> article suivant

Revoir Guadalajara

> article précédent

Comedia

États de choc

Partager
Je ne suis pas sûr que cette formation ait été très utile, en définitive. Après deux heures d’entraînement pas franchement concluantes, les deux Portugais sont repartis un peu fâchés, nous disant qu’on y mettait de la mauvaise volonté. Il n’y a que Malouda qui a trouvé grâce à leurs yeux, avec une technique de syncope intéressante. Et puis Trezeguet, vu qu'il n'a pas de mal à avoir l’air convaincant dans le rôle du mec complètement dégoûté.
Le plus embêtant, c'est que ce matin, on a retrouvé Pauleta dans un buisson, tétanisé, visiblement en état de choc. On a essayé de savoir ce qui s'était passé et forcément, au bout d'un moment, on s'est tourné vers Dhorasoo. «Quoi? il a fait. Je lui ai juste dit "À dans quinze jours au Camp des loges"».

À part ça, j'ai croisé Thiriez au Château, il avait l'air tout triste, sa moustache pendait vers le bas. En fait, il était déprimé de voir que la vérité sur le niveau des attaquants étrangers de Ligue 1 éclatait à la face du monde. Pour le consoler, je lui ai dit que mon astrologue pensait que Govou allait marquer avant la fin du Mondial. J'ai dû toucher une corde sensible parce qu'il a fondu en larmes. Coupet est venu le consoler en lui expliquant que ce n’était pas la faute des attaquants, mais bel et bien la sienne, et qu’il promettait de laisser passer plus de buts l’année prochaine, vu que ça ne servait à rien de les arrêter. Il a essayé de me regarder méchamment en disant ça, mais son regard m’a plutôt fait penser à la grimace de Didier Six quand il nous avait annoncé qu’il déménageait en Turquie.

Partager
>> aucune réaction

Blog de Raymond, 1ère partie: 2006


2006-07-10

Épilogue


2006-07-09

Tombés de l'Olympe


2006-07-08

La veille du grand soir


>> tous les épisodes du thème "Blog de Raymond, 1ère partie: 2006"