auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> article précédent

Revue de stress #135

La Gazette de la L1 : 26e journée

Partager

  

Les résultats de la journée


AS Monaco 4 - 0 Dijon FCO
Paris Saint-Germain 5 - 2 RC Strasbourg Alsace
Amiens SC 0 - 0 Toulouse FC
Angers SCO 0 - 1 AS Saint-Étienne
SM Caen 2 - 2 Stade Rennais FC
Montpellier Hérault SC 1 - 1 EA Guingamp
ESTAC Troyes 1 - 0 FC Metz
OGC Nice 1 - 1 FC Nantes
LOSC 2 - 2 Olympique Lyonnais
Olympique de Marseille 1 - 0 Girondins de Bordeaux

 

 

 

Le Classement en relief

Fidèle au poste, disponible pour sept championnats. Toujours embouteillé en bas!

  

 

 

 

 

Les gestes

Bertrand Traoré qui marque. Dans les six mètres. À l'issue d'une action à trois passes à la suite d’un débordement de Lucas Tousart. Call me "Pep" Genesio.

 

La double parade d’Erwin Zelazny, le gardien troyen, qui permet d'éviter l'ouverture du score messine.

 

Le centre enveloppé parfait de Ramy Bensebaini entre la défense caennaise et Rémy Vercoutre, repris par Diafra Sakho au premier poteau d'une belle tête plongeante.

 

La remise de la tête d'Ismaïla Sarr dans la course de Diafra Sakho, transformée d'une belle reprise du tibia écrasée.

 

Le centre fort en première intention de Bryan Pelé pour Saîf-Eddine Khaoui, qui bien que seul aux six mètres expédie le ballon au dessus.

 

L'ouverture de l'extérieur du pied de Benjamin Nivet dans le dos de la défense messine et dans la course d’Adama Niane.

 

L'amour de crochet extérieur du Guingampais Ludovic Blas sur le toujours tendre Daniel Congré. Un geste parfait pour clore une semaine de Saint-Valentin.

 

Le coup de fusil de Luiz Araujo au ras du poteau d'Anthony Lopes.

 

La si belle passe en profondeur de Dimitri Payet pour Morgan Sanson, qui échoue sur Benoit Costil.

 

Le grand pont de Karl Toko-Ekambi qui envoie Neven Subotic tacler le vide et les panneaux publicitaires.

 

L'arrêt-réflexe d'une seule main de Ciprian Tatarusanu sur une tête de Pierre Lees-Melou.

 

Le classieux enchainement contrôle et frappe en demi-volée de Junior Sambia, dans les gants de Kalle Johnsson.

 

Le but en jonglant, et en marchant, de Neymar.

 

La praline du gauche de Kamil Glik, en pleine lulu.

 

L'invraisemblable parade de Stéphane Ruffier sur la reprise de Baptiste Guillaume qui partait sous la barre.

 

La pichenette de Giovanni Sio, qui transforme une frappe complètement ratée de Ruben Aguilar en but.

 

Le silence de Jean-Michel Aulas qu'on a connu plus prolixe pour détourner l'attention de son équipe à coup de polémique absurde.

 

 

 

 

 

 


Les antigestes

Le “butalakon” d'un fort beau gabarit offert par le SCO à Saint-Étienne: Ludovic Butelle capte un coup franc anodin et retombe sur Mateo Pavlovic, ce qui permet à Robert Beric de profiter de la balle relâchée.

 

Les deux penalties ratés par Ronny Rodelin et Stef Peeters dans le même match.

 

Quelques semaines après Oussama Haddadi, l'entrée de Ramy Bensebaini dans le club des défenseurs gauche(r)s ayant provoqués deux penalties dans le même match.

 

Le Caennais Ismaël Diomandé qui shoote dans le genou d'Ismaila Sarr au lieu de dégager le ballon.

 

Le PSG qui regarde Jean-Eudes Aholou marquer sans opposition.

 

Pablo Martinez, fair-play, qui rend la faveur en donnant le ballon à Angel Di Maria devant son but.

 

La faute idiote et coûteuse du Niçois Patrick Burner sur Andrei Girotto dans le coin de sa surface.

 

Mike Maignan qui laisse filer un ballon sur quelques centimètres devant lui, ce qui suffira pour Bertrand Traoré.

 

L'essuyage de crampons de Guessouma Fofana sur le mollet de Yannick Cahuzac.

 

Isaac Mbenza, qui persiste à confondre coup franc et shoot them up sur mur adverse. D'autant plus regrettable quand il s'agit du dernier du match, que tous les copains sont montés et qu'il est à trente bons mètres du but.

 

 

 


Les minutes

La minute "MMA(rena)" de Benoît Costil:
"Il faut repartir au combat" (lequipe.fr)

 

La minute "Pamela" d'Adil Rami:
"Moche mais efficace" (lequipe.fr)

 

La minute "SNCF" de Dante:
"On est très en retard" (lequipe.fr)

 

La minute "Chaussures vintage" de Jordan Amavi:
"Il faudra sortir les crocs" (eurosport.fr)

 

 

 


 

J'arrive à une intersection, une footballeur arrive dans ma direction je:
- freine pour le laisser passer quitte à ce qu'il marque
- récupère le ballon en me déportant au dernier moment pour l'éviter
- suis Anthony Lopes et je lui éclate sa race à cet impudent.

 

 
 

 

Les observations en vrac

Ça se voit que les Rennais ne regardent pas les matches de Nantes, ils n'ont pas compris que Damien Da Silva est le seul danger sur corner.

 

Troyes a fait le plein de points face à Metz cette saison, en menant au score seulement deux minutes sur l'ensemble des cent-quatre-vingts minutes de temps réglementaire.

 

Les Lyonnais qui préparent le derby en inscrivant un but grâce au gardien adverse qui relâche le ballon, juste pour copier les Stéphanois.

 

Belle constance de Strasbourg contre le PSG: deux buts marqués à chaque fois (deux fois en championnat, une fois en Coupe de la Ligue, et il reste encore une chance en Coupe de France).

 

Quand la Chine s'éveillera... elle appréciera les efforts de séduction du PSG et de l'OM, qui ont floqué leurs maillots en Chinois pour des matches ayant débuté à minuit et à 4h du matin, heure locale. Ceci dit, si des Chinois sont restés de 4h à 6h du matin pour regarder Marseille-Bordeaux, ils ont tout notre respect.

 

Après Pablo Correa, Gustavo Poyet. L'Uruguay, premier fournisseur de béton de la Ligue 1.

 

Malgré l'interdiction de se déplacer, un attaquant bordelais a été intercepté à environ trente mètres du but marseillais.

 

Après ses commentaires sur les fumigènes au Vélodrome, tout le monde aura compris que ça ne doit pas être très drôle, un barbecue chez Stéphane Guy.

 

Parmi les dix-sept équipes présentes en L1 depuis la saison dernière, l'OL est la seule à encaisser en moyenne plus d'un but par match après avoir ouvert le score lors de chacune de ces deux saisons (trente en vingt-six matches en 2016/17 puis vint-et-un en dix-huit matches cette année). Les autres équipes présentant une telle caractéristique sont Troyes, Metz, Angers, Toulouse et Strasbourg.

 

Cette saison, Caen est la première équipe à voir trois joueurs différents (Ivan Santini, Ronny Rodelin et Stef Peeters) manquer un penalty en Ligue 1.

 

 

 

 

"Mon secret pour rater le déplacement à Amiens?"

 

 
 

 

Le championnat à l'envers

On l'avait annoncé dans la Gazette précédente, cette journée valait surtout par deux matches saillants, destinés à opposer d'une part le leader messin à son dauphin troyen dans les eaux territoriales de ce dernier et d'autre part, en terre picarde, les Toulousains aux Amiénois.

 

À tout seigneur tout honneur, commençons par Metz qui, comme au match aller, a remporté une victoire courte mais amplement suffisante face à son dauphin. Au-delà de la leçon de réalisme administrée par des Lorrains qui ont su déjouer nombre d'obstacles (gardien en quasi état de grâce, poteaux récalcitrants ou adversaires peu coopératifs), les observateurs auront surtout noté qu'avec ce résultat, les Grenats ont sans doute validé leur place sur le podium final. Metz, qui comptait six points d'avance sur son dauphin et sept sur le quatrième, a fait passer ces chiffres à sept et neuf. Une voie royale qu'il ne faut plus perdre de vue.

 

Les Troyens ayant lourdement chuté, le fauteuil de dauphin est désormais occupé par des Angevins qui ont réussi à piéger les Verts, lesquels se demandent encore comment un tel résultat a bien pu se produire. Les Angevins récupèrent une place déjà occupée de la quinzième à la dix-neuvième journée, avant de baisser de rythme et de redescendre un peu au classement. Sans toutefois, on le voit bien, perdre le podium de vue. Le top 3 provisoire est complété par Amiens, qui n'est pas parvenu à faire craquer Toulouse et a donc dû concéder un point. Les Picards se consoleront en constatant qu'ils n'avaient pas été aussi bien classés depuis la quatrième journée. Intéressant à l'approche du money-time.

 

Un peu de prospective, maintenant que les deux tiers du championnat sont joués. Sur les dix dernières éditions du championnat, il est arrivé à cinq reprises que les équipes sur le podium final soient celles qui le composaient déjà au soir de la vingt-sixième. À trois reprises, deux sortirent du trio de tête mais jamais le trio ne changea intégralement. On note enfin que sur les dix derniers podiums (soit trente places), vingt-et-une places sont allées à des équipes qui étaient dans le top 3 après vingt-six rencontres. Rien n'est donc fait, mais...

 

 

 

 

Le championnat vu par Twitter

 

 

 

Merci à Alain Delon? Non Alain Deroin., et alors, Françoise Jallet-Maurice, gurney, Mama, Rama & Papa Yade, Maniche Nails, Mik Mortsllak, Moravcik dans les prés, poiuyt, Tonton Danijel pour leurs contributions. Le championnat à l'envers est de Portnaouac, la compilation de AKK rends tes sets et les lucarnes sont de gurney et de Parkduprince.

  

Partager

> déconnerie

Paris, droit au bus

> sur le même thème

La Gazette de la L1 : 25e journée

Le championnat de France


Christophe Zemmour
2018-09-21

OM, un été d’interrogations et de promesses

Après un mercato mouvementé, l’Olympique de Marseille a signé une fin d’été imparfaite, ponctuée par la défaite face à Francfort en Ligue Europa, mais non dénuée de promesses.


Alex Lagazette
2018-09-19

La Gazette de la L1 : 5e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alex Lagazette
2018-09-05

La Gazette de la L1 : 4e journée

Les gestes • Les antigestes • Les observationsLe coin fraîcheurLes mots croisés • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Sur le fil

RT @Minoskovic: Leipzig-Salzbourg : un drôle de match en questions #RedBull #RBLRBS #EuropaLeague https://t.co/iRo5oJpoQA

"What a brilliant night for the Olympique lyonnais." Pas désagréables, les commentaires anglais.

RT @AFPSport: Le foot à la TV en 2018-19: qui diffuse quoi et à quel prix ? Par @AFPgraphics #AFP https://t.co/I3QWQOpHbq

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)