore le football".


2006-07-17

Coupe du monde 2006 : la rétro en ligne

Pour ceux qui ont raté le début, le milieu ou la fin ou pour tout revivre, voici une sélection des articles indispensables mis en ligne depuis deux mois.


Jean-Patrick Sacdefiel
2006-07-17

Panne décence

En guise de vengeance sur la perfide Italie, nous mettons en ligne la Chronique de Jean-Patrick Sacdefiel du numéro de juin, dans laquelle le chroniqueur exprimait son aversion pour une certaine publicité huileuse – et révélait aussi un pan caché de sa vie sexuelle...


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2006"

Sur le fil

Voilà, pas besoin de la VAR pour avoir des penalties sympas.

Que c’est beau une belle tête. #FaisezDesCentres

Quel but d’assassins.

Les Cahiers sur Twitter