auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> déconnerie

L'été des médusés

> article suivant

La chaîne de football idéale

> article précédent

Last Night a Didier Saved my Life

> article précédent

Espagne-France : les gars

La minute à ne pas perdre

Avant de mener le contre parfait dans les ultimes instants du match, les Bleus ont d'abord profité de deux cadeaux de Cazorla et Juanfran. C'était leur minute papillon.

Partager

 

Comment est-il possible prendre un but quand on mène 1 à 0 et que l'on dispose d'un corner à huit secondes de la fin théorique du temps additionnel? Quel exploit à l'envers faut-il accomplir? En réalité, il en faut plusieurs: Cazorla et Juanfran s'y sont mis à deux. Il faudrait que l'Espagne rate sa qualification pour la Coupe du monde pour que l'on qualifie rétrospectivement de Ginolade cet enchaînement d'erreurs, mais elles sont d'ores et déjà cuisantes.

 

Courageux mais inefficaces sur toutes les occasions qu'ils s'étaient procurées, les Bleus s'en sont vu offrir – avec insistance – une dernière. Ce fut l'extra-ball de l'extra-time, l'arbitre ayant même concédé quelques secondes supplémentaires en tenant probablement compte du temps mis par les Espagnols, juste avant, pour effectuer une touche et le fameux corner.

 

 

 

 

Cazorla commence par s'offrir une fantaisie avec un gri-gri ayant pour effet de rendre la balle à Sissoko, qui ne se fait pas prier pour lancer la cavalerie. Mais, pressé, Koscielny relance mal et Juanfran hérite du ballon. Le latéral a divers choix pour écarter le danger, comme celui d'une transversale côté opposé, là où sont encore ses coéquipiers. Il tente pourtant un grand pont qu'Évra, bien placé, n'a pas de peine à contrer du genou. La contre-attaque avortée reprend, avec en bonus un décalage offert par la maison (Juanfran joue à domicile). Le chronomètre affiche 93:10.

 

La suite est limpide (même si Sissoko donne l'impression qu'il va s'empêtrer dans un mauvais timing, et le "mérite" de l'égalisation n'est pas moindre pour l'équipe de France, qui avait su pousser son adversaire dans les retranchements: Cazorla et Juanfran ne sont pas à eux seuls "responsables" du résultat, leur équipe tout entière ayant failli auparavant. Mais le football "se joue sur des détails", et certains détails deviennent des regrets. Sur cette action, les Espagnols peuvent en nourrir. En face, les Français avaient décidé de ne pas en avoir. "Aïe Juanfran, parfois il faut savoir jouer l'autre football, celui de Camacho..." a lâché un des commentateurs de la radio Cadena Cope.

 


La plus fameuse "dernière minute" de l'histoire des Bleus, avec celle de France-Bulgarie 1993, c'est celle – plus heureuse – de France-Italie 2000. Là aussi, il avait fallu que les Italiens pèchent par légèreté dans la conservation du ballon, dans le camp français. Cette fois, c'est Pessotto qui tente une louche d'autant moins judicieuse que Totti s'est mis en position de hors-jeu. Le coup franc concédé est celui que Barthez exécutera vers une déviation de la tête de Trezeguet et le tir égalisateur de Wiltord.

 

 

 

 

On vous laisse fouiller dans votre mémoire pour retrouver les circonstances du 2-1 contre l'Angleterre en 2004, et on vous renvoie à cet article de L'instant X, sur le même sujet que celui-ci, mais mieux.
 

Partager

> sur le même thème

Espagne-France : les gars

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Richard Coudrais
2020-11-11

Les tuniques bleues

BibliothèqueUn maillot, une légende nous plonge dans l’histoire du maillot de l’équipe de France, ou plutôt de ses nombreux maillots… 


Jérôme Latta
2020-10-05

1905-2020 : des Bleus à domicile(s)

Une Balle dans le pied – En 115 ans, l'équipe de France a visité une quarantaine de stades sur le territoire national. Surtout dans l'agglomération parisienne, et devant des affluences qui ont beaucoup varié. 


MinusGermain
2020-09-10

Zones blanches pour les Bleus

Infographies – Huit départements n'ont jamais fourni d'internationaux à l'équipe de France. Explorons ces déserts footballistiques et recensons leurs représentants chez les pros. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Le forum

Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 17h31 - Mevatlav Ekraspeck : Top14: on trompe l’ennui cette semaine avec les affaires domestiques. Toulouse fait le taf mais... >>


Latitude corsitude

aujourd'hui à 17h16 - Mevatlav Ekraspeck : Parce qu’il vente et que quand il pleut ça ne fait pas semblant. >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 17h15 - albeur battu : Merci, j'ai ben envie de tenter Netflix. >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 17h10 - Vas-y Mako! : En France, le player Eurosport n’est pas gratuit pour ceux qui sont abonnés à Eurosport ? >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 17h03 - Label Deschamps : Si ça peut te rassurer 90% (100% ?) des victoires de tout le monde découlent de l'exploitation... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h03 - Tricky : Balthazaraujourd'hui à 15h21Trickyaujourd'hui à 14h53Je n’ai rien dit sur les tags... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 16h49 - gurney : Et donc mêmes gens sans humour et moralisateurs qui n aiment pas et qui l expriment ici ! >>


Good kop, bad kop

aujourd'hui à 16h46 - Charterhouse11 : Pas banale comme histoires :"Dans les Balkans, des supporters se démènent pour sauver deux clubs... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 15h15 - Label Deschamps : Le classement MVP ne veut pas dire grand chose, m'enfin Parker était 3ème derrière Lebron et... >>


Parties de campagne, bières, et football...

aujourd'hui à 12h40 - Mevatlav Ekraspeck : J’ai hésité avec Identitaristes Dominants mais je me suis dit que ça allait encore gueuler... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)