auteur
Jean-Patrick Sacdefiel

Du même auteur

> article précédent

Bierhoff 1996, buteur en or

L'Euro, ce dîner de cons

Jean-Patrick Sacdefiel est sorti de sa retraite pour cingler d'un verbe vengeur un Euro boursouflé qui a invité n'importe qui et dans lequel le football est devenu facultatif. 

Partager

 

Résultat d'une politique générale consistant à élargir l'Europe en même temps que le fondement de ses citoyens, l'Euro à 24 aura présenté un spectacle encore plus déplorable que je ne l'avais imaginé. Le fiasco doit beaucoup à son casting, qui dessine une carte de l'Europe des folklores sur laquelle on s'étonne de ne pas voir figurer la Bordurie et la Syldavie. Le tout en l'absence de la seule nation qui devrait bénéficier d’une invitation permanente pour services rendus au ballon rond, celle dont les Cahiers du football usurpent la couleur. Des géniales inspirations de Cruyff, la moindre n'aura pas été de mourir avant de voir des Suisses, des Slovaques ou des Irlandais caresser l’espoir de soulever le trophée.

 

 

 

La compétition a pris soin d'offrir à cette mascarade des scènes adéquates. De "grands" stades, excroissances de l'ego malade d'architectes infantiles, 100% connectées à la vacuité contemporaine. Fruits d'un effort notable pour qu'ils ressemblent à tout (pneu fluorescent, hangar à Zeppelins, forêt de javelots, insecte en plastique, etc.) sauf à des stades, ils ont fait éruption dans des zones suburbaines entre un Kiloutou et un JardiLand. On s'y rend en empruntant des transports qui ont coûté un hôpital et trois lycées, pour y acheter une saucisse molle et insipide au prix d’un bobo-burger bio dans le Marais et y boire des ersatz de bière aux saveurs de désodorisants pour sanitaires. Dans les gradins, des moutons en troupeaux bêlent en chœur des rengaines pop exaspérantes – dont un tube qui n'aurait pas dû plus survivre aux années 90 que les pantalons de treillis.

 

Le spectacle est à la hauteur, avec des sélections émasculées par la fausse science tactique dont se gargarisent ces experts qui trouvent malin de regarder la palette plutôt que le tableau. Résultat, les seules fantaisies à attendre sur le terrain sont celles des faux rebonds. Couronnement logique de cette déchéance des nationalités: les équipes les plus célébrées sont celles qui jouent le moins au football. Après les deux Irlande, réunifiées dans leur médiocrité, c'est au tour d'une bande de pêcheurs de maquereaux d'avoir les honneurs d'une fête qui ressemble de plus en plus à un dîner de cons. Cela parce que cette Islande digne de l’équipe corpo d’une entreprise d’articles de bureau parvient à aligner trois passes consécutives et, ô prodige athlétique, à faire des touches de 25 mètres.

 

Résumant le désastre, cette compétition restera dans l’histoire comme celle qui aura envoyé dans le majestueux Parc des Princes, pour un sinistre huitième de finale, deux sélections insulaires alignant vingt-deux chevaux de trait pour labourer le noble gazon qui, jadis, accueillit les entrechats de Safet Susic. Mais il faut maintenant se pâmer devant le Pays de Galles parce qu'il a terrassé une sélection belge aussi prétentieuse et incohérente qu'une compilation des Inrocks.

 

L'Euro 2016 résume le principe du football d'aujourd'hui, qui se joue à onze contre onze jusqu'à ce que l'équipe qui a le plus empêché l'autre de jouer l'emporte. Je ne trouve consolation que dans la justice poétique qui a fait star de cette compétition un joueur de D3 anglaise n'en ayant pas disputé la moindre seconde.
 

Partager

> sur le même thème

Le cahier de vacances de l'Euro

> du même auteur

Panne décence

> Dossier

Déconneries

Déconneries


Christophe Kuchly
2018-06-26

Le match dont vous êtes le héros

L'Espagne et le Portugal, qualifiés dans le groupe B, seront au rendez-vous des huitièmes de finale du Mondial. À moins que…? Bienvenue dans un monde imaginaire dans lequel vous êtes l'arbitre et où chaque décision peut changer le cours de l'histoire.


Christophe Zemmour
2018-06-25

Messi, tel Son Goku

Un prodige que l’on attend sur le toit du monde mais qui peine à décrocher le titre suprême, tout en vivant dans l’ombre d’un prédécesseur génial et farceur: voilà une histoire que l’on a déjà entendue quelque part...


2018-06-17

[JDD #7] Irrésistibles

Le Journal de Didier – Conspiration tactique, incident avec Clément d'Antibes, start-up de Rami… Récit des derniers jours des Bleus à Clairefontaine. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"

Sur le fil

RT @PaladarNegroWeb: #Maradona Looks 👉 https://t.co/YCI6EpppRE https://t.co/MzlY2S1Gfa

OM, un été d’interrogations et de promesses - https://t.co/M5RHGuxH4x Par @Ba_Zenga https://t.co/xmq4QUfguZ

RT @Minoskovic: Leipzig-Salzbourg : un drôle de match en questions #RedBull #RBLRBS #EuropaLeague https://t.co/iRo5oJpoQA

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)