auteur
La rédaction

Du même auteur

> article suivant

Dernier carré

> article précédent

Le replay - saison 7, épisode 6

Don't Full-back in Anger

En battant avec l'allégresse de la jeunesse une piètre Angleterre, l'équipe de France met fn à sa saison avec de jolis moments, et de belles promesses. ÉditoObservationsNalyseNotes de BartonRévélateur de révélateurVu du forum

Partager

 

Une balade contre le Paraguay, une punition en Suède, une victoire un peu burlesque contre l'Angleterre: la fin de saison des Bleus les a fait passer par plusieurs états. On pourrait ne retenir que le ou les points envolés à Solna, mais les émotions de la soirée d'hier ont un peu rechargé les enthousiasmes. Elles ont commencé à se répandre avec les hommages d'avant-match, tout en annonçant le caractère improbable de ce qui allait suivre.

 

Un maréchal des logis de la Garde républicaine entonnant guitare à la main une chanson d'Oasis, aucun bookmaker anglais n'aurait pensé à mettre une cote sur cette éventualité. En revanche, les supporters des Three Lions n'ont pas dû être très surpris de voir leur équipe perdre le match après être revenue au score sur un penalty lui offrant aussi la supériorité numérique. Pour se faire ainsi secouer par une équipe de gamins, il faut souffrir de nombreuses et profondes faiblesses. À la fois barrés et surcotés en Premier League, à peu près inexportables, c'est un peu No Future pour les espoirs anglais.

 

À l'inverse, ce match a célébré les promesses de la génération qui vient sous le maillot bleu. En les regardant avec les yeux de l'amour, on glissera aussi bien sur l'handi-défense adverse que sur un bilan individuel contrasté pour Mbappé et Dembélé. Ces deux-là, avec Lemar, Kanté et Pogba (même pas 22 ans de moyenne d'âge), ont emporté la décision. De quoi intensifier les réflexions de Didier Deschamps, voire accélérer ses décisions. Entre les compositions rêvées des amateurs de foot et celles très pragmatiques du sélectionneur, il y a un décalage que ce dernier rattrapera peut-être plus tôt qu'il ne l'avait pensé.

 

 

 

 

 

 

Les observations en vrac

 

Les mecs qui ont parlé pendant la minute de silence, faut les ficher S.

 

Quelques jours après le titre mondial U20, l'équipe A de l'Angleterre se fait corriger par deux joueurs qui avaient l'âge de participer.

 

Calmos sur les comparaisons Mbappé/Henry. On attend beaucoup mieux de Kylian.

 

Il fallait bien une minute d'interruption pour que l'arbitre vidéo choisisse de confirmer la décision de l'arbitre central et l'augmente d'une expulsion discutable.

 

Dimitri Payet n'est même pas entré en jeu pour son jubilé. 

 

Pas mal pour un match sans Sissoko.

 

Vous vous souvenez de Martial et Coman?

 

 

 

 

 

 

La nalyse

C. K. – "Qui n'a plus d'espoir n'aura plus de regrets", a écrit Shakespeare (pas celui de Leicester) sans se douter que la phrase serait réutilisée au lendemain d'un match de football. Du côté de l'équipe de France, c'est tout l'inverse: les espoirs, surclassés chez les A (Dembélé et Mbappé auraient même pu disputer le Mondial U20) donnent des regrets. Quelques jours après l'échec de Solna, qui deviendra peut-être déroute si jamais les choses tournaient mal lors de la suite de la phase qualificative, ce sont les jeunes qui ont le plus brillé. Des joueurs qu'il est trop tôt pour qualifier d'indiscutables, mais qui vont rapidement donner des maux de tête au sélectionneur. À condition, bien sûr, qu'ils gardent leur niveau actuel, chose que n'ont pas su faire les Coman et autres Martial.

 

 

 

 

En attendant de juger sur la durée, on se concentrera sur le présent, celui-là même qui donne des regrets sur l'équipe alignée contre la Suède. Côté gauche de ce 4-4-2 pouvant muter en 4-3-3, Thomas Lemar, joueur au profil atypique et très polyvalent. Côté droit, Ousmane Dembélé, détonateur qui a fait exploser toutes les défenses croisées cette saison. Devant, aux côtés d'Olivier Giroud, Kylian Mbappé, dont la progression va probablement s'arrêter un jour mais visiblement pas tout de suite. N'Golo Kanté au milieu, Samuel Umtiti en charnière centrale. Sur le papier, l'ensemble est séduisant. Malheureusement pour Didier Deschamps, il le fut tellement sur le terrain que le choix de Matuidi, Sissoko et compagnie pour la seule rencontre ayant un intéret comptable paraît bien mal habile. Il est toujours plus facile d'avoir raison après coup, mais les soucis du vendredi avaient été devinés par beaucoup.

 

Bien sûr, l'équipe de France n'a pas atteint des sommets inexplorés dans cet affrontement contre des Anglais au onze inégal. Ses problèmes à la relance, pas réglés par le retour d'Umtiti, laissent supposer que le problème est plus structurel qu'autre chose. L'incapacité à concrétiser ses occasions, qui tranche avec le réalisme adverse, a une nouvelle fois été criante, le score reflétant mal le rapport de force. Mais, si l'enjeu était limité, on a envie de retenir l'enthousiame qui se dégage de cette équipe, pas tant lié à sa jeunesse qu'à sa capacité à réussir ce qu'elle tente. Les joueurs offensifs, qui parlent le même football, ont combiné toute la soirée, prenant beaucoup de bonnes décisions à pleine vitesse et collant quelques tours de rein à Cahill et Stones. Au milieu, Kanté a fait le sale boulot, tandis que Pogba s'est constamment sorti du pressing par quelques tours de passe-passe. 

 

La forme internationale de Giroud, et ce qu'il apporte dans le jeu aérien quand les Bleus n'arrivent pas à relancer par le sol, en font un titulaire difficile à déloger. À ses côtés, Griezmann maintient un très haut niveau depuis tellement longtemps qu'il serait incompréhensible de le remettre en question. Mais ce milieu à quatre a tous les atouts pour être, si pas le choix prioritaire de Didier Deschamps, une solution très efficace. S'il fallait associer le meilleur récupérateur actuel avec le milieu le plus complet, le choix d'une paire Kanté-Pogba serait l'un des premiers. Deux pieuvres qui, et le pauvre (et pourtant très bon) Dele Alli peut en témoigner, vampirisent l'entrejeu.

 

Et si Dembélé a un rôle assez classique – qu'il maîtrise à la perfection –, le facteur X se nomme Thomas Lemar. Gaucher capable de percuter sur le côté mais aussi de redescendre renforcer le milieu et mener le jeu, il incarne une espèce rare: un joueur capable d'aller entre les lignes et de bonifier le jeu dans toutes les positions. L'Espagne, qui en a par wagons (Koke, Saul, Isco, Asensio, Silva, Iniesta... même si certains se fixent à une position), nous en a laissé un. C'est peut-être ce qu'il manquait pour franchir la dernière marche. D'autant que ce n'est pas le plus mauvais quand il s'agit de tirer les coups de pieds arrêtés...

 

 

 

 

 

Les notes de Joey Barton

 

 

 

 

 

 

 

Le révélateur de révélateur

 

L'image est passée une fraction de seconde, révélant un peu de la cuisine du révélateur. Passons sur le fait qu'il est mal placé, ce qui n'a rien d'exceptionnel. En revanche, on voit les lignes rouges, d'habitude invisibles au téléspectateur, qui servent manifestement à "caler" la ligne virtuelle. Assez approximativement, là aussi.

 

 

 

 

 

Vu du forum

=>> Mevatlav Ekraspeck - 21h09
Un petit "Daesh, Daesh, on t'enc…" m'aurait plu.

 

=>> emink - 21h14
On la voyait venir. Il est trop libre, Sterling.

 

=>> emink - 21h21
Il avait pourtant un boulevard, Ousmane.

 

=>> Freddy - 21h27
C'est quand même un peu problématique ces blessures récurrentes de Mendy, il est beaucoup trop musclé ce garçon.

 

=>> PCarnehan - 21h31
Bien que peu efficace, la variété de la gestuelle des gardiens britanniques est toujours un spectacle en soi.

 

=>> O Gordinho - 22h59
Il faudrait bannir à vie les arbitres qui, dans le même match, utilisent la vidéo et attendent le dégagement du gardien pour siffler la fin du match.

 

=>> Coach Potato - 23h17
Sinon, on prend qui en barrage?

 

=>> Pascal Amateur - 23h37
Sinon, je trouve qu'elle a pris un coup de vieux, Mathilda May.

Partager

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Philippe Rodier
2018-07-18

Deschamps, le sens de l'histoire

Au terme d’une Coupe du monde durant laquelle l’équipe de France s’est muée en une machine clinique, les Bleus se sont adjugé une seconde étoile. Le triomphe d'une génération et d’un sélectionneur qui savait où il l'emmenait.


2018-07-16

Deschamp’s Eleven

Une folle finale, des Bleus battants, un titre sur le toit du monde. Pour toucher sa deuxième étoile, l'équipe de France a pris l'eau avant de faire tomber l'orage sur la Croatie: l'épilogue improbable d'une Coupe du monde hors-catégorie. 


2018-07-11

Les Bleus ne laissent rien au Hazard

En demi, l'équipe de France n'a pas fait les choses à moitié face à une Belgique brillante mais neutralisée. • Tours de force • La nalyse • Les gars • Vu du forum. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

RT @ButterflAym: Article de U10 sur Valeri Lobanovski, entraîneur révolutionnaire soviétique. Il est notamment à l'origine de l'éclosion de…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 11h34 - syle : J'imagine que le club ne doit pas en faire une question d'argent, l'enjeu étant justement... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 11h32 - Dinopatou : Marius Taujourd'hui à 11h00Pas intéressé, la dernière fois qu'on a essayé, le type s'est fait... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 11h29 - hulumerlu : Idem pour winter sleep. J'imagine que le cinéma doit encore amplifier l'impact et la beauté des... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 11h21 - Marius T : Dino Diniaujourd'hui à 11h18Il n’y a pas que des vrais gentils qui jouent au faux méchants... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 11h14 - George Worst : Le précurseur était Jean-Marc Rodolphe, dans les années 2000-2005 >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 10h47 - Gouff : Palencia c'est sans option d'achat par contre... faut pas qu'il soit trop trop bon non plus. >>


Bréviaire

aujourd'hui à 10h06 - JauneLierre : Arsène hic"Wenger en «cure de désintoxication»" (lequipe.fr) >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 09h38 - Pascal Amateur : Lu, en effet, mais il y a une quinzaine d'années - et j'avoue n'en avoir pas retenu grand-chose.... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 09h25 - Belmondo Bizarro : Le rapport avec Bernardo c'est qu'on a plein de bons joueurs de L1 qui partent chaque année, et... >>


O TéFéCé

aujourd'hui à 09h14 - Maurice Eculé : Oui Bostock a été meilleur en fin de match, quand le milieu adverse a largement baissé le pied,... >>


Les brèves

Il est des nô-ôtres !

"Guingamp : Eboa Eboa prolonge." (lequipe.fr)

Souici 2

"ASSE : Souici vers un nouveau prêt." (lequipe.fr)

Speed dating

"Kylian Mbappé : pas de temps pour les filles." (femmeactuelle.fr)
Mbappé, court toujours.

Gaolin Soccer

“Chine : le superbe retourné de Gao Lin." (lequipe.fr)

Franche Sibérie

"Un policier russe aux Pussy Riot : 'Parfois, je regrette 1937'." (lemonde.fr)