> déconnerie

357 Magnum

> article suivant

[JDD #7] Irrésistibles

> article précédent

[JDD #3&4] Mises en place

> article précédent

Lacombe 1978, le 38 special

Umtiti et gominés

En dominant l'Italie à Nice, une équipe de France encore impliquée et efficace conforte les bonnes impressions. À commencer par celle de la richesse de son effectif. 

Partager

 

Si Didier Deschamps a regretté un manque d'efficacité dans ce match à trois buts pour son équipe, c'est peut-être parce qu'il épouse désormais le profil offensif de son groupe. Sans doute, la réduction du score à 2-1, sur la première réelle occasion italienne, rendait mal compte d'une première période largement dominée par les Bleus.

 

Leur capacité à faire mal était bien plus tangible, mais les Azzurri leur firent passer un mauvais quart d'heure au retour des vestiaires, avec une succession de coups de pied arrêtés et d'offensives. Les locaux rendaient certes les coups, flirtant avec le cadre par Dembélé (47e) ou Tolisso (57e), et le match en devint vraiment joli… jusqu'au 3-1 scellé par Dembélé à l'heure de jeu. Le rythme baissait alors, avec la litanie des remplacements, même si Balotelli ne renonçait pas (67e, 76e) et si Thauvin obligeait Sirigu à l'exploit (85e). 

 

 

 

Encore un match de préparation étonnamment satisfaisant, donc, avec de nouveau une intensité inhabituelle pour ce genre d'exercice. Cette fois, l'expression collective a été moins accomplie, mais la force de frappe est restée. Si Hernandez et Pavard peuvent estimer avoir tiré leur épingle du jeu, peu de joueurs sont réellement sortis du lot – ce qui est peut-être l'indice d'un bon collectif, avec un tel résultat.

 

Le système, lui, en ressort conforté: dans une autre composition, contre un adversaire très différent, le 4-3-3 a encore donné des gages d'équilibre et d'efficacité. Récupérer, tenir et distribuer le ballon, avec un milieu comme Pogba-Kanté-Tolisso, pour toucher une attaque Dembélé-Griezmann-Mbappé, c'est séduisant, en théorie. En pratique, ce France-Italie a seulement confirmé le potentiel de tant de vitesse et de vista. Et l'on sait que ce ne sera pas un sésame pour tous les adversaires. 

 

 

 

 

 


Les gars

Pas le meilleur match de rentrée pour Lloris, qui repousse le coup franc de Balotelli sur trois attaquants, alors qu'il n'avait pas été inquiété jusque-là. Par la suite, il a efficacement fermé l'angle sur les tentatives de Balotelli (46e), Bonucci (47e) et Chiesa (48e et 50e).

 

Pavard a fait un début en fanfare avec une combinaison avec Mbappé et un centre (1ère), un coup franc obtenu (6e) et un centre quasi décisif pour l'ouverture du score (8e). Plus discret par la suite, avec quelques fautes de placement dans un couloir particulièrement attaqué par les Italiens, mais aussi écarté des ballons brûlants.

 

Son échappée en solo a eu la meilleure des conclusions possibles: Hernandez a marqué les esprits en obtenant le penalty du 2-0 (29e), après avoir lancé Dembélé (4e) ou combiné avec Griezmann (20e). Il s'est ensuite concentré sur ses tâches défensives, avec efficacité.

 

 

 

 

Présent au rebond dans la raquette, Umtiti a inscrit un but qui a vite et bien fait tourner la rencontre à l'avantage de son équipe. Agressif dans les duels, il a concédé quelques coups francs – dont un qui aurait pu tourner au penalty, et qui a donné le coup franc du but italien – et il couvre Balotelli (76e).

 

Rami a joué de son physique pour s'imposer, mais il a souvent été pris de vitesse. Évitant de se faire remarquer, il a laissé les responsabilités à Umtiti. 

 

Auteur d'un étonnant tir sur le poteau (20e), Kanté a tenu l'axe sans craindre, initialement, de se porter vers l'avant, mais la densité du milieu l'a empêché de faire des différences notables – et il a été sanctionné par l'arbitre cinq fois pour la seule première période. Sa déviation de la tête enlève une balle de but à Balotelli (46e), mais sa mauvaise passe offre un contre à l'adversaire (61e).

 

Soit Pogba se réserve pour la suite, soit il répond mal aux interrogations sur son statut. Sa contribution positive n'a pas toujours été très visible (des passes tranchantes ou longues pour casser les lignes, un décalage subtil pour l'occasion de Tolisso), au contraire de ses erreurs. Il est dépossédé du ballon au départ de l'action conclue par Chiesa (48e), dévisse une frappe lointaine (75e). Il est surtout apparu isolé des circuits de passe.

 

 

 

 

La comparaison a largement profité à Tolisso. Moins rayonnant que lundi, il a beaucoup demandé le ballon, redescendant souvent plus bas que Kanté pour distribuer et toucher les attaquants. Il est resté un peu loin de la surface, malgré un tir de peu à côté (52e).

 

Dembélé a alterné gestes d'éclat (dont son but), et très mauvais choix (comme la balle perdue peu après son but). Il aura galvaudé un contre en ne servant pas Mbappé et en servant mal Griezmann (24e), centré dans le vide malgré plusieurs solutions (54e), raté une passe décisive (57e). Mais il y a aussi ce tir sur la barre après un rateau qui couche deux défenseurs (47e) ou ce bon service pour Mbappé (26e). Un volume important, pour un rendement inégal.

 

Les matches de Mbappé en bleu se ressemblent. Il casse des reins, il passe des lignes, il trouve ses partenaires, et son apport est quoi qu'il arrive considérable. Il n'est cependant pas souvent à la conclusion – son doublé contre la Russie faisant exception. Hier soir, il échoue sur Sirigu à plusieurs reprises (8e, 21e) ou manque le cadre (26e). Mais c'est son tir repoussé qui permet à Umtiti de conclure, et son dribble raté qui décale Dembélé.

 

Griezmann a fait le match du joueur qui se sait titulaire: sérieux, utile, mais un ton en-dessous. Sans réelle occasion, il a exécuté les coups francs et le penalty.

 

Le sélectionneur a offert à Mendy une bonne demi-heure d'entraînement en conditions réelles. Il a débordé, mais ses centres ont manqué de précision. Hormis Thauvin, dont le ciseau est sorti par Sirigu, et Matuidi (qui l'a servi à cette occasion), les autres sont entrés trop tardivement pour laisser une empreinte sur la rencontre.

 


Le titre est de Tonton Danijel.
 

Partager

> sur le même thème

C'était Pogbalchev

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


2018-06-16

Victoire aux antipogs

Arrachés plus que conquis, les trois points glanés à l'issue de ce France-Australie préservent l'essentiel, mais réservent des inquiétudes – à relativiser. 


Jérôme Latta
2018-06-13

1998 à zéro

Une Balle dans le pied – Délestée des fardeaux dont on l'avait chargée, la victoire de la France à la Coupe du monde 1998 peut enfin être relue, et revue pour ce qu'elle était : un moment de sport unique. 


2018-06-10

La manière étiolée

En peinant face aux États-Unis, l'équipe de France a un peu altéré son bilan des matches de préparation. Pas de quoi rejoindre le chœur des lamentations.


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

Cruel Sommer.

RT @CoupFrancMLS: @cahiersdufoot Astuce (pour les supporters en tribune) qui marche : compter tout haut les secondes. Je l'ai vu faire dans…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 23h51 - Espinas : Enfin, le Mexique (en 1/8e à chaque CdM depuis 1998), la Suisse (en 1/8e 2014 et euro 2016) ou... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 23h47 - fabraf : Ou faire jouer Messi, Neymar et Griezmann contre l’Islande. Et faire rentrer Bale pour le fun à... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe E

aujourd'hui à 23h42 - PCarnehan : Charterhouse11aujourd'hui à 22h34----------Oui, contre l'Espagne, en match de préparation, la... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 23h36 - Moravcik dans les prés : Je plussune évidemment Jamel, Mathoux ne semble pas se rendre compte que sa remarque est en fait... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 23h35 - Roy compte tout et Alain paie rien : Quand tu as une seule safety car sur un circuit comme Le Mans, pour peu qu'elle sorte entre le 1er... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 23h18 - Yul rit cramé : C'est'pour ça qu'il n'est plus défenseur alors ?Je croyais qu'on était juste passé à côté de... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 23h01 - impoli gone : Fleetwood, lui, est bien au chaud, tranquille, au club house. Et il attend. >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 22h41 - PCarnehan : fireflyonthewater.Un article engagé, un seul, dans un océan de louanges, et d'injonctions à... >>


La vie et l'avis des coaches

aujourd'hui à 22h25 - fabraf : Runaujourd'hui à 16h00Tu as un lien d’une interview ? >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 21h44 - forezjohn : Logique si on te dit pas de laisser tu tentes forcément de la dévier de la main dans ta surface. >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)