auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article précédent

Manu militari

Feuilles mortes

Samedi, L'Équipe Mag a livré des extraits d'un livre des éditions L'Équipe sur la une à scandale de L'Équipe. Ou quand l'autopromo rejoint l'autojustification.
Partager
Samedi, L'Équipe Mag produisait les "bonnes feuilles" de Histoire d'un scoop, livre de Damien Degorre et Raphaël Raymond à propos de la révélation, durant la dernière Coupe du monde, des insultes de Nicolas Anelka à l'encontre de Raymond Domenech à la mi-temps de France-Mexique. Une actualité de plus en plus faisandée, qui ne fait d'ailleurs plus la une (c'est Bixente Lizarazu qui s'en empare, avec la mer en arrière-plan évidemment). On peut même nous reprocher d'y réagir à notre tour, mais l'exercice est trop parlant: L'Équipe Mag livre des extraits d'un livre publié par les éditions L'Équipe à propos de la une à scandale de L'Équipe...


scoop_clash_1.jpgRien sur le fond
L'article prend la forme d'une chronologie, et en reste là sur le fond. Il élude la question de l'exactitude des propos de Nicolas Anelka en ne s'attachant qu'à leur teneur: l'information d'une altercation violente entre le joueur et Raymond Domenech a été fournie et confirmée par différentes sources fiables. Et sur la pertinence de reproduire ces propos orduriers littéralement sur la première page, alors que leur exactitude n'était pas attestée comme le montrera la suite, plutôt que dans les pages intérieures, rien. Quoique, un indice: "Quand on possède une telle info, on la met en valeur" écrivent les auteurs (sans rire?).
On apprend que la discussion a eu lieu, mais on n'en connaîtra pas les termes. "Bien sûr, entre nous, ça débat (sic). Comme cela débat au siège. Les arguments en faveur d'une telle une sont plus nombreux que ceux en sa défaveur". Amusante formulation: plus nombreux, d'accord, mais étaient-ils meilleurs? Savoir aussi quelle était leur teneur permettrait d'en savoir plus sur les motivations du journal... Malheureusement, de ce côté, le secret du vestiaire est respecté.


Un coup bas anobli en scoop
Dans ces lignes, une vague justification : il fallait punir une équipe dont le discours officiel travestissait sa réalité. "À Paris, la hiérarchie (...) se rejoint (sic) sur une idée force: il y en a marre de cette hypocrisie qui entoure l'équipe de France" (1). Il se serait donc agi de "présenter le vrai visage de l'équipe de France qui n'en est, finalement, pas une". L'argument est d'autant plus dérisoire que la moitié des clubs et des sélections, au bas mot (2), mériterait un traitement analogue. Le choix continue de ressembler à un règlement de comptes et à une envie de réaliser un "coup" assez bas, anobli en scoop dans le titre du livre.
Le poisson est bien noyé, les questions restent. Pourquoi des injures invérifiables en toutes lettres et en devanture des kiosques dans toute la France? Pourquoi, accessoirement, alors que l'équipe de France n'est pas éliminée, choisir de la faire exploser en toute connaissance de cause? (3) "Comment cela va-t-il être interprété? Que vont en penser nos lecteurs. Comment va réagir le monde du foot? Il est évident que toutes ces questions nous traversent l'esprit". Manifestement, elles n'ont fait que traverser.

scoop_clash.jpg

Juge et partie
Il est bien précisé, avec une certaine insistance puisque trois passages des extraits de L'Équipe Mag reviennent sur ce point, que la décision a été prise par "la hiérarchie" à Paris (J). On ne sait pas s'il faut flairer un désaccord ou juste une façon de dégager la responsabilité de journalistes qui restent au contact de la sélection et des internationaux. Une autre précision retient l'attention: les "chefs de la rubrique football" avaient pour "première idée" l'option consistant à reproduire les insultes en titre, mais seulement en pages intérieures. En d'autres termes: la direction assume la responsabilité. Dommage que ce ne soit pas elle qui témoigne.

Le livre (164 pages pour 10 euros) dont cet article est un sous-produit et un support de promotion est peut-être plus riche, mais faute de débat et de contradiction, il ne sera pas autre chose qu'un exercice d'autojustification stérile – comme l'avait été L'Affaire Jacquet de Vincent Duluc. En définitive, ces bonnes feuilles confirment en négatif ce que L'Équipe ne veut pas concéder: c'est moins le souci de la vérité que le mercantilisme et un désir de représailles qui ont poussé le journal à présenter l'information de cette façon, alors que rien ne l'y obligeait. L'école de la malveillance s'est offert une revanche sur douze ans de frustration.


(1) La suite de cette phrase : "À Paris, la hiérarchie (...) se rejoint (sic) sur une idée force: il y en a marre de cette hypocrisie qui entoure l'équipe de France depuis le début de sa préparation et de ces personnes qui font croire, répètent, insistent comme pour mieux s'en convaincre elles-mêmes que tout va mieux dans le meilleur des mondes, que l'ambiance est excellente, que tout le monde s'aime, s'amuse, s'améliore de jour en jour".
(2) Rappelons les propos d'Arsène Wenger: "Étant ici avec dix ou onze joueurs, je peux vous dire qu'il y a 80% des groupes ici en Afrique du sud qui sont au bord de l'implosion. Tous les groupes vivent difficilement" (Lire "La Crise du star-system").
(3) Lire "La mi-temps de France-Mexique".
(4) "Vers 22 heures, la direction de la rédaction tranche: les insultes feront la une". "L'édition de ce papier, c'est-à-dire sa relecture au siège du quotidien, sa titraille et sa mise en page relèveront de la hiérarchie. À elle de décider si elle place les insultes en une, en page 2 et 3, ou si elle les laisse dans le cœur de l'article sans les faire ressortir et trouve une autre idée de titre".
Partager

> sur le même thème

Micro de Plomb 2010 : le vote

> du même auteur

Un Pierre dans notre jardin

Les médias et les journalistes


Jacques Blociszewski
2019-10-01

Non, un match de foot n’est pas une histoire

Tribune – Le football ne raconte pas d'histoire, mais la télévision s'en empare pour imposer et son propre storytelling.


Jérôme Latta
2019-05-17

Comment faire du journalisme avec les stats ?

Une Balle dans le pied – Pour réellement valoriser les statistiques, les médias spécialisés doivent arrêter de lancer des chiffres qui ne disent rien, et prendre le parti de faire du journalisme avec les données. 


Nadine Zamorano
2019-04-18

L'invention du consultant

Comment s'est imposé le "consultant" de foot, dont le nom et le principe viennent du monde de l'entreprise et du conseil, et dont la fonction n'est pas toujours allée de soi?


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)