auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Dernier carré

Lacombe 1978, le 38 special

Un jour, un but – Le 2 juin 1978 à Mar Del Plata, Bernard Lacombe marque le premier but du Mundial. Un but tellement précoce qu’on a longtemps cru qu’il était le plus rapide de l’histoire de l’épreuve. 

Partager

 

Le coup d’envoi est donné par les Italiens. Un long dégagement arrive directement dans la zone de Maxime Bossis. Le défenseur nantais, malgré la menace de Causio, donne à son gardien Jean-Paul Bertrand-Demanes. Celui-ci lui rend la balle aussitôt. Bossis donne à Didier Six qui combine avec Platini et Guillou.

 

Lancé plein champ sur son aile gauche, l’ailier lensois pousse le ballon très loin pour éliminer deux défenseurs italiens, Cabrini et Scirea. Son centre tendu trouve Bernard Lacombe qui malgré le marquage de Mauro Bellugi, reprend de la tête. Dino Zoff plonge sur sa gauche mais ne parvient pas à capter le ballon, qui passe au pied de son poteau. Seulement 38 secondes de jeu et déjà, la France mène 1-0.

 

 

 

Le plus rapide, vraiment ?

À ce moment-là, les commentateurs sont formels : il s’agit du but le plus rapide de l’histoire de la Coupe du monde. À vrai dire, aucune statistique n’a été tenue sur ce point. Il y a bien un certain Vaclav Masek, qui a ouvert le score dès le début de la rencontre Tchécoslovaquie-Mexique, en 1962, mais on ne sait pas à quelle seconde précisément.

 

Ce n’est qu’en 1994 que les recherches plus sérieuses aboutiront, où l’on découvrira que le Tchèque avait ouvert le score dès la seizième seconde. L’exploit de Lacombe sera alors effacé des tablettes, tout comme celui de Bryan Robson qui quatre ans plus tard inscrira un but à la 27e seconde… contre la France [1].

 

 

 

 

Le réalisateur argentin se focalise sur Henri Michel, pris pour l’auteur du but. C’est pourtant Bernard Lacombe qui est félicité par ses coéquipiers. Ce 2 juin 1978 à Mar Del Plata, l’équipe de France est un peu ébahie. Douze ans qu’elle n’avait pas connu la Coupe du monde, et voilà qu’elle démarre le Mundial argentin sur un but.

 

Les Bleus peuvent s'enorgueillir d'avoir pris à défaut une défense réputée comme l'une des plus verrouillées au monde. Peut-être Dino Zoff voit-il resurgir les fantômes du précédent Mondial, en 1974, où le but surprise du Haïtien Sanon avait ébranlé les certitudes italiennes et poussé la Squadra azzurra vers une élimination prématurée.

 

 

Deux buts "idiots"

Les joueurs français, en maillot blanc, ne savent alors plus comment prendre le match, comme des enfants qui se demandent si leur toupet ne va provoquer les foudres de l'adulte. Les hommes de Michel Hidalgo sont partagés entre la poursuite des offensives ou la préservation cet avantage inespéré.

 

Leurs adversaires se posent moins de questions. Contraints d'attaquer, ils ne sont pas dépourvus d'arguments avec leur trident offensif Causio-Rossi-Bettega. Au bout d'une demi-heure, la Squadra parvient à égaliser, le jeune Paolo Rossi poussant dans les filets une boule de flipper qui n'en finissait plus de rebondir sur les poteaux et les mollets.

 

En début de seconde période, le remplaçant Renato Zaccarelli marque un but tout aussi curieux, son ballon passant entre les jambes de Janvion avant de tromper un Bertrand-Demanes sans réaction.

 

La défaite tricolore (1-2) est vivement commentée dans l’Hexagone. Les Français ont encaissé deux buts "idiots" et auraient dû préserver le résultat. La presse en profite pour relayer un incident d’avant-match: dans les vestiaires, les joueurs français auraient tenté de négocier une prime plutôt que de vraiment préparer le match.

 

 

Montre en or

Quel que soit l’impact réel de cette affaire, la déception est immense car on imagine mal l’équipe de France ne pas perdre contre l’Argentine au match suivant, et sortir prématurément d’une compétition qui avait généré beaucoup d’espoir.

 

Nos Français un peu novices étaient tombés dans le groupe le plus ardu du premier tour, avec l’Argentine, pays organisateur et futur vainqueur, la Hongrie, porteuse d’une génération prometteuse, et l’Italie – son premier adversaire – qui terminera quatrième, au terme d’un tournoi dont elle fut intrinsèquement, selon de nombreux observateurs, la meilleure formation.

 

Les Tricolores reviennent sous les critiques, en dépit de deux bons matches contre l’Argentine et la Hongrie. Bernard Lacombe le Lyonnais a rejoint le rival Saint-Étienne. Il a rapporté d’Argentine une montre en or, cadeau des organisateurs au premier buteur du tournoi. Le néo-Stéphanois est alors considéré comme le buteur le plus rapide de l’histoire de la Coupe du monde. Un titre un peu usurpé dont on ne connaîtra la vérité que bien des années plus tard [2].

 


[1] En 2002, le Turc Hakan Sukur mettra tout le monde d’accord en marquant dès la 11e seconde du match pour la troisième place contre la Corée du Sud.
[2] Bernard Lacombe est toutefois resté le buteur le plus rapide de l'histoire de l'équipe de France, jusqu'au but de Sauzée face à l'Albanie en 1991.

 

Partager

> sur le même thème

Il était une fois l'Amérique

> Dossier

Histoire FC

Histoire FC


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Paul Brown
2018-07-13

Finale 1930 : les balles du match

When Saturday Comes – Lors de la première finale de la Coupe du monde, en 1930 à Montevideo, un seul ballon fut utilisé… ou bien deux? Le choix a en tout cas fait l'objet d'une dispute entre l'Uruguay et l'Argentine. 


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


>> tous les épisodes du thème "Histoire FC"

Sur le fil

RT @ButterflAym: Article de U10 sur Valeri Lobanovski, entraîneur révolutionnaire soviétique. Il est notamment à l'origine de l'éclosion de…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 17h09 - Kireg : TVBreizhaujourd'hui à 13h51Choix pertinent même si les gens derrière le bar ont changé fin... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 17h01 - roujul : Syle > Si ils tentent le même sur Neymar, ça fera penalty >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h49 - dugamaniac : Je suis content de vous lire un truc bien , sur Palencia.Hier j'ai vu que le dernier quart d'heure... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 16h45 - Classico : forezjohnaujourd'hui à 15h51Je ne peux pas être d'accord.Tu n'es pas libre puisque les choix que... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 16h40 - Balls of steed : "Et si la solidité après avoir trop gâché est inhabituelle à la Duchère, la capacité à... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

aujourd'hui à 16h39 - et alors : Geste : dix secondes après son entrée en jeu, le duel gagné en haute altitude par Cheikh Ndoye... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 16h26 - Belmondo Bizarro : rougénoiraujourd'hui à 12h10Heureusement la rentrée arrive ! Puis va suivre l'automne... Et qui... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 16h24 - Knacklexander Vencel : Petit débrif de ce retour du foot à la Meinau pour la cuvée 2018/2019.En premier lieu, le... >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 16h05 - L'amour Durix : Et une pensée amicale à nos récentes victimes angevines obligées de partager leur fil avec des... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 16h02 - Coach Potato : Le ridicule pourrait tuer. Cette série dispensable en est l'illustration. Ses promoteurs manquent... >>


Les brèves

Il est des nô-ôtres !

"Guingamp : Eboa Eboa prolonge." (lequipe.fr)

Souici 2

"ASSE : Souici vers un nouveau prêt." (lequipe.fr)

Speed dating

"Kylian Mbappé : pas de temps pour les filles." (femmeactuelle.fr)
Mbappé, court toujours.

Gaolin Soccer

“Chine : le superbe retourné de Gao Lin." (lequipe.fr)

Franche Sibérie

"Un policier russe aux Pussy Riot : 'Parfois, je regrette 1937'." (lemonde.fr)