auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

Juventus-Monaco : Vidal au calme

Guérin 1995, Gavroche et les étoiles

Un jour un but – Le 15 mars 1995, en quart de finale de la Ligue des champions, Vincent Guérin marque le but qui élimine le FC Barcelone.

Partager

 

Au centre du terrain, côté gauche, Patrick Colleter transmet le ballon à Valdo. Le Brésilien lance aussitôt devant lui Vincent Guérin, qui a pris un boulevard. Le milieu de poche du PSG reçoit le ballon et s'avance dans le camp barcelonais. Iglesias tente bien de le rattraper, mais il est trop court. Aux abords de la surface, Ronald Koeman n'ose pas intervenir, préoccupé qu'il est par le marquage de George Weah. Alors Vincent Guérin, libre de toute opposition, frappe à quelques vingt mètres de la cage. Le ballon fuse jusqu'au pied du poteau droit de Carles Busquets (père de). Le gardien de Barcelone a beau plonger, il ne l'empêchera pas de glisser au fond de ses filets.

 

 

 

 

Le Parc des Princes explose de joie tandis que son buteur d'un soir plane, tout sourire, au milieu de ses coéquipiers. Nous sommes à la 83e minute du quart de finale retour de la Ligue des champions entre le Paris Saint-Germain et le FC Barcelone. Ce 15 mars 1995, Vincent Guérin vient d'inscrire le but qui élimine le Barça des Stoitchkov, Guardiola et l'entraîneur Johan Cruijff. Surtout, il évite au PSG de sortir sur une terrible frustration.

 

 

Une qualification jouable

Ce rendez-vous face au Barcelone ressemble en bien des points au quart de finale qui avait opposé, quatre ans plus tôt, l'Olympique de Marseille à l'AC Milan. Même statut (club français numéro un), même objectif déclaré (remporter la Coupe des champions, ou Ligue des champions, puisqu'on l'appelle ainsi désormais), même passage obligé (se frotter en quart de finale à la référence européenne du moment). Le match aller, au Camp Nou, a d'ailleurs respecté les mêmes éléments scénaristiques qu'à San Siro en 1991: le favori ouvre le score sur une grossière erreur défensive (Lama comme Casoni); le buteur attitré du club français rétablit la situation (Weah comme Papin); le score de parité (1-1) autorise tous les espoirs à l'équipe qui reçoit au retour.

 

Le club parisien, géré par la chaîne Canal+ depuis quatre ans, s'impose dans les esprits comme un candidat sérieux au titre européen. Il est notamment sorti de la phase de poules avec un parfait six sur six (six matches, six victoires) dans un groupe comprenant rien de moins que le Bayern Munich, le Spartak Moscou et le Dynamo Kiev. Éliminer le FC Barcelone n'a donc rien de présomptueux, d'autant que le club catalan traverse une période de doute. Il n'a pas tout à fait digéré l'humiliant 4-0 infligé par le Milan en finale de l'édition précédente et, durant l'hiver, il a perdu l'un de ses joueurs clés, l’attaquant Romario, retourné au Brésil.

 

 

Un Parisien propulse Paris en demi

La première période du match retour au Parc des Princes est presque un rêve éveillé pour les supporters parisiens. Leur équipe bouscule copieusement la Dream Team catalane. Mais un manque de réussite incroyable rend vaines ses offensives. Quatre fois durant la première période les tentatives des Ginola, Weah et autres Raí ont échoué sur les montants du bienheureux Busquets. Malgré une domination évidente des Parisiens, le score reste bloqué à 0-0 à la pause.

 

C'est d'autant plus fâcheux qu'en début de seconde période, le Barça, plus entreprenant, marque rapidement sur une superbe reprise de la tête de Bakero. L'offensive était un choix en début de match, il devient une nécessité. Le PSG attaque encore et toujours, mais il percute à nouveau les poteaux, notamment sur un nouvel amour de lob tenté par David Ginola. Il faudra attendre le début du dernier quart d'heure pour voir enfin une offensive parisienne récompensée. Sur un corner de Le Guen, le brésilien Raí profite d'une sortie hasardeuse de Busquets pour marquer de la tête. À un partout, l'égalité est parfaite.

 

C'est à sept minutes de la fin que Vincent Guérin libère le public du Parc et signe l'exploit. Le héros d'un soir est sans doute le plus Parisien des joueurs de ce PSG. Il est né trente ans plus tôt à quelques centaines de mètres du Parc des Princes, juste derrière la tribune Boulogne face à laquelle il a trompé Busquets. Bien sûr, il a commencé sa carrière à Brest, il a passé quelques années à Montpellier (pour oublier son court passage au Matra-Racing), mais il est devenu un joueur cadre du PSG de l'ère Canal, au même titre que Paul Le Guen, Bernard Lama, David Ginola et Patrick Colleter. Son but face à Barcelone l'a définitivement fait entrer dans la légende du club.

 

Le résumé complet

 

Partager

> sur le même thème

Juventus-Monaco : Vidal au calme

> du même auteur

Lacombe 1978, le 38 special

Un jour, un but


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


Richard N
2018-07-10

Thuram 1998, buteur dubitatif

Un jour, deux buts – Le 8 juillet 1998 au stade de France, des Bleus en difficulté face à la Croatie en demi-finale de leur Coupe du monde se découvrent un buteur inattendu...


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

Grégory Dupont, le "scientifique" au service de Didier Deschamps - https://t.co/HkrN1GSRnt

RT @MouradAerts: Retour sur les débats autour du prix des places pour OM/PSG. "Deux vélodromes vont bientôt cohabiter au sein de la même en…

Parmi "les titres auxquels vous avez échappé" de notre CR de #FRALL, un joli "Löw on l’emportera". Le reste est im… https://t.co/gIZnSmk6Wn

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 02h29 - cocobeloeil : Le truc c'est que Le B. (je ne prononcerais pas son nom) pense réellement dans sa ford intérieure... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 02h05 - cocobeloeil : Haaa! J'y pense. (Désolé pour le triplé..)Et pourquoi pas une femme Présidente, hein?Ca aurait... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h02 - Lucho Gonzealaise : Tu as fait une faute de frappe en écrivant Boban Marjanovic. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h27 - Tricky : Ah mais carrément Louis XIV ?Juste en passant, la révision constitutionnelle de février 2007 sur... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 01h23 - Hyoga : Sinon vu qu'il est bon partout, y'a qu'à mettre Hernandez latéral droit. Là on saura enfin s'il... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 01h04 - Run : Le calendrier des 49ers etait defavorable en debut de saison, je suis persuade que la 2eme place... >>


L'empire d'essence

17/10/2018 à 23h20 - La Metz Est Dite : [WRC]En attendant une fin de saison passionnante, les teams ont commencé leur mercato et de fort... >>


Les Princes de Louis II

17/10/2018 à 22h46 - Le Meilleur est le Pires : Peut-être que Vadim et Rybo savent que Emery serait sur la sellette, et proposeraient à Henry de... >>


Les jaunes, héros zen

17/10/2018 à 22h44 - Manx Martin : Alors que Vahid fait du Churchill, va comprendre >>


Aimons la Science

17/10/2018 à 22h23 - SocRaïtes : Pas moyen d retrouver l'article.Donc le nom du météorologue interrogé. Juste une phrase... >>


Les brèves

Le cachemire serre

"PSG, un maillot à 60 M€ ?" (sports.fr)

Anthony pire qu'Ince

"Anthony Lopes (Lyon) : ‘Je n'ai pas envie qu'on dise que j'étais taré complet’." (lequipe.fr)

Javier AppStore

“Neymar, coach sur... mobile.” (lequipe.fr)

Match à huis cloclos

"Le MHSC foudroie Nîmes dans un derby électrique. " (madeinfoot.com)

Cocktail de drogues

"Maradona conseille à Messi d'arrêter la sélection." (lequipe.fr)