auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

Kombouaré 1993, la forte tête

Un jour un but – Le 17 mars 1993, Antoine Kombouaré marque dans les tous derniers instant d'un quart de finale de la Coupe UEFA le but qui élimine le Real Madrid.

Partager

 

En fait, la soirée se passait plutôt bien. Le Paris Saint Germain régalait l'assistance et dégommait méthodiquement le Real Madrid. Le match aller avait été sévère pour les hommes d'Artur Jorge, battus 3-1 alors qu'ils avaient fait jeu égal avec les Michel, Butragueno, Hierro et autre Zamorano. Ce match retour du 17 mars 1993 au Parc des Princes est donc une de ces soirées que seule la Coupe d'Europe, fusse-t-elle de l'UEFA, peut offrir.

 

Les Parisiens font la moitié du chemin en première mi-temps (1-0, but de Weah à la 33e minute), et attendent patiemment les dix dernières minutes pour décrocher leur qualification, grâce à un superbe tir sous la barre de David Ginola, plus magnifico que jamais. En toute fin de match, le Brésilien Valdo ajoute une troisième banderille qui achève définitivement le club madrilène. Plus rien ne semble pouvoir arriver, et pourtant.

 

 

Pas à l'abri

Dans l'euphorie, on en a presque oublié qu'il suffit d'un but, un seul, pour que le Real Madrid se remette en selle. Dépassés par leurs adversaires, amorphes et impuissants durant quatre-vingt-dix minutes, les Merengues trouvent pourtant le moyen de marquer un but dans les arrêts de jeu (Zamorano, 92e). Une chape de plomb s'abat sur le Parc. Il faut désormais jouer la prolongation face à un adversaire revigoré par un but miraculeux. À moins que…

 

L'arbitre hongrois M. Puhl n'a toujours pas sifflé la fin du temps réglementaire lorsqu'il accorde un coup-franc indirect aux Parisiens à la… 96e minute. Alors que Valdo s'apprête à tirer, il y a déjà Weah, Ginola, Germain, Le Guen, Ricardo qui se tiennent devant le but sous la surveillance agitée des Madrilènes. Ce n'est qu'au dernier moment que ceux-ci voient surgir Antoine Kombouaré...

 

 

 

Le défenseur central parisien porte déjà à ce moment-là un titre de héros. Quatre mois plus tôt, alors qu'une élimination se profilait au Parc Astrid, l'ancien Nantais, entré en jeu à la 66e minute, envoyait un coup de tête dans la cage d'Anderlecht et qualifiait son équipe pour les quarts de finales.

 

 

Rédemption et rêves de titre

Tout héros qu'il est, Antoine Kombouaré n'est pourtant pas titulaire dans le onze type d'Artur Jorge. S'il est aligné face au Real Madrid, c'est en raison de la suspension d'Alain Roche, exclu au match aller. Chargé du marquage de Zamorano, il plaide coupable sur le but madrilène.

 

Valdo envoie le ballon devant le but de Buyo. Lancé en pleine course, Kombouaré surgit, frappe de la tête et envoie le ballon dans la cage de Buyo. Un moment de folie pure s'empare du Parc lorsque le Parisien court les bras en V avant d'être agrippé par ses coéquipiers. Les rebondissements des toutes dernières minutes ont mit le public dans tous ses états avant de lui rendre un moment d'euphorie unique.

 

Jamais jusqu'alors le Real Madrid n'avait été sorti par un club français dans l'histoire des coupes européennes. Le PSG, qui a déjà sorti Naples et Anderlecht, n'a même pas peur de la Juventus qui se profile en demi-finale. Dans le même temps, l'AJ Auxerre a sorti l'Ajax Amsterdam et la France du foot se met à rêver secrètement d'une finale de Coupe de l'UEFA 100% française. Elle qui n'a encore jamais décroché le moindre trophée européen.

 

 

 

Partager

> sur le même thème

Bauer, stade critique

> du même auteur

Un samedi soir à Angoulême

Un jour, un but


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


Richard N
2018-07-10

Thuram 1998, buteur dubitatif

Un jour, deux buts – Le 8 juillet 1998 au stade de France, des Bleus en difficulté face à la Croatie en demi-finale de leur Coupe du monde se découvrent un buteur inattendu...


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @MouradAerts: Retour sur les débats autour du prix des places pour OM/PSG. "Deux vélodromes vont bientôt cohabiter au sein de la même en…

Parmi "les titres auxquels vous avez échappé" de notre CR de #FRALL, un joli "Löw on l’emportera". Le reste est im… https://t.co/gIZnSmk6Wn

RT @tomwfootball: There are over a billion active accounts on Instagram. I think Lassana Diarra’s might be the worst https://t.co/YUZE7wpjlh

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 19h54 - Luis Caroll : ParisHiltonaujourd'hui à 18h44Et maintenant Mélenchon singe l'accent méridional d'une... >>


Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 19h53 - JauneLierre : Thierry henry qui cite Suaudeau et Denoueix comme références, ça fait plaisir. On se console... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 19h46 - Run : On serait plutot vers un retour debut 2019 pour Umtiti. Ca laisse 2 matchs pour essayer. Ce qui... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 19h27 - Lucho Gonzealaise : Perso, toute personne qui pourra fermer sa bouche à Embiid et son trashtalk à deux balles, je... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 18h54 - ESD.3 : Françoise Jallet-Mauriceaujourd'hui à 14h14Lucho Gonzealaiseaujourd'hui à 13h19Françoise... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 18h29 - Pascal Amateur : Mais qu'est-ce que c'est que ces étrangers qui se mangent des pains pour les Français ?! >>


Bréviaire

aujourd'hui à 17h22 - Pascal Amateur : Avoir le cœur sur la main "Henry : 'C'était le choix du cœur'." (lequipe.fr) >>


Parties de campagne, bières, et football...

aujourd'hui à 16h55 - Sidney le grand Govou : 2Bal 2Nainggolan16/10/2018 à 12h15Ce fil est parfois triste à lire (j'exagère un tantinet): voir... >>


Déclarama

aujourd'hui à 16h38 - El Mata Mord : Dani >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 14h04 - gurney : Jeanroucas16/10/2018 à 08h24Je parlais de manière très pragmatique. C'est bien le tacle de TS... >>


Les brèves

Le cachemire serre

"PSG, un maillot à 60 M€ ?" (sports.fr)

Anthony pire qu'Ince

"Anthony Lopes (Lyon) : ‘Je n'ai pas envie qu'on dise que j'étais taré complet’." (lequipe.fr)

Javier AppStore

“Neymar, coach sur... mobile.” (lequipe.fr)

Match à huis cloclos

"Le MHSC foudroie Nîmes dans un derby électrique. " (madeinfoot.com)

Cocktail de drogues

"Maradona conseille à Messi d'arrêter la sélection." (lequipe.fr)