auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> déconnerie

Blague Apartheid

> article précédent

Revue de stress #128

La Gazette de la L1 : 19e journée

Partager

  

Les résultats de la journée


Amiens SC 0 - 1 FC Nantes
Angers SCO 2
- 1 Dijon FCO
Girondins de Bordeaux 0 - 2 Montpellier Hérault SC
EA Guingamp 2
- 1 AS Saint-Étienne
LOSC 1 - 1 OGC Nice
Olympique de Marseille 3 - 1 ESTAC Troyes
FC Metz 3 - 0 RC Strasbourg Alsace
AS Monaco 2 - 1 Stade Rennais FC
Paris Saint-Germain 3 - 1 SM Caen
Toulouse FC 1 - 2 Olympique Lyonnais

 

 

 

Le Classement en relief

Il est toujours là, disponible pour sept championnats. Voici le moins étalé du lot.

  

 

 

 

 

 

Les gestes

L'ouverture en cloche pleine de toucher de Florian Thauvin pour la remise de la tête de Morgan Sanson qui amène une frappe croisée de l'extérieur du droit en pleine lucarne de Dimitri Payet.

 

La course en profondeur de Luiz Gustavo qui prend la défense troyenne de vitesse avant d'enchaîner une demi-volée croisée parfaitement placée dans le petit filet de Mamadou Samassa.

 

Le contrôle orienté de la tête de Luiz Gustavo au niveau du poteau gauche de son propre but, enchaîné par une ouverture parfaite sur Dimitri Payet, qui lance idéalement Morgan Sanson plein axe dans le dos de la défense. L'ancien montpelliérain n'a plus qu'à servir Valère Germain sur un plateau pour conclure dans le but vide.

 

La frappe improbable de quarante mètres de Giovanni Sio qui s'écrase sur la barre de Jérôme Prior et nous prive d'un nouveau but de l'année.

 

La parade main opposée de Mike Maignan, qui enlève le ballon de sa lucarne sur un tir de Jean-Michaël Seri.

 

La belle combinaison à quatre angevine pour décaler Flavien Tait, dont la frappe est joliment déviée par Baptiste Reynet.

 

Le centre tendu de Valentin Rongier qu'Emiliano Sala n'a plus qu'à accompagner dans le but.

 

L'ouverture du score parisienne digne d'un jeu vidéo, avec Kylian Mbappé qui élimine deux joueurs caennais, dépose Damien Da Silva, puis centre en retrait pour Edinson Cavani qui conclut d'une talonnade smashée.

 

Les dribbles de Giovanni Lo Celso, que Rémy Vercoutre prive d'un but splendide.

 

La passe de Rémy Cabella qui suffit à transpercer toute la défense guingampaise et permet à Hernani de marquer.

 

L'envolée et la parade réflexe d'Anthony Lopes sur une frappe de Corentin Jean qui l'avait pourtant pris à contre-pied.

 

La vitesse d'Isaac Mbenza que Jérémy Toulalan ne peut que regarder crucifier les Bordelais d'un tir enroulé dans le petit filet.

 

Le duo Serge Gakpé-Ciprian Tatarusanu, avec deux frappes violentes du premier à chaque fois mis en échec par le deuxième.

 

La combinaison précédent le but dijonnais, avec une feinte de Benjamin Jeannot laissant passer le ballon pour Naïm Sliti qui lui remet dans la course et le place en position de frappe.

 

 

 

 

Dans ce spin-off, on suit les aventures d'Obiwan Kenavo qui enquête pour découvrir qui est Dark Cidrious.

 

 

 


Les antigestes

Le plongeon ravanellien de Mariano Diaz.

 

Hyun-Jun Suk qui rate le cadre désert après avoir trouvé la barre de Steve Mandanda.

 

L'air-parade de Jérôme Prior sur la frappe de Jonathan Ikoné, qui passe à travers ses mains.

 

Alexander Soderlund qui cisaille Lucas Deaux alors que celui-ci n'avait plus le ballon, laissant son équipe à dix plus d'une heure.

 


 

 

Le match qu'il ne fallait pas rater

On profite du multiplex de la dernière journée pour souligner LES matches à ne pas manquer ce week-end! On souligne tout de même les rencontres OM-ESTAC et FCM-RCSA, avec quelques jolis buts au compteur.

 

 

 

  

 

 

Les observations en vrac

Pour son anniversaire, Kylian Mbappé arbore une coupe de cheveux qui était à la mode à sa naissance.

 

Metz n'a plus gagné à domicile hors derbies depuis le 30 mars 2017, contre une équipe qui a entre temps disparu (Bastia, reparti au niveau de sa réserve). Mais quitte à gagner peu, autant bien choisir ses matchs. Metz a marqué presque autant de buts lors des deux dernières journées (six) que lors des dix-sept précédentes (sept). Du coup, les Messins ne sont plus la pire attaque et devancent désormais Caen qui n'a inscrit que douze buts sur la phase aller. Et s'ils ont toujours la pire défense avec trente-quatre buts encaissés, les Stéphanois les rattrape à vitesse grand V avec trente-trois buts encaissés.

 

Si on prend le classement à partir de la dixième journée (soit la moitié de la phase aller):
- Metz n'est plus relégable, ni même barragiste.
- Angers est en barrages.
- Bordeaux est relégable, devançant d'un point Saint-Étienne, qui sur les dix dernières journées a la pire attaque (cinq buts inscrits) et la pire défense (vingt-quatre buts encaissés).

 

Des numéros un et deux qui après s'être emportés dans un excès d'enthousiasme sont aux abonnés absents quand les difficultés arrivent, des employés qui font ce qu'ils peuvent, mêmes si les principaux acteurs ne sont pas d'une très compétence, une population dans l'expectative livrée à elle-même. En fait le modèle barcelonais dont s'inspire l'AS Saint-Étienne, c'est celui de la Generalitat de Carles Puigdemont.

 

Il semblerait que les U13 honneur réalisent de meilleures prises de balle que Jérôme Prior.

 

 

 

Malgré les lanceurs d'alerte, le tandem Romeyer-Caïazzo va pouvoir à nouveau recruter en toute impunité.

 

 

 

 

Le championnat à l'envers

Le leader incontesté, celui dont les générations futures se répèteraient la légende sans vraiment croire qu'il avait vraiment existé, celui dont les Troyens craignaient qu'il efface d'un certain nombre de tablettes le nom de l'ESTAC 2015/16, le grand FC Metz a déçu, pour la deuxième fois consécutive. Strasbourg, à la dérive depuis cinq journées, a profité du derby des kaskapointes pour piéger son "ennemi" héréditaire et enrayer sa lente dégringolade. Cette nouvelle déconvenue reste sans trop de conséquences du côté grenat mais on a le sentiment que la trêve arrive à point nommé pour les Lorrains. Espérons que les agapes des fêtes de fin d'année permettront à l'effectif de retrouver suffisamment de formes pour envisager avec optimisme la suite d'un championnat si bien débuté.

 

Pas mieux pour le dauphin angevin, qui a chuté à domicile face à Dijon, un outsider sorti du champ des radars depuis la treizième journée et une série de résultats décevants. Angers, qui restait sur une belle série peu spectaculaire mais efficace, a complètement craqué à domicile, Karl Toko Ekambi signant à lui seul les deux erreurs fatales à son club. Il était d'ailleurs écrit que tout le podium serait en difficulté puisque Lille n'est pas parvenu non plus à surmonter son adversaire du soir, des Niçois pourtant retombés dans l'anonymat après avoir animé le championnat durant les premières journées. Le craquage lillois n'a pas été complet et les Nordistes sont parvenus à préserver leur place sur le podium mais il s'en est fallu de peu.

 

Derrière, les poursuivants sont à l'affût. Qu'ils soient favoris identifiés dès le début de saison (Troyes, Amiens, Angers ou Metz) ou outsiders que l'on n'attendait pas vraiment là. Il en va ainsi de Toulouse, à égalité de points avec Lille mais avec une moins bonne différence de buts, et qui rôde autour du podium après y avoir occupé une place au soir de la seizième journée. Il en va surtout de Saint-Étienne et de Bordeaux, revenus du diable vauvert après avoir, l'un comme l'autre, raté leur début de saison et occupé la triste place de barragiste pour l'infamante Ligue des champions. Et la bataille à distance à la laquelle se livrent ces deux clubs pourrait bien, en fonction de ses futurs développement, prendre une place dans la grande histoire du championnat à l'envers.

 

 

  

 

 

 

Le championnat vu par Twitter

 

 

(A propos de l’interview de Jacques-Henri Eyraud)

 

 

 

Merci à 2Bal 2Nainggolan, Le Meilleur est le Pires, Lucho Gonzealaise, Marius T, Mik Mortsllak, Moravcik dans les prés, Tonton Danijel pour leurs contributions. Le championnat à l'envers est de Portnaouac, les mots croisés de Parkduprince, la compilation de AKK rends tes sets et les lucarnes sont de MarcoVanPasteque et de Vel Coyote.

  

Partager

> sur le même thème

La Gazette de la L1 : 17e journée

Le championnat de France


Alex Lagazette
2018-04-18

La Gazette de la L1 : 33e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Le match qu'il ne fallait pas raterLes observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alex Lagazette
2018-04-12

La Gazette de la L1 : 32e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Le match qu'il ne fallait pas raterLes minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alex Lagazette
2018-04-04

La Gazette de la L1 : 31e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Le match qu'il ne fallait pas raterLes minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Sur le fil

RT @footballskiFR: En déclenchant, depuis le Maroc, en juillet 1936, un putsch entraînant l’Espagne dans une guerre fratricide entre camps…

Un jeudi pas comme les autres au Vélodrome. C'était il y a une semaine... https://t.co/nHcpT8M2Q4 https://t.co/jLIkGogAmW

RT @VuduBancPodcast: NOUVEAU #PSG #Emery #Neymar #Tuchel #OM #Salzburg @PMU_Sportif 📻🎙️⚽️ Saison 3, Episode 34 : Le bilan du PSG d'Emery et…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Sans Pellegrino

"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)

PAOK-47

"Grèce : un président de club armé sur le terrain." (libé.fr)
Avec des crampons de 9 mm.

Les sept samovars

"Sept supporters à Moscou." (lequipe.fr)

L'Astori continue

"Le contrat de Davide Astori a bien été prolongé par la Fiorentina, malgré son décès." (lequipe.fr)

L'abeille cool

“LOSC : Maia reste confiant.” (madeinfoot.com)