> article suivant

Revoir Guadalajara

> article précédent

Faut-il interdire les blessures ?

La Gazette, numéro 81

Les Cahiers ont des confrères, finalement — Les gros clubs veulent limiter les salaires — La beauté du geste ne peut être profanée — La pénétration excite les esprits quand il s'agit de celle de la balle dans les cages.
Partager
Sofoot en kiosque, L'Equipe Mag en ligne Le numéro 2 de Sofoot est paru. Sofoot est un magazine décalé sur le football (ça rappelle quelque chose), tellement décalé que sa première livrée, fin mai dernier, réussissait la prouesse de ne pas parler de la Coupe du monde. Le second numéro frappe également un grand coup, puisqu'il comporte la première interview de la rédaction des Cahiers du football parue en presse écrite. On vous le recommande donc, mais surtout parce que l'équipe de Sofoot aborde la balle sous toutes ses coutures et la frappe sous les angles les plus inattendus. De Stéphane Paille au gonfle-ballon, de l'escalope de veau à l'Ajax de Cruyff, le magazine — qui pousse le mauvais goût jusqu'à mettre les abominables Cantona Beach Brothers en couverture — ne se départit jamais de son ironie, même au moment d'interviewer Stéphane Guivarc'h. Mention spéciale à la chronique de l'ASS2000, ou "le foot amateur dans toute son horreur". Riche. (disponible chez les marchands de journaux Relay)

La renommée frappe décidément à nos portes, puisque nous avons également eu l'honneur de l'édito de Rémy Fière dans L'Equipe Magazine de samedi, qui glissant de la pratique des statistiques sur Canal+ au contenu des commentaires de TF1, fit référence à l'enquête d'Eugène Santa et à sa retranscription des propos de Thierry Roland (voir L'aspiration par le vide). Hail! Hail! Rémy and Eugène. Salary même pas cap Réunis à Bruxelles, les clubs du G14 se sont engagés à limiter le niveau de leur masse salariale à 70% de leur chiffre d'affaires. Un geste qui a valeur de message plus que de vraie réforme tant il souligne les arrière-pensées et les contradictions de notre lobby. Un message adressé aux joueurs, invités à accepter des baisses de salaires après l'inflation délirante qui a précipité la crise actuelle, dans un contexte de baisse généralisée des droits de télévision. Leur rémunération devrait ainsi être de plus en plus être indexée aux performances. Cette tendance devrait freiner les dérives sur ce plan, on peut s'inquiéter du surcroît de pression et du "durcissement" du marché du travail. En attendant, les joueurs ont toutes les raisons de faire valoir et durer leurs contrats actuels. Cette brusque aspiration à des pratiques plus vertueuses montre d'abord que nos ultra-libéraux ne sont pas contre un peu de dirigisme quand cela sert leurs intérêts. Car à l'inverse, ils avaient activement milité contre la limitation du montant des transferts (voir Transferts: une réforme impuissante?). L'objectif des 70% reste largement théorique, puisque les audits seront effectués en interne et que les dépassements ne feront l'objet d'aucune sanction. Il ne s'agit pas d'un "salary cap" à l'américaine qui fixe un vrai plafond et empêche la démultiplication des inégalités avec d'autres mécanismes comme la draft. Ce système favorise de facto les clubs les plus riches, ceux qui peuvent compter sur des ressources diversifiées, via les droits et le merchandising notamment (Manchester United présente une masse salariale au-dessous de 50% — interview de Peter Kenyon, président délégué, Le Monde 07/11). Les critiques pleuvent d'ailleurs, sur l'autodiscipline espérée, qui se volatilisera lorsque deux membres seront en concurrence sur un transfert, ou sur les risques de rémunérations déguisées, voire occultes. Cette demi-mesure est tout de même le signe que les dirigeants de l'élite européenne viennent de comprendre qu'à cette vitesse, l'impact avec le mur allait être mortel. Temps réel Effectuons un petit arrêt sur le but fantastique de Michael Owen contre Westham samedi dernier Les crochets de l'attaquant puis l'incroyable trajectoire de son tir et des joueurs qui se trouvaient sur celle-ci ont fait passer les supporters par toutes les couleurs et une extraordinaire alternance de "oh!" désappointés et de "ah!" exaltés, jusqu'à la frénésie finale. Et dire qu'il y a des imbéciles pour vouloir juguler, retarder et diminuer cette joie afin d'examiner l'action à la vidéo.

Le comité de lutte contre les gros plans ridicules annonce la reprise de ses activités.
Réchauffé Justement, "Le débat sur la vidéo est relancé" ont clamé les médias de toute part au lendemain du but d'Anderson contre l'Ajax, présumé entré (1). Roland et Larqué avaient chauffé le monde en direct, en faisant leur petit numéro éculé de scandalisés. Et l'occasion était trop belle de ramener l'alternative stupide vidéo ou pas vidéo, sans chercher à préciser le moins du monde de quoi l'on parle. En l'occurrence, s'il s'agit simplement de trouver un dispositif permettant d'être sûr que le ballon a franchi la ligne, tout le monde est d'accord. Mais les margoulins veulent toujours nous refourguer leur package tout entier en faisant l'économie de la réflexion (trop fatiguant, pas assez vendeur). Misère du débat sur l'arbitrage. Le Guen l'a pourtant dit, "sur ce coup là, il n’y avait pas besoin de vidéo". La solution consistant à placer des arbitres derrière les buts — que la FIFA a décidé de tester — est bien plus intéressante, puisqu'il qu'il ne s'agit pas seulement d'intervenir sur les rares cas de figure où il y a doute sur le franchissement de la ligne de but, mais sur l'ensemble du jeu se déroulant dans les 25 derniers mètres, zone la plus problématique. (1) On poussera la provocation jusqu'à dire qu'en l'absence de système de contrôle, on n'a pas la certitude que la balle soit rentrée…
Partager

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)