auteurs
Richard N & Christophe Zemmour

> article précédent

La Gazette de la L1 : 37e journée

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.

Partager

 

Pascal Feindouno a dix-huit ans. Lorsqu’Élie Baup le fait entrer en jeu au Parc des Princes à la 83e minute du PSG-Bordeaux du 29 mai 1999, il ne s’agit que de son troisième bout de match en Première Division. Mais il y a urgence. Le score est à 2-2, c’est la dernière journée, et Bordeaux doit absolument l’emporter s’il veut être sacré champion de France.

 

 

Le but du titre

Au même moment à Nantes, l’Olympique de Marseille jubile. La 90e minute approche et sa victoire (1-0) sur les Canaris combinée au résultat du Parc lui donne le titre, l’année de son centenaire. À Paris, les Girondins continuent d’attaquer. Michel Pavon franchit la ligne médiane et donne sur la gauche à Lilian Laslandes.

 

 

L’ancien Auxerrois a vu la course de Feindouno et le lance en profondeur dans la surface de réparation entre deux défenseurs. Le jeune Guinéen s’empare de la balle et la glisse d’une frappe assurée du pied droit sous le corps de Bernard Lama. Pascal Feindouno vient d’inscrire le but qui donne aux Girondins de Bordeaux leur cinquième titre de champion de France.

 

Près du banc, Élie Baup s’écroule sous les embrassades des membres de son staff. Sur le terrain, Feindouno se signe et reçoit l’accolade de ses coéquipiers. À Nantes, le ciel tombe sur la tête de l’Olympique de Marseille. La déception est immense. À tel point que l'entraîneur Rolland Courbis lâche ses premiers doutes sur l’implication des Parisiens. Car une ambiguïté de taille plane sur cette ultime journée de championnat: les joueurs du PSG ont-ils vraiment envie de battre Bordeaux et de donner, en conséquence, le titre à leur ennemi juré?

 

Le scénario du match a pourtant donné la réponse: par deux fois, les Parisiens sont revenus au score, et ce n’est qu’en toute fin de match qu’ils ont concédé la défaite. Certes, on peut se poser des questions sur leurs approximations défensives sur les buts bordelais, mais il faut rappeler que ce PSG-là a été approximatif tout au long de la saison, ce qui l’a contraint à jouer longtemps pour son maintien.

 

L’Olympique de Marseille est surtout en colère contre lui-même, depuis cette défaite incroyable quinze jours plus tôt dans ce même Parc des Princes alors qu’il menait 1-0 jusqu’à la 84e minute. Une défaite (2-1) à cause de laquelle il a perdu la première place et vu Bordeaux reprendre le leadership.

 

 

Rivalité et révélations

Le but de Pascal Feindouno est un sujet qui revient fréquemment à la surface lorsqu’il s’agit d’alimenter la rivalité PSG-OM. Même après vingt ans, les médias trouvent toujours d’anciens joueurs qui profitent de l’occasion pour balancer quelques pseudo-révélations sur ce match contre Bordeaux histoire de remettre leur nom à la une des gazettes.

 

 

Il est dommage finalement que celui de Pascal Feindouno soit tout le temps resté attaché à cette suspicion sur fond de guéguerre parigo-marseillaise. Joueur magnifique bien qu’inconstant, il deviendra rapidement titulaire aux Girondins de Bordeaux, après une escapade à Lorient le temps de remporter une Coupe de France. En 2004, il rejoindra son mentor Élie Baup à Saint-Étienne où il restera quatre années et laissera également un très bon souvenir.

 

Partager

> Dossier

Histoire FC

Un jour, un but


Richard N
2019-05-30

Francis 1979, un million le but

Un jour un but – Le 30 mai 1979, Trevor Francis marque le seul but de la plus improbable des finales de la Coupe des clubs champions qui voit la victoire de Nottingham Forest sur Malmö FF.


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-23

Solskjær 1999, le miracle du Camp Nou

Un jour un but – Le 26 mai 1999 à Barcelone, le Norvégien Ole Gunnar Solskjær achève le Bayern Munich en ponctuant le plus ahurissant final de la Ligue des champions.


Christophe Zemmour et Richard N
2019-05-06

Iniesta 2009, fucking grace

Un jour, un but – Le 6 mai 2009, au bout du bout de Chelsea-Barcelone, demi-finale retour de la C1, Andrés Iniesta trouve la lucarne de Petr Cech. Un but colossal et fondamental pour le club, pour lui et pour l’histoire récente du football.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)