auteur
Richard N (avec Les jaunes Héros Zen)

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Trente-cinq

> article précédent

Les gestes techniques de Neymar

L'Abécédaire du FC Nantes

De A jusqu'à Z et quasiment à une touche de balle, les membres du fil "Les jaunes Héros Zen" ont dressé l'abécédaire de leur club favori. Avec du jeu à la nantaise, des succès et un peu de musique.

Partager

 

A comme Arribas

L'abécédaire du Football Club de Nantes ne pouvait trouver meilleur point de départ que José Arribas (1921-1989). Entraîneur du club entre 1960 et 1976, artisan de la montée en 1963 et des premiers titres (1965, 1966 et 1973), le Basque est aussi et surtout l'homme qui a apporté dans la Cité des Ducs sa conception d'un football offensif et alerte, à contre-courant de ce qui se pratique sur les terrains de France dans les années soixante. Une conception pérennisée par la mise en place d'un système de formation assurant la transmission d'une identité de jeu. Le centre sportif de la Jonelière, antre du centre de formation et des terrains d'entraînement, porte aujourd'hui son nom.

 

 

 

B comme Beaujoire

Le stade Louis-Fonteneau, situé dans le quartier sans âme de la Beaujoire, au terminus de la ligne 1 du tramway, a longtemps été une grande nef de béton refroidie par les courants d'air. Le FC Nantes y évolue depuis 1984 et n'a jamais cessé de regretter le vieux stade Marcel-Saupin, situé en plein centre-ville et autrement plus chaleureux. L'équipe de France vient de temps en temps jouer à la Beaujoire, où elle n'a jamais encaissé le moindre but. L'enceinte a aussi abrité des rencontres de l'Euro 1984 et de la Coupe du monde 1998 ainsi que des matches internationaux de rugby et des concerts d'envergure. Mais il n'accueillera aucune rencontre de l'Euro 2016, ne souhaitant pas s'aligner sur les exigences de l'UEFA.

 

 

 

 

 

C comme Canaris

Les joueurs du FC Nantes, comme ceux du club anglais de Norwich City, sont surnommés les Canaris, en référence à la couleur de leur maillot. Si l'oiseau jaune est un symbole du Norfolk, ce n'est pas vraiment le cas dans le sud de la Bretagne. Le jaune et vert des joueurs nantais tient d'ailleurs plus de l'équidé que du volatile, puisqu'il provient des couleurs d'un cheval de course qui appartenait à l'un des dirigeants-fondateur du club en 1943. Dans les années 1980, la section marketing du club avait tenté d'attribuer un nouveau surnom aux joueurs nantais: les Corsaires. En pure perte.

 

 

 

D comme Denoueix

Cinquième entraîneur de l'histoire du FC Nantes dans l'élite, Raynald Denoueix est considéré comme l'héritier direct de l'esprit nantais créé par Arribas et relayé par Suaudeau. Ancien joueur du club sans jamais n'avoir été vraiment titulaire, ancien responsable du centre de formation, il a dirigé l'équipe première des Canaris durant quatre ans et demi, un règne court comparé à ses prédécesseurs. Souvent malmené par des résultats défavorables, l'héritier a apporté une touche de pragmatisme au jeu nantais et permis à son équipe de remporter deux Coupes de France (1999, 2000) et un titre de champion (2001). Viré en pleine saison par la nouvelle direction du club fin 2001, il garde une image intacte aux yeux des supporters et semble avoir emporté avec lui le secret du Jeu à la nantaise.

 

 

 

E comme Elmer Food Beat

Au tout début des années 1990, Nantes brille moins par son foot que par les tubes pop qu'aligne un groupe du coin, Elmer Food Beat. Celui-ci tente en 1993 le single "Du rififi dans la surface" en hommage à son club favori. Un succès très relatif, mais un morceau qui reste largement au-dessus des "Hymnes du FC Nantes" passés et futurs.

 

 

 

F comme Fonteneau

Louis Fonteneau a présidé le FC Nantes de 1969 à 1986. Son règne est donc celui des grands succès sportifs mais aussi de la création et la pérennisation du centre de formation. Contrairement à ses homologues plus en vue médiatiquement (Leclerc, Rocher, Bez…), le président nantais a toujours brillé par sa sagesse, tant au niveau des déclarations que dans la gestion du club. Aucun mot plus haut que l'autre, aucune dépense superflue, aucune ingérence dans le domaine sportif: un président quasiment parfait. Décédé au début de l'année 1989, le stade de la Beaujoire porte aujourd'hui son nom.

 

 

 

G comme Gripond

Jean-Luc Gripond incarne la décadence du FC Nantes dans les premières années de ce nouveau siècle. Intronisé comme président par la Socpresse, premier actionnaire privé du club, en septembre 2001, l'ancien secrétaire de l'écurie Prost Grand Prix vire Raynald Denoueix au bout de quatre mois et établit une valse d'entraîneurs qui ne fait qu'accentuer les mauvais résultats. Bien qu'officiellement débarqué en 2005, il demeure dans les couloirs du club jusqu'à ce que le club coule deuxième division après quarante-quatre ans de présence ininterrompue parmi l'élite.

 

 

 

H comme Halilhodzic

Quelle que soit l'option de jeu pratiquée par son équipe, l'efficacité d'un avant-centre reste la clé des résultats. Les premiers titres, en 1965 et 1966, doivent beaucoup à Jacky Simon et Philippe Gondet, tour à tour sacrés meilleurs buteurs du championnat. Par la suite, si le FC Nantes est parvenu à fabriquer quelques numéro neuf valables (Éric Pécout, Nicolas Ouédec), il a souvent été obligé d'activer sa cellule recrutement pour dénicher un vrai tueur. Le plus grand de tous fut l'international yougoslave Vahid Halilhodzic, deux fois meilleur buteur (1983, 1985) en cinq saisons sous le maillot nantais. Plus tard, le titre a été raflé par deux produits du club, Nicolas Ouédec (1994) puis Patrice Loko (1995). Le Roumain Viorel Moldovan (2000-2004) est le dernier grand avant-centre qu'ait connu le FC Nantes, même s'il n'a jamais terminé en tête du classement. Curieusement, le meilleur buteur de l'histoire du club n'est pas un avant-centre mais un ailier droit: Bernard Blanchet.

 

 

 

 

 

I comme Invincible

Lors de la saison 1994/95, le FC Nantes ne connaît qu'une seule défaite en championnat, après trente-deux matches d’invincibilité, record de la Ligue 1. Sa plus belle série reste toutefois celle de quatre-vingt-douze matches sans concéder la moindre défaite à domicile à Marcel-Saupin, entre le 15 mai 1976 (PSG, 1-2) et le 7 avril 1981 (Auxerre, 0-1).

 

 

 

J comme Jonelière

Situé de l'autre coté de l'Erdre par rapport au stade de la Beaujoire, le Centre Sportif de la Jonelière est le terrain d'entraînement du FC Nantes, dont se sont inspirés de nombreux clubs (parmi lesquels l’AC Milan). C'est aussi le centre de formation d'où sont sortis de nombreux joueurs imprégnés de cette conception du jeu qui fut longtemps la marque de fabrique du club.

 

 

 

K comme Kita

Président du club depuis 2007, lorsque le club connut sa première relégation, Waldemar Kita est parvenu à redresser le club et à le ramener parmi l'élite, en dépit d'une impopularité tenace. Son discours peu romantique et ses méthodes de management assez directes chagrinent les partisans du retour aux valeurs du club. En outre, la précédente expérience du Franco-polonais à la présidence du Lausanne Sport (faillite) n'est pas de nature à rassurer les supporters. Toutefois, le président du FC Nantes a été désigné dirigeant de l'année 2014 par l'hebdomadaire France Football et parviendra sans doute à dégager un bilan positif lorsqu'il tirera sa révérence.

 

 

 

L comme Landreau

Le FCN a connu depuis toujours de nombreux problèmes de gardiens, sauf entre 1996 et 2006, lorsque la cage était gardée par Mickaël Landreau. Formé au club, lancé à dix-sept ans dans le grand bain, l'Arthonais est de loin le meilleur portier de l'histoire du club, n'en déplaise au légendaire Jean-Paul Bertrand-Demanes et ses six cent cinquante matches joués pour le club (record) ou à Daniel Eon, gardien international des années soixante. Connu pour son incroyable faculté à détourner les penalties (et tout aussi célèbre pour en avoir piteusement raté un crucial), Landreau remporte deux Coupes de France et un titre de champion avant de s'employer à repousser, chaque année, l'inéluctable relégation du club.

 

 

 

 

 

M comme Michel

Quelle que soit la période, lorsqu'un sondage ou référendum prétend élire le meilleur joueur de l'histoire du FC Nantes, c'est invariablement le nom d'Henri Michel qui est plébiscité. Le natif d'Aix-en-Provence a joué cinq cent trente-deux matches avec le FC Nantes entre 1966 et 1982 et porté le brassard de capitaine durant les plus belles années du club. Charismatique, autoritaire, influent, il avait son mot à dire sur la composition des équipes et sur le recrutement – on lui prête même un véto sur l'arrivée d'un certain Michel Platini en 1979. Milieu de terrain puis libéro, sa fidélité, sa loyauté et son attachement au club n'ont aucun équivalent.

 

 

 

N comme Nantes ville sportive

Avec depuis les années soixante au moins un titre de champion de France par décennie (série en cours), le FCN reste l'étendard sportif du chef lieu de Loire-Atlantique. Avant lui, seul le SNUC a gravé son nom sur le Bouclier de Brennus en 1917 (en plein conflit mondial). Sinon, on peut citer une Coupe de France de basket remportée en 1966 par feu l'ABC Nantes et la toute récente Coupe de la Ligue de hand glanée par le HBC Nantes en 2015. Au pays du collectif roi, ce sont surtout les champions de disciplines individuelles qui se distinguent à Nantes, à l'image de Patrice Martin, douze fois champion du monde de ski nautique. À part çà, on est aussi vachement bon au baby-foot.

 

 

 

O comme Ombre

Le FC Nantes a longtemps été un club de l'ombre. Créé durant l'occupation, passé pro après la libération, il a ensuite traîné dix-huit longues années en deuxième division, voyant défiler quelques entraîneurs médiocres et pas mal de joueurs tout aussi peu inspirés. Il faut l'arrivée de José Arribas pour donner au club nantais une identité et des ambitions suffisantes afin d'accéder à l'élite (en 1963), s'y maintenir et décrocher les premiers titres.

 

 

 

P comme Pampa

De Rafael Santos à Julio Hernan Rossi, ils sont nombreux les joueurs argentins à avoir porté les couleurs du FC Nantes en première division. Certains furent d'authentiques internationaux comme Angel Marcos, Hugo Bargas, Enzo Trossero, Nestor Fabbri et même champions du monde comme Jorge Burruchaga et Julio Olarticoechea. D'autres sont Canaris de père en fils comme Ramon et Oscar Muller. On citera également les bons souvenirs laissés par Hugo Curioni et Mauro Cetto, ou encore la belle allure d'Oscar Victor Trossero. Il y en a eu d'autres bien entendu, mais on préfère les oublier.

 

 

 

 

 

Q comme Quarante-quatre

Quarante-quatre (44), c'est le numéro du département de la Loire-Atlantique, dont Nantes est le chef-lieu. C'est aussi le nombre de saisons consécutives que le FCN a passé dans l'élite du foot français, de 1963 à 2007. C'est le record de la Ligue 1… que le Paris Saint-Germain devrait battre, à moins qu'il soit rétrogradé avant la saison 2018/19.

 

 

 

R comme Rivaux

Il y a certes les derbies avec le Stade de Rennes ou le SCO d'Angers, mais le FCN a connu d'autres rivalités plus animées. Notamment celle avec le grand Saint-Étienne des seventies, qui redoutait moins quelques déplacements européens que de se rendre à Marcel-Saupin. Les Girondins de Bordeaux ont aussi un statut de rivaux historiques, proposant tant dans les années soixante que dans les années quatre-vingt une opposition de style et de gestion. Le PSG, à un degré moindre, se pose aussi en rival, suite à des rencontres souvent mémorables, mais aussi pour avoir piqué de nombreux joueurs au club nantais.

 

 

 

S comme Suaudeau

Joueur-clé du système Arribas dans les années 1960, Jean-Claude Suaudeau a ensuite dirigé le centre de formation et les équipes réserves du FC Nantes, avant d'être promu à la tête de l'équipe fanion en 1982. Les groupes qu'il dirige en première division sont principalement composés de joueurs qu'il a lui-même formés, ce qui lui permet d’appliquer d'autant plus facilement la tradition du jeu imaginée par Arribas. Dès sa première saison d'entraîneur, le Choletais conduit la superbe équipe de 1983 au titre de champion. Écarté en 1988 par le nouveau président en place, il est rappelé d'urgence trois ans et demi plus tard. Héritant à nouveau d'une équipe dont il a formé lui-même les principaux joueurs, il décroche un deuxième titre de champion de France en 1995. Il choisit de se retirer en 1997, en prenant soin de laisser son héritage à Raynald Denoueix.

 

 

 

 

 

T comme Tribune Loire

Si le FC Nantes a bâti sa réputation sur une identité de jeu, il n'avait pas vraiment d'histoire au niveau des tribunes. Le public de la Beaujoire, tout comme celui de Marcel-Saupin, avait cette réputation d'être un public tranquille, qui va au foot comme on va au théâtre, se délectant du spectacle sans faire trop de bruit, sinon pour siffler ses propres joueurs. Aujourd'hui que le spectacle n'est plus vraiment sur le terrain, le jeune public entassé en Tribune Loire a décidé de faire le jeu. Tifos d'envergure, chants effrénés, encouragements ininterrompus, le phénomène étonne et séduit, au point d'être devenu la principale vedette de ce FC Nantes 2.0 revenu de tous les enfers.

 

 

 

U comme UEFA

Un petit tour (ou deux) et puis s'en va. L'histoire du FC Nantes en coupe d'Europe est marquée par un grand nombre d'éliminations précoces qui ont alimenté l’image d'une équipe pas vraiment armée pour la compétition continentale. Le jeu "guilleret et printanier" pratiqué par les Canaris ne serait pas adapté aux exigences européennes, qui requièrent de l'engagement et un style plus direct. Quelques exceptions ont momentanément tordu le coup à cette théorie, notamment deux parcours jusqu'en demi-finale: en Coupe des coupes 1980 et en Ligue des champions 1996.

 

 

 

V comme Vincent

La mémoire collective est très injuste envers Jean Vincent. L'ancien international, héros de l'épopée suédoise de 1958, a entraîné le FC Nantes pendant six ans, lui a donné sa première Coupe de France (1979), son premier parcours européen digne de ce nom (demi-finale de la C2 en 1980), deux titres de champion supplémentaires (1977 et 1980) et n'a jamais terminé une saison au-delà de la deuxième place du classement. Son nom est pourtant régulièrement oublié lorsque sont cités les mentors du jeu à la nantaise. Décédé en 2013, le Stade de la Beaujoire lui a toutefois rendu un vibrant hommage.

 

 

 

 

 

W comme Wailers

C'est un cinq contre cinq mythique où se croisent l'histoire du foot et du reggae. En marge d'un concert donné au Parc des Expositions de Nantes le 2 juillet 1980, Bob Marley et ses Wailers passent faire un tour au centre d'entraînement de la Jonelière pour un petit foot contre des pros du FC Nantes. Amisse, Baronchelli, Bertrand-Demanes, Rampillon et Henri Michel se prêtent à l'exercice et s'avouent très surpris par la qualité footballistique des musiciens jamaïcains. Un souvenir inoubliable pour les intéressés et quelques photos désormais légendaires, où le pape du reggae porte le maillot jaune estampillé Europe 1.

 

 

 

X comme X-Files – les dossiers secrets

Durant l'affaire VA-OM en mai 1993, les oreilles du FC Nantes ont souvent sifflé et pour cause. Trois anciens joueurs du club sont directement impliqués dans le plus gros scandale de l'histoire du foot français: Jean-Jacques Eydelie (OM), Jorge Burruchaga (VA) et Christophe Robert (VA). Des rumeurs insistantes désignent par ailleurs d'autres joueurs nantais coupables de petits arrangements avec l'OM de l'époque Tapie (1986-1993), sans que cela soit vraiment confirmé. Il se trouve que la précédente grosse affaire française de match truqué en 1960 avait également touché le club nantais. Le gardien hongrois Lehel Somlay accusa les dirigeants du Red Star d'avoir tenté de l'acheter avant un match décisif de deuxième division. Nantes l'emporta 5-1 et son gardien devint le Jacques Glassmann des années soixante.

 

 

 

Y comme... Budzynski (oui oui)

Le Y de son nom est toujours là où on ne l'attend pas. Robert Budzynski fut le patron de la défense des Canaris d'Arribas, avant qu'une sale blessure n'abrège sa carrière. En 1970, le complice de Coco Suaudeau invente un poste nouveau en France, celui de directeur sportif. Pendant trente-cinq ans, le "Bud" accompagne les différents entraîneurs du club, se chargeant de répondre à leurs besoins en dénichant autant que possible l'oiseau rare. Plus de deux-cent joueurs ont ainsi rejoint le FC Nantes par son entremise. Si on lui a souvent reproché quelques choix hasardeux, il doit être remercié pour ses nombreuses bonnes pioches.

 

 

 

Z comme Zaetta

Guelzo Zaetta n'est pas le nom le plus connu de l'histoire du FC Nantes, mais le club doit beaucoup à cet homme de l'ombre. Joueur d'une saison dans les années cinquante, il revient au club en 1963 comme adjoint de José Arribas puis de Coco Suaudeau lorsqu'est mis en place le centre de formation. Chargé du recrutement des jeunes, il détecte très tôt les potentiels et attire à la Jonelière de nombreux gamins qui brilleront sous le maillot jaune à l'âge adulte.

 

 

L'abécédaire auquel vous avez échappé

A comme Ahamada ; B comme Barthez ; C comme Caceres ; D comme Dalmao ; E comme Eydelie ; F comme Furlan ; G comme Garcia (Jean-Louis) ; H comme Heinz ; I comme Ismaël Bangoura ; J comme Jakovljevic ; K comme Klasnic ; L comme Landrenka ; M comme Mazzoni ; P comme Pascal Praud ; R comme Rudi Roussillon ; S comme Stojkovic (Vladimir) ; T comme Touré (Abdoulaye) ; V comme Vejle ; W comme Wilhelmsson ; Y comme Yapi Yapo ; Z comme Zerka...

 

 

L'abécédaire qu'on aurait préféré

A comme Amisse ; B comme Bossis ; C comme Carrière ; D comme Desailly ; E comme Europe 1 ; F comme Fabbri; G comme Gondet ; H comme Heil (Albert) ; J comme Juventus 1996 ; K comme Karembeu ; L comme Loko ; M comme Moldovan ; N comme N'Doram ; O comme Ouédec ; P comme Pedros ; Q comme Quint ; R comme Rampillon ; S comme Sahnoun ; T comme Touré (José) ; U comme Ugo Bargas ; V comme Vahirua ; Y comme Yepes ; Z comme Ziani...

 

 

Réalisé par Etienne Mattler, George Worst, JauneLierre, Jordan Voit Rien, Manx Martin, Richard, Richard N, Sansai, Serge le disait, Toni Turek, Zénon Zadkine

 

 

Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 1

> sur le même thème

L’abécédaire du Tours FC

> du même auteur

Retour vers le footoir [2]

Les Abécédaires


Le forum
2016-06-10

L’abécédaire de l’Euro

Depuis 1960 jusqu'à aujourd'hui, de la Coupe d'Europe des nations jusqu'à l'Euro, cinquante-six ans de compétition européenne résumés dans un classement alphabétique subjectif et passionné.


Mama, Rama et Papa Yade
2016-03-01

L'abécédaire du Montpellier Hérault SC

La riche histoire de la Paillade nous permet de croiser Michel Mézy et Loulou Nicollin mais aussi des héros plus méconnus. Attention, article très riche!


McManaman
2015-11-11

L’abécédaire du Tours FC

Parce que le palmarès ne fait pas tout, plongée au cœur d'un club où l'attaquant le plus talentueux est en fait l'entraîneur et où on est déjà content de finir la saison sans être relégué ni embêté par la DNCG.


>> tous les épisodes du thème "Les Abécédaires"


Le forum

Espoirs, des bleus et des verts

aujourd'hui à 02h58 - Gouffran direct : Cette génération est prometteuse.On leur souhaite à tous une belle carrière.Dans l'autre demie... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 02h39 - Gouffran direct : Ya un article sur ce que coûterait la venue de Giroud pour un an et ben ce sera pour quelqu'un... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 02h30 - Taiwo Rit du Complot : Pour re parler de jeu, je voulais vous signaler l’excellent papier de Marv et Benedetto (pas le... >>


Flower of Scotland

aujourd'hui à 00h31 - Redalert : Nan, ça serait plutôt qu'à l'époque le fisc a réclamé 50 M alors que les Rangers n'en... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h26 - cachaco : Pier Feuil Scifo14/11/2019 à 19h20Ah, ça m'intéresse beaucoup ça! :)Je bosse sur les migrants... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 00h01 - Mevatlav Ekraspeck : Au contraire, ils m’ont vendu tellement de rêve... C’était tellement chouette, Ewing et... >>


Le fil prono

14/11/2019 à 23h57 - Easy Sider : Coty Week 11Steelers@Browns 21-23Quel QB réussira la meilleure évaluation? D.Carr >>


Observatoire du journalisme sportif

14/11/2019 à 23h54 - Redalert : El Mata Mordaujourd'hui à 17h32Pas pu le lire mais, dans le dernier So Foot, le dossier spécial... >>


Festival de CAN

14/11/2019 à 23h48 - Redalert : À mettre en rapport avec la réaffectation de certains éléments des BIR dont on parlait il y a... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

14/11/2019 à 22h40 - De Gaulle Volant : Bale tragique >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)