auteur
Antoine Faye

Du même auteur

> article précédent

Argentins de France : les flops

L'Operación Puerto a été classée

Dans le silence le plus assourdissant et l'intimité la plus stricte, l'Opération Puerto, qui promettait la mise à jour d'un vaste réseau de dopage dans le sport espagnol, a été enterrée, vendredi 9 mars 2007. Le football peut souffler.
Partager
C'est à la fin du mois de mai 2006 que l'opération Puerto démarre, avec les interpellations – entre autres – du Dr Eufemiano Fuentes, ex-médecin d'équipes cyclistes et de clubs de football, Manolo Saiz, directeur de l'équipe cycliste Liberty Seguros. Les enquêteurs mettent à jour un système d'autotransfusion, de vente de substances interdites (EPO, anabolisants, stéroïdes, et hormones de croissance. Peu à peu, des coureurs cyclistes de premier plan) Basso, Ullrich, Vinokourov, Heras – sont mis en cause. Au total, 58 coureurs cyclistes seront impliqués, bien que la Guardia Civil eut précisé dès le début de l'enquête, que le cyclisme en représente que 30% des cas de l'affaire, qui implique d'autres disciplines.

« Personne ne peut être jugé »

Ces autres disciplines en seront mentionnées que par des rumeurs. Les noms de Rafael Nadal (tennisman), et de footballeurs du Real de Madrid sont avancés. Le journal Le Monde, le 7 décembre 2006, sur la foi de documents non saisis par la Guardia Civil, et sur la base des déclarations du Dr Fuentes lui-même, établit sa collaboration avec des clubs de football espagnols de premier plan (FC Barcelone, Real Madrid, Valence CF). Fuentes, dès le lendemain, dément catégoriquement l'intégralité des propos rapportés par le quotidien français (lire Mauvais sang).
L'enquête espagnole n'a pas permis d'établir cette relation. Elle n'a rien établi du tout, d'ailleurs. Antonio Serrano, le juge de la 31e chambre de Madrid, a classé l'Opération Puerto, faute de preuve. La décision finale précise qu'il n'existe "aucun délit vérifiable" et que "personne ne peut être jugé".

Aucun moyen, donc, de prouver un délit contre la santé publique. Aux termes de la loi espagnole, "il n'existe aucun délit dans les faits ayant fait l'objet d'une enquête". Sans renier les cas ponctuels de dopage, l'existence d'un réseau organisé ne peut être confirmée. Aucune charge ne sera donc retenue contre les huit inculpés : les docteurs Eufemiano Fuentes, José Luis Merino Batres, Alfredo Córdova et Yolanda Fuentes, les directeurs d'équipes cyclistes Manolo Saiz, Ignacio Labarta et Vicente Belda et l'ex-VTTiste Alberto León.
Partager

Le dopage


Hind
2019-04-04

« La mort subite chez les sportifs reste assez énigmatique »

Étudiante en Staps à Montpellier et éducatrice au MHSC, Marine Collin y organise une conférence sur les cardiopathies chez les athlètes. Elle évoque avec nous la lutte contre ce fléau. 


Jérôme Latta
2013-02-15

Face au dopage, le football reste seringue

Une Balle dans le pied – En attendant que des noms de joueurs sortent au cours du procès Puerto, de lourdes présomptions accablent le football.


Paul-Adrien Champeau
2013-02-05

La passion et le désenchantement

Corruption, dopage : l'actualité fait parfois remonter les réalités malodorantes du football, avant de les enfouir de nouveau. En nous laissant à nos doutes.


>> tous les épisodes du thème "Le dopage"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)