auteur
Christophe Kuchly


Dé-Manager aussi connu sous le nom de Radek Bejbl. Écrit pour l'AFP et dans La Voix du Nord.


Du même auteur

> article suivant

Dernier carré

> article précédent

Don't Full-back in Anger

Didier Deschamps, bilan critique

Côté pile, une finale d'Euro et un groupe qui s'étoffe de plus en plus. Côté face, une deuxième place provisoire dans la phase qualificative et un jeu qui manque encore de consistance. Alors, comment juger la saison de l'équipe de France?

Partager


Définir le style de Didier Deschamps, c'est souvent foncer sur un mot: pragmatique. "Qui est plus soucieux de l'action, de la réussite de l'action que de considérations théoriques ou idéologiques", explique le CNRTL. Si tous les entraîneurs souhaitent réussir leur action, gagner en l'occurrence, le degré d'idéologie diffère grandement. Pour un Zdenek Zeman qui n'envisage le football que sous sa forme offensive ou un Christian Gourcuff qui ne veut pas dévier de son 4-4-2, combien de coaches qui regardent ce qu'ils ont à disposition et essaient de rendre l'ensemble fonctionnel?

 

 

Culture de la victoire

Parce qu'il n'a jamais eu de style très marqué mais a continuellement réussi à gagner, le sélectionneur tricolore appartient à cette deuxième catégorie, sans que cela ne semble le déranger outre-mesure. Pas forcément enclin à expliquer sa stratégie et les motivations qui la sous-tendent, il aime en revanche rappeler que l'important est d'être victorieux.

 

Extrait de la conférence de presse précédant son premier match. "Je veux que mon équipe ait la maîtrise du ballon pour poser des problèmes à l'adversaire et utiliser le ballon du mieux possible. Après, tout dépend de la qualité de l'adversaire. La philosophie, c'est d'être efficace. Évidemment qu'il faut gagner, on ne joue pas au football pour s'amuser. On ne peut pas être complètement satisfait s'il n'y a pas le résultat au bout. Je veux que les joueurs entrent sur le terrain avec la volonté de gagner le match en prenant du plaisir et en faisant des efforts."

 

 

Un modèle de consensus. Avoir le ballon mais ne pas en faire un dogme. Marquer des buts. Gagner. Mouiller le maillot. Ne pas jouer pour s'amuser mais prendre tout de même du plaisir. Le discours date de 2012 mais reste valable cinq ans plus tard. En ne disant rien, il dit tout ou presque de Didier Deschamps, coach élevé dans la culture de la gagne plus que dans celle du jeu, milieu défensif d'une époque où il était de bon ton d'en aligner deux ou trois pour être sûr que l'adversaire ne passe pas.

 

Comme tous les entraîneurs du monde, DD veut gagner. Puisqu'il l'a fait tout au long de sa carrière en adoptant une méthode plutôt prudente, s'adaptant à l'adversaire et bonifiant des groupes ne débordant pas de talent, il ne voit probablement aucune raison de changer d'approche. Rationnel et compréhensible, frustrant aussi. Car, en ce mois de juin 2017, le constat est là: la France n'a peut-être jamais eu autant de joueurs de qualité supérieure. Et elle ne le démontre pas toujours sur le terrain.

 

 

L'exemple 1998

À un poteau de Gignac près, la saison – la mission, probablement – aurait été réussie. Et tout le monde aurait oublié la difficulté du chemin. Les Portugais, qui n'ont pas fait grand-chose de plus que la Grèce en 2004 avec un effectif immensément supérieur, n'ont d'ailleurs pas moins fêté leur triomphe européen parce qu'il était tiré par les cheveux. La France le sait mieux que personne. La Coupe du monde 1998, marquée par un parcours bancal dont l'éclaircie fut une finale débloquée sur deux coups de pieds arrêtés face à une équipe dont la star était KO debout, a ainsi donné lieu à des scènes de liesse et une récupération politique rarement vues. L'influence du succès fut autant sociale que footballistique, l'infusion des idées d'Aimé Jacquet ayant, aussi, contribué à appauvrir les ambitions de jeu du football français.

 

Victoire à la Pyrrhus? Les qualités de la génération actuelle, emmenée par un Kylian Mbappé qui n'était alors pas né, incite à relativiser le constat. Si le haut niveau a parfois un peu trop adhéré à l'idée qu'il fallait du béton pour construire le bloc-équipe, le rapide changement de cap au niveau de la formation porte ses fruits. Mais le décalage est aujourd'hui évident entre un entraîneur de l'école Jacquet, qui se repose sur ses cadres, la solidité de sa base et le talent d'un ou deux meneurs, et ces talents émergents, qui ne brillent jamais autant que quand ils sortent du cadre.

 

Pour apprécier les arabesques d'Ousmane Dembélé, il faut accepter le déchet. Tolérer le wagon de ballons perdus, inhérent à un jeu basé sur la prise d'initiative individuelle, et faire en sorte qu'aucun dribble raté ne se paye de l'autre côté. D'une certaine manière, c'est donner un statut particulier à un joueur. Anthony Martial, qui a payé à l'Euro son incapacité à gagner ses un-contre-un, peut en témoigner: certains rôles sont plus exposés, plus clivants que d'autres.

 

 

Nouvelle génération

Contre la Suède, Didier Deschamps a aligné une équipe dans la lignée de ce qu'il faisait à Marseille. Quand il fut champion en 2010, le milieu Mbia/Cissé-Cheyrou-Lucho soutenait ainsi souvent un trio Valbuena/Abriel-Brandao-Niang. Un milieu travailleur (Matuidi), un hybride (Sissoko) et un créateur (Pogba) derrière un meneur (Payet), un grand gabarit buteur (Giroud) et un attaquant complet (Griezmann). Tout n'est pas comparable, les internationaux de maintenant ayant beaucoup plus de qualités, mais c'est l'idée derrière la mise en place qui importe.

 

Comme contre l'Irlande à l'Euro, où Lloris, Griezmann et Giroud avaient évité la catastrophe à une équipe dont le milieu était Kanté-Matuidi-Pogba, comme face au Bélarus, où un dispositif similaire n'avait pas empêché le 0-0 (Martial, Kanté et Kurzawa avait joué à la place de Payet, Matuidi et Mendy), l'animation avait pêché. Avec une relance défaillante, ce qui semble tellement ancré dans l'ADN de cette équipe que ce n'est même plus un sujet.

 

 

À l'Euro, Didier Deschamps a sans cesse tenté de changer, sortant des joueurs du onze d'un match à l'autre et adaptant son système. La preuve d'un manque de certitudes… mais aussi d'une vraie ouverture d'esprit. Si Adil Rami, non-réserviste propulsé titulaire, et Samuel Umtiti, réserviste excellent en demie et en finale, symbolisent l'improvisation qui marqua ce qui doit être le point d'orgue de deux ans de préparation, le Portugal a débuté la finale avec cinq joueurs n'étant pas titulaires lors du premier match. Ainsi est la vérité des compétitions internationales, courtes fenêtres placées après des saisons marathon où Charisteas et Baros peuvent devenir Van Basten et Romario. Puisque, parfois, rien n'a de sens, inutile de tout rationnaliser, d'attendre que le vainqueur réponde à un quelconque mérite.

 

 

Incompréhensions

Le mérite de la France de Didier Deschamps est de ne jamais rien lâcher. Des victoires à la dernière minute contre l'Albanie et la Roumanie, une rébellion face à l'Irlande, une énorme solidarité pour battre l'Allemagne… Mais un seul match où la qualité des hommes ne rend pas le résultat logique – et où le mérite du sélectionneur doit être mis en avant: face aux Allemands justement, avec une grosse performance d'équipe et un peu de la chance nécessaire face à un adversaire aussi maître de son jeu.

 

Et c'est sans doute là que réside toute l'incompréhension entre le football des Bleus et la force de son réservoir. Capable de se sublimer, d'être l'outsider dont le plan réactif est dur à battre, l'équipe de France n'impose que trop rarement sa force, réduit les écarts avec plus fort… mais aussi avec plus faible.

 

Sans résultat, la culture de la gagne peut vite devenir la culture de la médiocrité. La France n'y est heureusement pas encore, mais elle se bride et crispe ses soutiens. Le contraste entre la terne prestation suédoise et la rafraichissante folie anglaise est total. Rien ne dit certes que la voie du jeunisme et de la désorganisation soit la bonne, ni même qu'elle soit viable. Mais si le pragmatisme est de faire réussir l'action, alors donner le ballon à Dembélé plutôt qu'à Sissoko semble être la meilleure idée. La France, qui formait des défenseurs d'exception et opposait Guivarc'h à Ronaldo, avait probablement raison de ne pas vouloir trop d'envolées et d'avoir des complexes. Avec Griezmann, Lacazette, Dembélé, Lemar, Coman, Giroud, Martial, Mbappé (Benzema?) et les autres, c'est peut-être maintenant à elle d'en donner.

 

Partager

> sur le même thème

Don't Full-back in Anger

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Philippe Rodier
2018-07-18

Deschamps, le sens de l'histoire

Au terme d’une Coupe du monde durant laquelle l’équipe de France s’est muée en une machine clinique, les Bleus se sont adjugé une seconde étoile. Le triomphe d'une génération et d’un sélectionneur qui savait où il l'emmenait.


2018-07-16

Deschamp’s Eleven

Une folle finale, des Bleus battants, un titre sur le toit du monde. Pour toucher sa deuxième étoile, l'équipe de France a pris l'eau avant de faire tomber l'orage sur la Croatie: l'épilogue improbable d'une Coupe du monde hors-catégorie. 


2018-07-11

Les Bleus ne laissent rien au Hazard

En demi, l'équipe de France n'a pas fait les choses à moitié face à une Belgique brillante mais neutralisée. • Tours de force • La nalyse • Les gars • Vu du forum. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

RT @ButterflAym: Article de U10 sur Valeri Lobanovski, entraîneur révolutionnaire soviétique. Il est notamment à l'origine de l'éclosion de…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 11h34 - syle : J'imagine que le club ne doit pas en faire une question d'argent, l'enjeu étant justement... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 11h32 - Dinopatou : Marius Taujourd'hui à 11h00Pas intéressé, la dernière fois qu'on a essayé, le type s'est fait... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 11h29 - hulumerlu : Idem pour winter sleep. J'imagine que le cinéma doit encore amplifier l'impact et la beauté des... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 11h21 - Marius T : Dino Diniaujourd'hui à 11h18Il n’y a pas que des vrais gentils qui jouent au faux méchants... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 11h14 - George Worst : Le précurseur était Jean-Marc Rodolphe, dans les années 2000-2005 >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 10h47 - Gouff : Palencia c'est sans option d'achat par contre... faut pas qu'il soit trop trop bon non plus. >>


Bréviaire

aujourd'hui à 10h06 - JauneLierre : Arsène hic"Wenger en «cure de désintoxication»" (lequipe.fr) >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 09h38 - Pascal Amateur : Lu, en effet, mais il y a une quinzaine d'années - et j'avoue n'en avoir pas retenu grand-chose.... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 09h25 - Belmondo Bizarro : Le rapport avec Bernardo c'est qu'on a plein de bons joueurs de L1 qui partent chaque année, et... >>


O TéFéCé

aujourd'hui à 09h14 - Maurice Eculé : Oui Bostock a été meilleur en fin de match, quand le milieu adverse a largement baissé le pied,... >>


Les brèves

Il est des nô-ôtres !

"Guingamp : Eboa Eboa prolonge." (lequipe.fr)

Souici 2

"ASSE : Souici vers un nouveau prêt." (lequipe.fr)

Speed dating

"Kylian Mbappé : pas de temps pour les filles." (femmeactuelle.fr)
Mbappé, court toujours.

Gaolin Soccer

“Chine : le superbe retourné de Gao Lin." (lequipe.fr)

Franche Sibérie

"Un policier russe aux Pussy Riot : 'Parfois, je regrette 1937'." (lemonde.fr)