auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Anelka, trop bien compris

> article précédent

Combats du sport

> article précédent

Top 10 : les orphelins de l’Europe

Dixie Dean, une légende anglaise

Les joueurs d’exception – Le cliché de l’avant-centre anglais doté d’une détente phénoménale et d’un coup de boule fatal doit beaucoup à Dixie Dean, attaquant d’Everton de l'entre-deux-guerres. 

Partager

 

On aurait dû l’appeler Bill, car il s’appelait William, mais il avait hérité très tôt du surnom de Dixie, car il avait la peau très brune pour un Anglais, et des cheveux noirs. Un aspect qui, selon les supporters de Tranmere Rovers, son premier club, le rapprochait des habitants du sud des États-Unis.

 

William Ralph Dean, né en 1907 à Birkenhead, dans la banlieue nord de Liverpool, était pourtant bien un pur scouser, devenu fan d’Everton qu’il rejoint dès l'âge de dix-huit ans en 1925. Le club de Liverpool dispute le championnat anglais depuis sa création en 1888, mais n’a plus remporté le titre depuis 1915.

 

L'entraîneur Thomas H. McIntosh fait débuter sa jeune recrue en équipe réserve. Dès son premier match, celui-ci inscrit… sept buts. Autant dire qu'il gagne très vite sa place en première division.

 

 

 

 


Goal machine

Pour sa première saison parmi l'élite, en 1925/26, Dean ne marque pas moins de trente-deux buts. Le phénomène est doté d’une frappe puissante des deux pieds, mais également d’un timing et d’une détente au-dessus de la moyenne.

 

Dans les treize années d'une carrière presque entièrement vouée à Everton, il inscrit 379 buts pour 431 rencontres. Et encore, on ne se réfère qu'aux stats de la première division anglaise…

 

 

 


Raconter Dixie Dean aurait pu se résumer à une série de chiffres parfois hallucinants s'il n'y avait eu, en 1926, cet accident de moto dont il sortira miraculeusement vivant. Pour ce pantin désarticulé que l'on amène à l'hôpital de Liverpool, le diagnostic des médecins ne fait aucun doute: sa carrière de footballeur est terminée. Il a dix-neuf ans.

 

Dean subit plusieurs interventions. Les médecins parviennent à le rétablir et fixent notamment sa mâchoire avec une plaque de métal. Le travail des chirurgiens ajouté à l'exceptionnelle volonté du joueur fait que, quatre mois après son accident, Dixie Dean foule à nouveau un terrain de football.

 

Aligné à la pointe de l’attaque de l’équipe réserve d’Everton, Dixie Dean plante le but de la victoire d’une reprise de la tête. Rapidement, il retrouve l’équipe première et l’élite du foot anglais.

 


Iron Man

La plaque qui tient sa mâchoire et sa volonté de fer lui valent rapidement un surnom: Iron man (l'homme de fer). Certains soupçonnent même les médecins de lui avoir remodelé le crâne avec de l'acier trempé tant ses coups de tête sont dévastateurs.

 

L'idole de Goodison Park est sélectionnée pour la première fois dans le onze anglais le 12 février 1927, pour une confrontation à Wrexham face au Pays de Galles. Score final 3-3, Dean marque deux fois.

 

Le public parisien aura l’occasion de saluer le phénomène qui inscrira deux fois deux buts contre l’équipe de France de ses deux passages au Stade de Colombes avec la sélection anglaise, en mai 1927 (victoire 6-0) puis en mai 1928 (victoire 5-1). En seize sélections avec l'équipe d'Angleterre, Dixie Dean inscrit dix-huit buts.

 

En fin de saison 1927/28, Everton décroche enfin son troisième titre de champion d'Angleterre. Dean a inscrit huit triplés au cours de la saison, et termine meilleur buteur du championnat avec le total hallucinant de soixante buts! Un record figé pour l’éternité. Son équipe totalise 102 réalisations en 42 rencontres. Du jamais vu.

 

À peine deux ans après cette saison triomphale, l’équipe d’Everton rate complètement l'exercice 1929/30 et, pour la première fois de son histoire, se retrouve reléguée en deuxième division. Le passage est très court: Dean et Everton remontent aussitôt puis sont sacrés champion dans la foulée.

 

 

 


Mort un jour de derby

Les Toffees remportent également la Cup en 1933 après avoir battu Manchester City (3-0). Dixie Dean poursuit son œuvre à coups de boules imparables. Il est le cauchemar toutes les défenses du Royaume.

 

La légende rapporte qu'un jour, Dixie Dean croisa dans Lime Street Elisha Scott, autre légende locale… mais gardien de but du club d'en face, le Liverpool FC. Les deux hommes auraient pu se saluer en gentlemen, mais une boîte de conserve traînait là. Dean la botta avec force, et Scott plongea sur le bitume pour s'en emparer…

 

En 1938, Dean a trente et un ans, mais les rouages commencent à grincer et le fighting spirit s’émousse quelque peu. Il refuse d'exposer son déclin aux fans d'Everton et va finir sa carrière à Notts County, en troisième division, puis chez les Irlandais de Siglo Rovers.

 

Il reviendra en Angleterre, ouvrira un pub à Chester, pas trop loin de Liverpool, ce qui lui permet de suivre les performances de ses successeurs à Goodison Park. Suite à une thrombose en 1976, il sera amputé d'une jambe.

 

Le 1er mars 1980, se joue le derby Everton-Liverpool, un match que Dean, même à soixante-treize ans, ne raterait pour rien au monde. Peu avant la rencontre, il est victime d'un malaise dont il ne se relèvera pas. Dixie Dean est mort dans le théâtre de ses exploits. Et Everton a perdu le derby. Sale journée pour les Blues.

 

Partager

> sur le même thème

Combats du sport

> Dossier

Histoire FC

Les joueurs d'exception


Christophe Zemmour
2020-03-31

La place de San Marco

Il y a presque vingt-cinq ans, Marco van Basten mettait, à contrecœur, un terme à une carrière qui en fit un des plus grands avant-centres de l'histoire.


Christophe Zemmour
2015-05-05

Gianluigi Buffon : revoir Berlin...

Il manque encore la Ligue des champions à Gianluigi Buffon. La conquérir enfin cette année, à Berlin, lieu de son plus grand couronnement, accomplirait encore davantage la carrière du portier italien et en particulier son histoire avec la Vieille Dame.


Pierre Cordier
2014-01-10

Le footballeur et le dictateur

Les joueurs d'exception – Peut-on s’opposer à la dictature en jouant au football? Retour sur l’engagement de Carlos Caszely, légende du football chilien, et sur son combat contre le régime militaire du général Pinochet.


>> tous les épisodes de la série "Les joueurs d'exception"

Le forum

Tout en haut du Nou Camp

aujourd'hui à 11h08 - liquido : Messi, il feinte délibérément avant sa frappe taclée ou rate sa tentative de s'emmener le... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 11h08 - sehwag : gurneyaujourd'hui à 09h18Tu aurais dû le savoir que fréquenter trop PEM nuirait à ta fragile... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 11h06 - Le déjeuner sur Hleb : Bonjour,(1) Je suis né le 9 août.(2) Je suis un vrai petit globe-trotter puisque j’ai connu... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 10h58 - L'amour Durix : Tope là, gurney !Et le vainqueur de ta demi finale bat celui de la mienne en finale, bien sûr. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 10h28 - Yul rit cramé : Et le match de rêve contre Nîmes avec 6 buts marqués à domicile, ce que, je le rappelle, M6 n'a... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 09h40 - Luis Caroll : matthias08/08/2020 à 22h52Luis Caroll07/08/2020 à 20h57Un paragraphe du figaro qui génère dix... >>


Observatoire du journalisme sportif

08/08/2020 à 22h51 - Le déjeuner sur Hleb : Bon alors je suis heureux qu’il ait enfin fini par réussir à trouver un boulot à Paris après... >>


Noir, Jaune, Foot

08/08/2020 à 22h31 - Le déjeuner sur Hleb : Milan de solitudeaujourd'hui à 22h06Diablesse Rougeaujourd'hui à 21h13Et rien à faire, les... >>


Gerland à la détente

08/08/2020 à 22h15 - impoli gone : (2 de plus) >>


Lost horizons

08/08/2020 à 20h49 - L'amour Durix : "Lisardo Lombardía (né le 10 février 1955) est un responsable asturien d'institutions... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)