> article suivant

Revue de stress #135

> article précédent

Le Replay, saison 3 : épisodes 13

> article précédent

Love parade pour les gardiens

Greenpeace calcule l'empreinte écologique des footballeurs

Agence Transe Presse – Pour la planète, il y a pire que la déforestation: le footballeur. Encore un coup dur pour Djibril Cissé, n°1 au palmarès des joueurs les moins écologiques.

Partager

Londres, le 11 avril 2011 (ATP). L'association Greenpeace a rendu publique, ce matin, une étude pour le moins singulière: dans ce document de 64 pages, l'ONG, connue pour sa capacité à alerter l'opinion avec des opérations originales, a calculé l'empreinte environnementale d'une trentaine de footballeurs – pour la plupart internationaux. Et les résultats sont plutôt accablants pour ces derniers, dont le mode de vie a un coût pour la planète. "Nous n'avons pas voulu stigmatiser les footballeurs, se défend cependant Steve Harris, directeur de la campagne "Energy [r]evolution" de Greenpeace. Mais leur notoriété permet de passer des messages." Comme ceux-ci: l'impact environnemental estimé des seuls footballeurs de Premier League dépasse celui du Lesotho tout entier, et celui de l'effectif du Real Madrid coûte chaque saison à la planète autant que la destruction en forêt amazonienne de l'équivalent de 10.000... terrains de football!

atp_footballeurs_greenpeace.jpgCes sportifs cumulent en en effet les pratiques éco-dommageables: goût pour les grosses cylindrées, demeures surdimensionnées excessivement gourmandes en énergie, multitude de déplacements en avion pour le travail et les vacances, etc. Le rapport note par exemple que leurs lieux de villégiature comprennent souvent les pays du Golfe, dont l'urbanisation à marche forcée en plein désert contribue au réchauffement climatique... qui menace à brève échéance l'existence même des Maldives ou des Seychelles, autres destinations privilégiées par les joueurs.
Mais ce ne sont pas seulement leurs mœurs dispendieuses qui sont en cause, car des pratiques plus banales pèsent aussi: "Un club pro utilise chaque année autant de bouteilles d'eau qu'une maison de retraite accueillant une centaine de résidents", précise ainsi Greenpeace, qui n'a toutefois pas mené la même comparaison pour la consommation de médicaments.

Au palmarès individuel, on remarque la première place de Djibril Cissé, "dont la flotte automobile présente le bilan carbone annuel d'un Airbus A320" et dont les colorants capillaires comportent une liste impressionnante de substances toxiques. Interrogé lors d'une conférence de presse de son club, en marge d'une journée du championnat grec, l'attaquant français du Panathinaïkos n'a pas tardé à réagir: "Je ne suis pas carbonisé, mes bilans sont excellents", s'est-il exclamé avant que le journaliste ne puisse expliquer le malentendu, l'international ayant déjà regagné son Hummer. Conscient de l'effort de pédagogie à produire, Greenpeace a signalé son souhait de développer des actions avec des joueurs ou des clubs désireux d'adopter des comportements plus vertueux pour l'environnement.

"Pourquoi ne pas commencer par un clin d'œil, avec les Verts de l'AS Saint-Étienne dont le stade est déjà équipé d'une centrale photovoltaïque?", s'est amusé Norbert Krief, un des porte-parole de l'antenne française de l'association. Cette idée a déclenché un échange d'amabilités entre le club du Forez et l'OL, avec une saillie de Jean-Michel Aulas, le président lyonnais interrogé par l'ATP: "Si être écologique, c'est se chauffer au charbon et ne se déplacer qu'en bus au colza parce qu'on ne sort jamais de France, laissez-moi rire. Et le stade des lumières, vous croyez peut-être que je vais l'éclairer à la bougie?" La réplique ne s'est pas fait attendre, de la part de son homologue stéphanois Roland Romeyer, qui a estimé que l'OL "abusait effectivement des énergies fossiles avec un défenseur comme Cris".

On mesure le chemin restant à parcourir pour convaincre l'industrie du football professionnel de devenir plus écologique, sans parler de la perspective, évoquée lors de la présentation du rapport, de créer un jour un label de footballeurs bio. De quoi faire encore réagir Djibril Cissé, qui a bien connu à Auxerre l'éleveur de poulets en batteries Gérard Bourgoin.

Partager

Agence Transe Presse


Agence Transe Presse
2017-11-23

OL : ouverture d'une enquête pour "dérive sectaire"

Agence Transe Presse – La Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) s'alarme de la radicalisation des supporters de l'Olympique lyonnais et pointe ses dirigeants. 


Agence Transe Presse
2016-03-21

Football : création d'un secrétariat d'État à l'équipe de France

Agence Transe Presse – Création d'un secrétariat d'État à l'équipe de France, rétablissement d'un comité de sélection, imposition de critères de moralité… Le gouvernement place les Bleus sous son autorité.


Agence Transe Presse
2013-12-06

Le “Ménès Football Circus” bientôt sur Canal+

Agence Transe Presse – Pierre Ménès présentera en janvier une émission dont il tiendra lui-même la vedette.


>> tous les épisodes de la série "Agence Transe Presse"

Sur le fil

Contrôle des lignes par laser et arbitre suspendu dans une cabine au-dessus du terrain: le foot du futur tel qu’ima… https://t.co/oLtiohaocI

RT @a_la_nantaise: En moins de 3h, déjà plus de 500 votes dans le cadre du sondage de Ouest-France sur #YelloPark : 18% pour 65% contre 1…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Encore un entraîneur émincé

"Nancy : c'est fini pour Hognon." (lequipe.fr)

Guy Roux manager

“ANG : ‘Vivement la VAR !’" (lequipe.fr)

Chaude Baysse

"Baysse à Bordeaux, ça brûle." (lequipe.fr)

Mikaelle Andro

"En Iran, la fille rebelle qui, déguisée en homme, est entrée dans un stade de foot." (lemonde.fr)
Feinte de corps réussie.

Huggies, le bon tuyau

"Le maillot 2018-2019 du PSG a fuité." (lequipe.fr)