auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> article précédent

La Gazette de la L1 : 21e journée

La Gazette de la L1 : 22e journée

Partager

  

Les résultats de la journée


SM Caen 0 - 2 Olympique de Marseille
FC Nantes 0 - 1 Girondins de Bordeaux
Amiens SC 3
- 1 EA Guingamp
Montpellier Hérault SC 2 - 1 Toulouse FC
Stade Rennais FC 1 - 0 Angers SCO
RC Strasbourg Alsace 3 - 2 Dijon FCO
ESTAC Troyes 1 - 0 LOSC
OGC Nice 1 - 0 AS Saint-Étienne
AS Monaco 3 - 1 FC Metz
Olympique Lyonnais 2 - 1 Paris Saint-Germain

 

 

 

Le Classement en relief

Il est toujours là, disponible pour sept championnats. Et il a gardé la même taille toute la semaine.

  

 

 

 

 

Les gestes

La frappe de trente mètres puissante et flottante de Giannelli Imbula qui termine dans le petit filet de Benjamin Lecomte.

 

Sur le premier but dijonnais, la feinte de Xeka laissant passer le ballon pour Julio Tavares, seul derrière lui.

 

La frappe lointaine pleine de spontanéité de Marcus Coco, légèrement trop puissante et bien placée pour Régis Gurtner.

 

La frappe hors de la surface signée Jean-Eudes Aholou, qui fuse sur la pelouse détrempée de la Meinau et devient inarrêtable.

 

Le poteau rentrant de Rachid Ghezzal, dont le pied gauche ne pouvait pas être plus précis que ça.

 

Le slalom rageur sur l'aile droite de Nuno Da Costa, qui finit par provoquer le penalty de la victoire pour Strasbourg.

 

Clinton Njié qui fait le tour de Frédéric Guilbert d'une pichenette enchainée d'un contrôle de la poitrine, mais qui échoue ensuite sur Rémy Vercoutre.

 

Les paraboles parfaites des coup francs de Wylan Cyprien et Nabil Fekir, auxquelles Stéphane Ruffier et Alphonse Aréola n'avaient pas cru.

 

La frappe enroulée comme elle vient, de plus de trente mètres, du Rennais Jérémy Gélin qui flirte avec la lucarne de Ludovic Butelle, qui lui y avait cru et se blesse sur le coup en heurtant son poteau.

 

Du même endroit du terrain en deuxième mi-temps, la minasse de l'Angevin Flavien Tait, qui finit sur la barre.

 

L'enchainement contrôle frappe de demi-volée en pivot d'Adama Niane, au-dessus, puis la reprise de volée limpide du même Niane, cette fois-ci en pleine lucarne, sur un excellent centre de Mathieu Deplagne.

 

Et puis le but de Mathieu Bodmer. Parce que.

 

 

 

 

"Écoute, le gardien, t'as qu'à sortir plus vite 
si t'es pas content d'être pris de vitesse!"

 

 

 


Les antigestes

Le tacle d'attaquant de Max-Alain Gradel, semelle en avant, qui lui vaut un carton rouge.

 

Jour de Foot qui préfère mettre en avant les joueurs ou entraineurs se plaignant de l'arbitrage, avec en plateau Alain Roche trouvant une expulsion sévère car le tacle n'était pas un "acte de méchanceté".

 

L'intervention très en retard de Vincent Bessat sur Bouna Sarr, pour l'un des penalties les plus évidents de l'année.

 

Emiliano Sala qui rate le cadre et l'égalisation, seul face au but vide.

 

Sur un coup franc de Junior Sambia, Yaya Sanogo, tout seul au premier poteau, qui enlève le ballon à son gardien et le dévie dans son but.

 


 

 

 

Le match qu'il ne fallait pas rater

Le match Strasbourg-Dijon aurait aussi pu figurer dans cette rubrique grâce au Kamoulox improvisé (une pelouse inondée, de nombreux buts, dont deux penalties, etc.), mais la surprise de voir un PSG, certes amoindri, s’incliner face à son actuel dauphin l’emporte de peu. Il y avait un match à ne pas manquer ce week-end! Petit florilège pour faire parler l’imaginaire avant un résumé vidéo:

 

Le coup franc parfait de Nabil Fekir, a trente-six mètres des buts, qui prend à défaut Alphonse Areola, en clair sur Canal.

 

 

 

La reprise de volée d'un autre monde de Layvin Kurzawa.

 

La phénoménale parade main gauche d'Anthony Lopes sur une tête ratée de Jérémy Morel qui partait dans sa lucarne.

 

En tout début de seconde mi-temps, la séquence complète qui voit l'OL se sortir du pressing parisien avec un délicieux râteau de Ferland Mendy pour remonter le terrain en diagonale, en quatre passes...

 

… Puis le PSG pourtant bien coincé dans le corner, se sortir du pressing lyonnais depuis sa surface, avant que Julian Draxler ne renverse sur Angel Di Maria, dont le centre fuit le pied de Marco Verratti pour quelques centimètres...

 

… Ballon récupéré dans l'angle opposé retraversant une nouvelle fois le terrain sans que la passe finale d'Houssem Aouar trouve preneur à l'entrée de la surface parisienne.

 

La contestation bien trop véhémente d'une faute pourtant évidente de Dani Alves, laissant ses partenaires à dix pendant quarante minutes.

 

Au lieu d'envoyer le ballon en tribunes, le dégagement plein axe, et sur le meilleur joueur adverse, de Layvin Kurzawa à la dernière minute des arrêts des jeu.

 

Suivi de la mine de Memphis, qui réussit à la fois à trouver la lucarne et à prendre Alphonse Aréola à contre-pied.

 

 

 

  

 

 

 

Les observations en vrac

On signalera le rare doublé de penalties provoqués par le Dijonnais Oussama Haddadi. Deux penalties tirés par le même joueur, de la même façon, avec le même résultat, et même plongeon du gardien. Seul le côté du terrain a changé entre les deux tirs.

 

Personne n'a encore osé appeler Tony Chapron pour avoir son avis sur le contact Anthony Lopes-Kylian Mbappé, c'est ballot, pour une fois qu'on a un arbitre fan d'ultimate fighting.

 

Avec Anthony Lopes et Stéphane Ruffier dans les buts, vous êtes sûr qu'il y a encore besoin de CRS pour les derbies?

 

Parenthèse linguistique. Toulouse: ville de France, mais pas forcément un faux-ami pour nos amis anglophones. Salamanque: ville d’Espagne, et proverbe pour nos amis nantais. Sanogo: "Cela ne marche pas" en Laurent Paganelli

 


 

 

 

Le coin fraîcheur

Nabil Fekir en interview: “Ils m’ont donné le trophée de meilleur joueur mais pour moi c’est Ndombélé. Il a été monstrueux.”

 

Habib Beye qui envoie Pierre Menes balader pendant le "débat" portant sur la faute de placement (ou pas) d'Alphonse Areola.

 

 

 

 

 

"En Amérique du Sud, vous avez deux écoles...
- Menottistes et bilardistes?
- Non. Macarena et Asereje."

 

 

 

 

Le championnat à l'envers

Cette vingt-deuxième journée nous a gratifiés de résultats plutôt logiques pour la plupart (à un Nantes-Bordeaux et, dans une moindre mesure, un Amiens-Guingamp près), sans pour autant apporter beaucoup de réponses aux questions qui se posent sur ce que pourrait être son issue.

 

Il en va ainsi pour le leader messin, qui a enfin enrayé la dégringolade entamée à partir de la dix-septième journée, mais n'a pas pour autant dissipé les inquiétudes pour son avenir. Il faut bien admettre que, puisque le leader se déplaçait chez la lanterne rouge du dernier championnat, une contre-performance aurait constitué un énorme coup de tonnerre. Au-delà du résultat, les Grenats ont tout de même fait preuve d'un relâchement coupable quand ils ont cru avoir fait le plus difficile, relâchement synonyme de réduction de l'écart et dont on ne sait ce qu'il aurait pu donner face à un adversaire d'un autre calibre que celui de Monégasques peu inspirés.

 

Toulouse continue de son côté la belle série entamée depuis la dixième journée et seulement entachée par le faux-pas de la dix-septième à domicile face à Caen (et quelques points lâchés ici ou là, face à Nantes à la journée précédente par exemple). Le Téfécé a l'air bien décidé à mettre toutes les chances de son côté puisque la nouvelle du départ de son entraîneur est tombée, lequel reste dans l'histoire (récente) du club comme celui dont l'arrivée en cours de saison 2015/16 avait conduit Toulouse à rater d'extrême justesse un podium qui s'offrait à lui…

 

Juste derrière, dans la confrontation directe entre Troyes et Lille, c'est le LOSC qui a réussi à tirer son épingle du jeu et, du même coup, à retrouver une place dont il avait été évincé au soir de la vingtième journée. Une place qui reste cependant fragile puisqu'obtenue seulement à la différence de buts avec Angers, qui s'est bien repris en réussissant à piéger des Rennais désormais transparents, après avoir pourtant fait rêver tout un peuple en début de championnat. Rennes… Espoirs déçus… Oui, finalement, "business as usual".

 

Notons enfin que dans la lutte à distance que se livrent Bordelais et Stéphanois, ces derniers surclassent les Niçois, eux aussi rentrés dans le rang après avoir suscité l'espoir, et profitent du faux-pas bordelais en terre nantaise pour prendre un peu d'avance et opérer un rapproché prometteur, à un point seulement de la troisième marche du podium. Avec Angers-Amiens, Toulouse-Estac et Lille-Strasbourg au programme de la prochaine journée, il y a largement de quoi relancer encore une fois le championnat à l'envers.

 

 

  

 

 

 

Le championnat vu par Twitter

 

 

 

 

Merci à Françoise Jallet-Maurice, Mama, Rama & Papa Yade, Micoud sur le terrain, Mik Mortsllak, Moravcik dans les prés, Özil paradisiaque, Tonton Danijel pour leurs contributions. Le championnat à l'envers est de Portnaouac, la compilation de AKK rends tes sets et les lucarnes sont de Mama, Rama & Papa Yade et de Tonton Danijel.

  

Partager

> sur le même thème

La Gazette de la L1 : 21e journée

Le championnat de France


Alex Lagazette
2018-02-20

La Gazette de la L1 : 26e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alex Lagazette
2018-02-14

La Gazette de la L1 : 25e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les minutes • Les observations • Les mots croisés • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alex Lagazette
2018-02-07

La Gazette de la L1 : 24e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Le match qu'il ne fallait pas rater • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Sur le fil

Spectateurs vs téléspectateurs: protestations à Francfort contre les matches du lundi en Bundesliga - https://t.co/5YDzFRGNz1

RT @Demanagerscdf: Jürgen Klopp : “À l’entraînement, on essaye d’apprendre comment jouer ensemble, les circuits de passe que l’on recherche…

RT @NSOL31: Publicité pour une paire de crampons, 1920. https://t.co/LNb0kfUDzf

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Encore un entraîneur émincé

"Nancy : c'est fini pour Hognon." (lequipe.fr)

Guy Roux manager

“ANG : ‘Vivement la VAR !’" (lequipe.fr)

Chaude Baysse

"Baysse à Bordeaux, ça brûle." (lequipe.fr)

Mikaelle Andro

"En Iran, la fille rebelle qui, déguisée en homme, est entrée dans un stade de foot." (lemonde.fr)
Feinte de corps réussie.

Huggies, le bon tuyau

"Le maillot 2018-2019 du PSG a fuité." (lequipe.fr)