auteur
Brice Tollemer

Du même auteur

> article suivant

Club ou "institution" ?

> article précédent

Au dernier stade

> article précédent

Le Replay, saison 2: épisode 2

France versus… Argentine

La France a plusieurs fois rencontré, en Coupe du monde, les six autres vainqueurs de la compétition... Deuxième chapitre de la saga.
Partager
Au mois de juin prochain, l’équipe de France disputera sa treizième Coupe du monde. Au cours de ses précédentes participations, il lui est bien évidemment arrivé de croiser le fer avec les six autres nations qui sont parvenues à inscrire leur nom au palmarès. Retour sur ces confrontations forcément marquantes, cette fois avec l’Argentine…


Argentine-France : 1-0

15 juillet 1930 – Montevideo, Parque Central – 38.000 spectateurs
But pour l’Argentine : Monti 81e
Arbitre : M. De Almeida Rego (Brésil)

Argentine
Bossio – De La Torre, Muttis, Evaristo – Monti, Suarez, Perinetti, Varallo – Ferreyra, Cherro, Evaristo
Sélectionneur : Francisco Olazar
France
Thépot – Mattler, Capelle, Chantrel – Pinel, Villaplane (capitaine), Liberati, Delfour – Maschinot, Laurent, Langiller
Sélectionneur : Jacques Caudron

C’est lors de l’édition originelle de la Coupe du monde que l’Argentine et la France se rencontrent pour la première fois. L’Albiceleste est clairement candidate à la victoire finale disputée chez son voisin et rival uruguayen. Elle vient en effet de remporter la Copa America l’année précédente et a obtenu la médaille d’argent aux Jeux Olympiques d’Amsterdam en 1928. Pour l’équipe de France, sa participation à ce tournoi représente une fabuleuse aventure. En compagnie des trois autres équipes européennes (Roumanie, Belgique et Yougoslavie), elle s’embarque à bord du "Conte-Verde" pour un voyage de deux semaines à travers l’Atlantique. Au cours de cette véritable croisière, les quatre sélections s’entraînent à tour de rôle, au milieu des autres passagers venus profiter des bonheurs de l’océan.
C’est un Français, Lucien Laurent, qui marque le premier but de l’histoire de la Coupe, au cours de la victoire 4-1 obtenue contre le Mexique. La rencontre face à l’Argentine est le deuxième match de la poule. Réduits à dix depuis la deuxième minute de jeu et l’entorse de Laurent (à cette époque, les remplacements n’étaient pas autorisés), les Tricolores résistent bien mais cèdent finalement à dix minutes de la fin lorsque le rugueux Luis Monti inscrit le but du succès argentin sur coup franc. S’en suit alors une énorme confusion, l’arbitre ayant en effet décidé de siffler la fin du match juste après l’ouverture du score de Monti. Les Français protestent, le terrain est envahi, la partie reprend pour six minutes…La France perdra ensuite son dernier match contre le Chili et quittera la compétition, l’Argentine s’inclinera en finale contre l’Uruguay et Luis Monti remportera la Coupe du monde en 1934 avec… l’Italie.

fra_versus_argentine_1.jpg


Argentine-France : 2-1

6 juin 1978 – Buenos Aires, Monumental – 77.000 spectateurs
Buts pour l’Argentine : Passarella 45e, Luque 73e
But pour la France : Platini 60e
Arbitre : M. Dubach (Suisse)

Argentine
Fillol – Olguin, Galvan, Passarella (capitaine), Tarantini – Ardiles, Gallego, Valencia, Houseman – Luque, Kempes
Sélectionneur : César Luis Menotti
France
Bertrand-Demanes – Battiston, Lopez, Trésor (capitaine), Bossis – Michel, Platini, Bathenay – Rocheteau, Lacombe, Six
Sélectionneur : Michel Hidalgo

Comme quarante-huit années plus tôt, la France rencontre l’Argentine lors de son deuxième match de poule. Et comme en 1930, les Sud-Américains sont favoris de la compétition. Mais, cette fois, les Bleus n’ont pas mis quinze jours pour traverser l’Atlantique. Neuf heures de Concorde ont en effet été suffisantes pour rallier Paris à Buenos Aires. Mais les Français vont néanmoins traverser cette Coupe du monde sans vraiment donner l’impression d’être concernés par l’événement. Les différentes turpitudes qui ont entouré la sélection ne sont vraisemblablement pas étrangères à cette attitude générale. La tentative d’enlèvement dont a été victime Michel Hidalgo et l’affaire des primes d’Adidas (la marque aux trois bandes ayant refusé d’augmenter la prime initialement prévue) ont semble-t-il atteint mentalement l’équipe, qui rate son entrée dans la compétition en s’inclinant 2-1 contre l’Italie. Face à l’Argentine, future championne du monde, les coéquipiers de Marius Trésor réalisent une bien meilleure prestation. Michel Platini répond à Passarella et Dominique Baratelli (qui a remplacé Jean-Paul Bertrand-Demanes depuis la 55e minute) parvient à maintenir sa cage inviolée jusqu’à un quart d’heure de la fin, lorsque l’attaquant de River Plate, Leopold Luque (qui venait de perdre son frère dans un accident de voiture quelques jours plus tôt) donne la victoire à son équipe d’une superbe reprise de volée. La France est éliminée dès le premier tour, l’Argentine n'est plus qu'à trois semaines plus de son premier sacre mondial.

France versus... Angleterre
Partager

> sur le même thème

Espagne-Yougoslavie, Euro 2000

Cultures football


Gilles Juan
2020-07-01

Club ou "institution" ?

En France, c’est à Jean-Michel Aulas qu’on associe spontanément l’emploi du mot "institution" pour parler d’un club de foot: on est donc en droit d’être suspicieux. 


Eljim
2020-06-18

L'épopée d'un ramasseur de balles

C'est un PSG-Bordeaux de l'automne 2000 auquel j'assiste du bord du terrain. Je ne toucherai pas un ballon, mais j'en verrai un dans le ciel, inoubliable. 


Javier Aznar
2020-03-09

La moustache de Bernabeu

Revista Libero – Changer de place dans un stade quand on a occupé la même pendant des années conduit à prendre conscience de ce qui nous attache à ce lieu. 


>> tous les épisodes du thème "Cultures football"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)