auteur
Nicolas Tessier

> article précédent

Direction Paris, via l’Angleterre

Fautes ! (de langage)

Exercice – Les footballeurs sont accusés de maltraiter la langue, mais avec quoi peut-on mesurer cette maltraitance? Exploration des "(sic)" qui marquent leurs fautes. 

Partager

 

Ce texte est un inspiré de mon mémoire de Master en sciences du langage. Le ton est plus léger.

 

Hypothèse: on a l’habitude de dire que le footballeur parle mal. Je pose cette hypothèse après maintes lectures et écoutes sur les discours des footballeurs, ainsi qu'après avoir entendu de nombreux commentaires d'amateurs (ou non) de football sur leur supposé manque de maîtrise linguistique. Pour faire vite, si l'on utilise dans une même phrase "langage" et "footballeur", on aura souvent comme réponse: "Ribéry".

 

Personnellement, je n’ai pas l’impression que le footballeur s’exprime moins bien que les gens qui m’entourent [1]. Pire, je pense qu’il parle beaucoup mieux après un effort d'une heure trente. Moi, après avoir couru vingt minutes, j’ai oublié toutes les règles de syntaxe.

 

 

 


Le (sic), juge du discours

J’ai donc voulu savoir par rapport à quel usage dit-on que les footballeurs s'expriment mal. Quelles "fautes" font les footballeurs? [2] Pour ce faire, j’ai choisi d’analyser les discours des footballeurs marqués par un "(sic)" sur le site de L'Équipe.

 

Pourquoi le (sic)? C’est un adverbe qui commente implicitement le discours rapporté. Pourquoi lequipe.fr? C’est le site du journal sportif le plus lu en France, et c’est gratuit.

 

Sur l’année de l’étude (2017), le mot (sic) a été utilisé seulement 32 fois sur lequipe.fr, toutes catégories d’articles confondues (football et autres sports). Quand on se concentre uniquement sur les articles de football, on tombe à 17. C’est peu. Si on critique le langage du footballeur, son discours semble être très peu condamné par le (sic).

 

Sur ces 17 (sic), 9 pointent une faute de langage, les autres soulignant un registre familier/grossier, une polysémie ou le contenu du discours [3].

 

Et si on se limite au discours du joueur de football – puisque c’est surtout le discours du footballeur qui est moqué, et non pas ceux des autres acteurs du football (peut-être simplement par assimilation, on considère que tout acteur du football, quel que soit son rôle dans ce sport, n’est pas foutu de parler français) –, on chute à six occurrences (les trois autres portent sur des discours d’entraîneurs).

 

Donc, sur l’année 2017, six fois seulement un footballeur a vu son discours souligné d’un (sic) dénonçant un langage fautif. C’est une bonne perf’ pour des illettrés.

 

 

Quelles fautes font les footballeurs?

Analysons maintenant les citations des six condamnés, pour voir la nature de leur faute.

 

Neymar, article du 7 aout 2017: "Neymar a aussi tweeté dans la nuit de dimanche à lundi une photo de lui devant le monument, accompagnée du slogan des supporters du PSG mal orthographié: «Ici Ces't Paris» (sic)."

 

Contexte. La Tour Eiffel est décorée en l’honneur de l’arrivée de Neymar à Paris.

 

Analyse. Bon, oui, l’apostrophe est mal placée. Mais le gars n’est même pas encore arrivé en France, on peut comprendre qu’il (ou son community manager) puisse se tromper. Et comme si le (sic) ne suffisait pas, le journaliste précise que le slogan est "mal orthographié". Double peine.

 


Mendy, Benjamin, article du 1er décembre 2017: "Comment ca sdit chance en russe ? (sic)"

 

Contexte. Tweet de Benjamin Mendy suite au tirage au sort du premier tour de la Coupe du monde 2018.

 

Analyse. Là aussi, un problème d’apostrophe. Plus une élision utilisée dans le langage oral. On ne va pas en faire un drame. En plus c’est sur Twitter, un support où l’écrit a les caractéristiques de l’oral, avec son côté immédiat [4]. Autre hypothèse, ce (sic) pourrait ici juger le contenu du discours. Le journaliste a peut-être voulu souligner une certaine arrogance de Benjamin Mendy.

 


Barton, Joey, article du 21 septembre 2017: "J'ai hâte de revenir. Je n'oublierai jamais le temps que j'ai passé avec vous (un an en prêt, en 2012-2013). L'OM dans la coeur (sic)."

 

Contexte. Joey Barton s’adresse aux supporteurs marseillais, pour le cinquième anniversaire de ses débuts à l’OM.

 

Analyse. Est-ce que le journaliste condamne la confusion de Joey Barton entre le masculin et le féminin? Est-ce qu’il pointe avec amusement cette confusion, habituelle pour un anglophone, entre le masculin et le féminin? Est-ce que le journaliste ne souligne pas cette confusion, mais le fait que "l’OM dans la cœur" soit écrit en français, alors que le reste du texte est en anglais?

 


Gomis, Bafétimbi, article du 5 juin 2017: "Je ne suis pas encore partie (sic) ni pris ma décision je suis en pleine réflexion voilà tout..."

 

Contexte. OM? Swansea? À l’intersaison, on ne sait pas où jouera Gomis en 2017-18. Il a posté une photo sur Twitter lors de sa reprise de l’entrainement avec Swansea.

 

Analyse. Clairement, c’est l’accord du participe passé au féminin qui est visé ici. Cela dit, l’omission de l’auxiliaire devant "pris ma décision" nécessitait l’emploi de l’auxiliaire "avoir" dans la proposition précédente. Si on joue au prof, autant le faire jusqu’au bout.

 


Matuidi, Blaise, article du 28 avril 2017: "Voilà je commence ce blog pour vous partager (sic) mes deux passions dans la vie: le foot et les Nerf. J'espère que vous allez kiffer."

 

Contexte. Sur un Tweet, Blaise Matuidi nous dit qu’il est fan de Nerf, la marque de pistolets à eau. On apprendra plus tard que ce message est une grosse publicité en partenariat avec ladite marque.

 

Analyse. Je pense que la syntaxe est ici jugée. Telle que la première proposition est écrite, le journaliste juge que le pronom "vous" devant le verbe "partager" doit être interprété comme un complément d'objet direct. Or, ce n'est pas ses lecteurs que Blaise Matuidi partage, mais c'est avec eux qu'il partage son blog. Et puis, si on tape "pour vous partager" dans un moteur de recherche, on voit que c’est une formule souvent utilisée. En plus, vu que c’est une marque qui a écrit le message, on ne peut pas blâmer le footballeur.

 


Drogba, Didier, article du 12 avril 2017: "Heureux d'annoncer que je continue ma carrière au Phoenix Rising Football Club et par la même occasion rejoindre (sic) le groupe d'actionnaires"

 

Contexte. Après un passage à Montréal, Didier va aux States.

 

Analyse. Arrivé vers la fin de sa phrase, Didier Drogba en a oublié le début. C'est probablement une erreur de syntaxe qui est signalée ici, entre "heureux d'annoncer que" et "rejoindre le groupe d'actionnaires". Là aussi, c’est sévère. On entend ce genre de phrase à l’oral sans que quiconque souligne quoi que ce soit. Et comme dit plus haut, Twitter, c’est un peu de l’oral.

 

 

Conclusion

Sur l’année 2017, on compte six footballeurs dont les propos ont valu un (sic) condamnant une faute. Sur les six, deux sont non-francophones (Barton et Neymar), un n’a probablement pas écrit son message (Matuidi), et les trois derniers ont fait des erreurs tout à fait acceptées à l’oral (Gomis, Drogba, Mendy), sur un support qui favorise cet écrit oralisé (Twitter).

 

Certes, il y a le "e" de "je ne suis pas encore partie" de Gomis. Une faute signalée sur une année d’articles, c’est plutôt un bilan correct pour les footballeurs.

 

Cependant, étant donné le peu d’utilisation de l’adverbe (sic) par les journalistes de lequipe.fr, (32 dans l’année), on peut plus raisonnablement conclure que si le footballeur fait des fautes, celles-ci sont alors peu signalées par le mot (sic), ou bien sont corrigées à la retranscription.

 

Mais alors, où les trouve-t-on, ces supposées nombreuses fautes de langage des footballeurs? Peut-être dans les anthologies de déclarations que l'on se transmet, si connues que vous n'aurez probablement pas grand mal à attribuer celles-ci à leurs auteurs.

 

 


[1] Indice sociologique: je considère être issu de la classe moyenne. Quartier pavillonnaire de la région parisienne. Bac S. Université.
[2] "Fautes" est entre guillemets car cette notion est contestée en linguistique. J’utilise ce mot par simplicité.
[3] Selon Alice Krieg, linguiste qui a étudié ce petit mot (sic), celui-ci peut avoir quatre significations. Selon les cas, il dénonce:
- une non-conformité à la norme linguistique. Ex: "Si j’aurais (sic)".
- le niveau de langue (familier, argotique etc.). Ex: "Merde (sic)".
- une ambiguïté, une polysémie. Ex: "Brigide Bardot à St-Trop dans ses robes en Vichy (sic)". Télérama, 10 juin 1998
- Une inadéquation entre le mot et la chose. Cette inadéquation peut être jugée de différentes manières (plaisante, déplaisante, amusante, fautive...). Le journaliste se détache des idées portées par le discours qu’il rapporte. Ex: "Il ne faut pas confondre le business avec les droits de l’homme (sic)". Ion Tiriac, ancien joueur de tennis, homme d’affaires, lequipe.fr du 5 juin 2017.
Ce qui m’intéresse pour cette étude, c’est le premier (sic), qui condamne la performance linguistique de celui dont on rapporte le discours.
[4] Des études sur le cyberlangage:
- Bouillaud Céline, Chanquoy Lucile, Gombert Jean-Émile, 2007/6, "Cyberlangage et orthographe : quels effets sur le niveau orthographique des élèves de CM2, 5e et 3e?", Bulletin de psychologie, n° 492, p. 553-565. 
- Fairon Cédrick, Klein Jean René, 2010/3, "Les écritures et graphies inventives des SMS face aux graphies normées", Le français aujourd'hui, n°170, p. 113-122. 

 

Réponses : 1d ; 2e ; 3f ; 4c ; 5g ; 6a ; 7h ; 8b.

 

Partager

Cultures football


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


Richard N
2019-09-03

Netto, retour de bâton

Après les fameux bâtons de Nasazzi et de Bourbotte, voici… le bâton de Netto, qui démarre lors de la première finale du Championnat d’Europe en 1960. Making of. 


Antoine Zéo
2019-06-03

Footballeurs en liberté

Festival La Lucarne – À l'occasion de la projection du documentaire Démocratie en noir et blanc, on reparle de l'expérience politique et citoyenne des Corinthians de Socrates entre 1981 et 1984. 


>> tous les épisodes du thème "Cultures football"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)