auteurs
Christophe Zemmour et Richard N

> déconnerie

Tabloïd, numéro 1

> article suivant

[JDD #7] Irrésistibles

> article précédent

Cinq pour une place

> article précédent

Revue de stress #149

Kennedy 1981, la passe de trois

Un jour un but – Le 27 mai 1981 au Parc des Princes, un but de son arrière latéral Alan Kennedy permet au Liverpool FC de conquérir sa troisième Coupe des Clubs champions aux dépens du Real Madrid.

Partager

 

La touche est rapidement exécutée côté gauche, à quelques encablures de la surface madrilène. Ray Kennedy transmet à son homonyme Alan Kennedy qui contrôle le ballon de la poitrine avant d’entrer dans la surface. García Cortés, le défenseur du Real, tente de dégager mais il se loupe complètement et ouvre la voie à Kennedy. Augustin le gardien sort à sa rencontre, alors l’Anglais frappe malgré l’angle fermé. Le ballon claque dans les filets.

 

 

Sorti de l'ennui

Nous sommes à la 82e minute et Liverpool vient d’ouvrir le score. Il était temps! La vingt-sixième finale de la Coupe d'Europe des clubs champions commençait sérieusement à devenir soporifique malgré le plateau proposé. Ce 27 mai 1981, le Parc des Princes accueille en effet deux grands noms du football européen: la meilleure équipe du moment face au meilleur club de l’histoire, à savoir Liverpool et le Real Madrid.

 

L’affiche ne manque pas de cachet mais elle oppose vingt-deux joueurs un peu harassés par une saison trop longue. À Liverpool, Kenny Dalglish joue avec une cheville à peine soignée et son coéquipier Alan Kennedy porte un épais pansement autour du poignet. Bob Paisley peut tout de même enfin aligner son équipe type, ce qui ne lui était plus arrivé depuis des mois. Le Real Madrid n'est physiquement pas au mieux non plus et a donc choisi de jouer prudemment. C’est donc Liverpool qui se crée le plus d’occasions : un tir d’Alan Kennedy, déjà, a lancé les hostilités après dix minutes, suivi de tentatives de McDermott de Dalglish et Graeme Souness.

 

 

Le Real agit par contres et sur l’un d’eux, Antonio Camacho n’est pas loin d’inscrire un but d’anthologie: idéalement lancé par Juanito, le latéral madrilène lobe Ray Clemence en piquant subtilement le ballon. Sa tentative passera malheureusement au-dessus, l’empêchant d’entrer définitivement dans la postérité.

 

Il était écrit toutefois que le héros du match serait un arrière latéral. Alan Kennedy transperce la défense merengue et offre sa troisième Coupe d’Europe au FC Liverpool, hissant son club au même niveau que l’Ajax ou le Bayern. Mais il reste encore loin des six trophées conquis par son adversaire d’un soir qui devra attendre encore dix-sept ans avant de réécrire son nom au palmarès.

 

 

Kennedy décisif

Alan Kennedy est de ces héros improbables, comme sait si bien les aimer Liverpool. Il avait rejoint le club de la Mersey en 1978, en provenance de Newcastle pour 330.000 livres, et n’est donc pas des premiers sacres européens de la bande de Paisley. L’histoire raconte que parmi les employées de la friterie que le jeune Bob s’amusait à draguer le vendredi soir en sortant du cinéma, se trouvait la mère d’Alan. Un homme qui va devenir l’un de ses piliers, l’un des chouchous du Kop. De ceux qui renforceront la conviction de Bob Paisley d’accompagner les joueurs talentueux de coéquipiers plus besogneux, dont l’énergie et la détermination sont les meilleurs atouts – comme pourront l’être plus tard Jamie Carragher et Dirk Kuyt.

 

Trois ans après Paris, il vit un match “cauchemardesque”, mais s’accroche face à la Roma qui reçoit dans son stade olympique les Reds pour une finale de C1. Il est même celui qui s’élance pour le dernier tir au but, alors qu’on ne l’y attendait pas – lui-même se trouvant “limité” dans cet exercice. Décisif pour les deux derniers titres continentaux du grand Liverpool, on a connu des arrières gauches aux destins plus contrariants.

Partager

> sur le même thème

OM-Salzbourg : un capital de goals

Un jour, un but


Richard N
2018-06-12

Dugarry 1998, mauvaise langue

Un jour un but – Le 12 juin 1998 à Marseille, c’est Christophe Dugarry qui marque le premier but de l’équipe de France lors de sa Coupe du monde.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-05-15

Boli 1993, la tête à Basile

Un jour un but – Il y a bientôt vingt-cinq ans, l’Olympique de Marseille s’en était allé conquérir la première coupe d’Europe du football français. Un coup de tête de Basile Boli fit chavirer Marseille et basculer l’Hexagone dans le camp des vainqueurs.


Richard N
2018-03-19

N’Doye 2008, quand Carquefou tomba l’OM

Un jour un but – En marquant le seul but de son équipe face à l’OM le 18 mars 2008, Idrissa N'Doye signe l’un des exploits les plus retentissants de l’histoire de la Coupe du France.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

Cruel Sommer.

RT @CoupFrancMLS: @cahiersdufoot Astuce (pour les supporters en tribune) qui marche : compter tout haut les secondes. Je l'ai vu faire dans…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Coupe du monde 2018 : le groupe E

aujourd'hui à 23h56 - Espinas : La Suisse est une bonne équipe du gardien au 10, seul l'avant-centre est un bon cran en... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 23h51 - Espinas : Enfin, le Mexique (en 1/8e à chaque CdM depuis 1998), la Suisse (en 1/8e 2014 et euro 2016) ou... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 23h47 - fabraf : Ou faire jouer Messi, Neymar et Griezmann contre l’Islande. Et faire rentrer Bale pour le fun à... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 23h36 - Moravcik dans les prés : Je plussune évidemment Jamel, Mathoux ne semble pas se rendre compte que sa remarque est en fait... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 23h35 - Roy compte tout et Alain paie rien : Quand tu as une seule safety car sur un circuit comme Le Mans, pour peu qu'elle sorte entre le 1er... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 23h18 - Yul rit cramé : C'est'pour ça qu'il n'est plus défenseur alors ?Je croyais qu'on était juste passé à côté de... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 23h01 - impoli gone : Fleetwood, lui, est bien au chaud, tranquille, au club house. Et il attend. >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 22h41 - PCarnehan : fireflyonthewater.Un article engagé, un seul, dans un océan de louanges, et d'injonctions à... >>


La vie et l'avis des coaches

aujourd'hui à 22h25 - fabraf : Runaujourd'hui à 16h00Tu as un lien d’une interview ? >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 21h44 - forezjohn : Logique si on te dit pas de laisser tu tentes forcément de la dévier de la main dans ta surface. >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)