auteur
Parkduprince

> article suivant

Adios Niño

> article précédent

Sans peine mais pas sans péno

> article précédent

Touré 1985, buteur céleste

Indice UEFA : la fin de l'ascenseur social

Le quota de places européennes de la France est-il mis en danger par les mauvaises performances de cette saison? Et bien pas vraiment, la dernière réforme rendant un statu quo général quasiment inévitable.

Partager

 

"Indice UEFA, le retentissant fiasco de la France" (Foot Mercato), "Coupe d'Europe: les heures sombres de l'indice UEFA français" (Onze Mondial)," Indice UEFA: pas dramatique mais pas glorieux pour les clubs français"(lequipe.fr). Dans divers médias sportifs, on s'inquiète des performances tricolores dans les compétitions européennes et de leurs conséquences.

 

 

Tout le monde compte

Après quatre journées de Ligue des champions et de Ligue Europa, le bilan est famélique. Les six qualifiés, pourtant habitués à ce type de rencontres (Rennes accompagne Monaco, Lyon, Marseille, PSG et Bordeaux, qui sont les cinq clubs français les plus expérimentés en Coupe d'Europe), n'ont décroché que trois victoires en vingt-quatre matches. Pour huit nuls et treize défaites.

 

Et pourtant, si les seules victimes sont Manchester City, l'Étoile Rouge de Belgrade et Jablonec, la France reste dans le peloton de tête de l'indice UEFA de l'année. Neuvième, elle n'est devancée par ses principaux rivaux, le Portugal et la Russie, que de deux dixièmes. Incompréhensible? Oui et non. Car l'indice ne s'appuie pas uniquement sur les résultats des clubs engagés. Lequel rejetterait le football hexagonal en vingt-cinquième position, entre Suisse et Slovénie.

 
 


Cliquez sur l'image pour agrandir.

 

 

Pour mieux comprendre ce qui semble un peu illogique à première vue, il faut regarder comment fonctionne ce classement et son mode de calcul. Le coefficient UEFA est un indice de performance permettant de classer les clubs participant aux Coupes d'Europe et, par association, les nations qu'ils représentent. Celui-ci donne des points pour chaque victoire et match nul. Une victoire en tour préliminaire offre un point, un nul un demi. Et, à partir des matchs de poules, la victoire vaut deux points, le nul un.

 

Un système de bonus existe également: quatre points pour chaque équipe participant aux poules de la Ligue des champions, 5 points supplémentaires pour une qualification en huitième de finale, accompagnés d'un point de plus par tour passé.

 

En Ligue Europa, les bonus n'apparaissent qu'en quarts de finale: un premier point, puis un autre à chaque tour. L'an dernier, l'Olympique de Marseille a donc récupéré trois points de bonus pour avoir atteint la finale, tandis que le club monégasque, éliminé avec deux matchs nuls, en a ramené quatre.

 

Pour classer le niveau des championnats, on ajoute tout simplement les points obtenus par chaque équipe, et on divise le total par le nombre d'équipes participantes. Le coefficient UEFA d'un championnat ou d'une équipe est ensuite obtenu en additionnant les résultats des cinq dernières années, que l'on divise par le nombre de clubs participants. C'est un indice assez simple à calculer et à comprendre.

 

 

Bonus offert

Tout ceci est bien gentil, mais cela n'explique pas la neuvième place actuelle. Alors, pourquoi ce classement très favorable? La raison est simple: les trois équipes françaises qualifiées directement en Ligue des champions cette année offrent douze points sans qu'un seul match ne soit disputé. Soit deux points d'office (contre 1,3333 avec seulement deux qualifiés directs). Lissé sur cinq ans, ce sont entre 6,666 et 10 points qui sont ainsi donnés.

 
 


Cliquez sur l'image pour agrandir. Lien via Kassiesa.

 

 

Avec désormais quatre qualifiés d'office, les nations du top 4 récupèrent la bagatelle de seize points, soit 11,4 points lissés. La réforme offre donc un bonus énorme à l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne et l'Italie, qui deviennent désormais impossibles à rattraper par leurs deux premiers poursuivants, à commencer par la France.

 

Les nations classées de la septième à la dixième place, qui ont un seul qualifié direct, ont de leur côté 0,8 point annuel, lissé à quatre points sur cinq ans. Pour les autres champions, il faudra passer par les tours préliminaires estivaux pour obtenir l'une des quatre places restantes (deux autres étant réservées aux non-champions des associations classées de la cinquième à la quinzième place). Cette saison, les Pays-Bas ont arraché deux places, le Portugal qualifiant une deuxième équipe et la Grèce, la Serbie et la Suisse récupérant les derniers tickets.

 

 

Inégalités intrinsèques

En résumé, les pays qui obtiennent des bonus sont ceux:
- Classés de 1 à 4, avec 2,286 points bonus soit 11,428 sur cinq ans (seize places bonus).
- Classés 5 et 6, avec entre 1,3333 et 2 points, soit 6,666 à 10 sur cinq ans (quatre à cinq places minimum, six maximum si le vainqueur de la Ligue Europa est qualifié directement par la phase de poules de la Ligue des champions).
- Classés de 7 à 10, avec entre 0,8 et 1,6 point soit 4 à 8 sur cinq ans (quatre places minimum, six maximum).
- Classés de 11 à 15, avec entre 0 et 1,6 point soit 0 à 8 sur cinq ans (une place sûre si le vainqueur de la Ligue des champions est qualifié directement pour la phase de poules de la Ligue des champions, cinq places maximum).
Au-delà de la seizième place, les nations oscillent entre 0 et 1 point, soit 0 à 5 sur cinq ans (zéro place assurée, quatre maximum).

 

En outre, cinq points bonus sont attribués aux qualifiés en huitième de finale. En reprenant l'historique des cinq dernières années de la Ligue des champions, on obtient le ratio suivant:

 


Cliquez sur l'image pour agrandir.

 

 

Sur seize qualifiés, 11,2 viennent du top 4 / 1,8 du top 5-6 / 2,5 du top 7-10 / 0.5 des les nations classés au-delà de la onzième place. En lissant ces chiffres avec la répartition issue de la réforme de 2016, on devrait avoir trois qualifiés par pays du top 4, un par pays du top 5-6, et 0.5 pour les pays du top 7-10. Soit 2,143 points supplémentaires par pays du top 4 (10,7 sur cinq ans), 0.8333 pour les 5-6 (4,17 sur cinq ans), 0,5 pour les pays de 7 à 10 (2,5 sur cinq ans).

 


Cliquez sur l'image pour agrandir.

 

 
 

Hiérarchie immuable

On se rend compte qu'en resserrant fortement l'accès aux poules de la Ligue des champions, la dernière réforme a contribué à figer les rapports de force par le simple mécanisme des bonus de participation et de qualifications.

 

Avec entre huit et douze points de bonus supplémentaires par rapport au cinquième et au sixième, le top 4 ne peut que garder son avance, la France ayant déjà douze unités de retard sur l'Allemagne, quatrième. Dans le sens inverse, elle en possède dix d'avance sur le Portugal, septième, alors qu'elle obtiendra entre quatre et dix points supplémentaires de bonus sur lui (ainsi que sur la Belgique, l'Ukraine et la Turquie).

 

La dernière réforme de la Ligue des champions a très certainement stoppé l’ascenseur social basé sur l’indice UEFA. Les plus riches seront toujours plus riches, les plus pauvres également. Il faudrait deux années blanches de la part des Italiens ou des Allemands pour espérer, lors de la quatrième année, entrer dans le top 4, un scénario des plus improbables. Dans le même ordre d'idées, si la France retombe à la septième place, elle l'aura vraiment, vraiment mérité.

 

Partager

Les coupes européennes


Richard N
2019-05-30

Francis 1979, un million le but

Un jour un but – Le 30 mai 1979, Trevor Francis marque le seul but de la plus improbable des finales de la Coupe des clubs champions qui voit la victoire de Nottingham Forest sur Malmö FF.


Christophe Zemmour et Richard N
2019-05-06

Iniesta 2009, fucking grace

Un jour, un but – Le 6 mai 2009, au bout du bout de Chelsea-Barcelone, demi-finale retour de la C1, Andrés Iniesta trouve la lucarne de Petr Cech. Un but colossal et fondamental pour le club, pour lui et pour l’histoire récente du football.


Richard N
2019-04-16

United-Barca 1991, la marque Hughes

Barcelone et Manchester United se sont souvent croisés en coupe d’Europe. Notamment le 15 mai 1991 à Rotterdam, pour une finale de Coupe des vainqueurs de coupes dont un joueur, Mark Hughes, avait fait une affaire personnelle.


>> tous les épisodes du thème "Les coupes européennes"

Sur le fil

Collectionneur de trophées et styliste singulier : "Adios Niño", l'hommage à Fernando Torres de @richardcoudrais et… https://t.co/f9fT5yreJf

RT @faculty07: https://t.co/8cCQgBy2jH https://t.co/0EbnVFOZnq

Arbitrage vidéo : «La Coupe du monde sonne l’heure d’une prise de conscience douloureuse» - https://t.co/TI30ZkgCFD

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Marinette et ses copines

aujourd'hui à 19h37 - djay-Guevara : mouais, j'ai l'impression que la joueuse americaine a perdu le controle du ballon avant le possible... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h36 - Milan de solitude : De toute façon régulation du nombre des naissances et eugénisme ne sont pas synonymes. >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 19h28 - Portnaouac : Oui, mais si tu mets tout ça ensemble, ça fera moins de chaînes/moments à éviter absolument. >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 19h02 - Run : Il y en aurait peut etre moins. Mais il y aurait toujours de la place pour ca.Mais bon, le... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 18h17 - impoli gone : Selon cette règle, pas net du tout (et l'anfglais pareil)Sinon, sur ESP-USA: pas de réarbitrage... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 18h01 - Gouff : J'aime bien Van Vleet hein mais il y est quand même pas pour grand chose.C'est juste les... >>


Les Cahiers du football : 1998-2018-…

aujourd'hui à 17h13 - Redalert : Il s'est fait avoir comme un bleu... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 16h47 - le Bleu : Brillant mouvement ivoirien qui, en deux passes en retrait, est passé du poteau de corner... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 16h35 - Hal 9000 : Vaudrait mieux garder l'alignement d'astres pour notre quart, on risque d'en avoir besoin pour... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h06 - Redalert : Effectivement, avec tout l'historique de votre club en matière de maillots moches et son expertise... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)