auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> déconnerie

Agent comptant

> article suivant

Revanche à Kiev

> article suivant

Revue de stress #148

> article précédent

Pelé 1969, en plein dans le mille

> article précédent

Morgan Schneiderlin, le Saint patron

Landreau 1996, premier péno

Un jour, une parade – Le 2 octobre 1996 à Furiani, la France du foot découvre un jeune gardien de dix-sept ans, Mickaël Landreau, qui dépose sa marque d’entrée en arrêtant un penalty.

Partager


La présence de Mickaël Landreau le 2 octobre 1996 à Bastia dans les buts du FC Nantes n’est pas à proprement parler une bonne nouvelle. Elle résulte d’un début de saison calamiteux de l’équipe de Jean-Claude Suaudeau, qui n’a toujours pas gagné un match après neuf journées de championnat. Et souligne un problème au poste de gardien de but: Le coach nantais, qui n’arrive pas à se décider entre Dominique Casagrande et Eric Loussouarn, a établi une rude concurrence qui va miner les deux hommes au lieu de les stimuler. Lorsque le premier se blesse, le second rate ses sorties.

 

Débuter quelque part...

Pour le déplacement à Bastia, Suaudeau se tourne donc vers son troisième gardien. Mickaël Landreau, dix-sept ans, n’a joué en tout et pour tout qu’un seul match avec les pros: une rencontre de Coupe Intertoto face au Standard de Liège durant l’été. Un match à Bastia n’est jamais vraiment une partie de plaisir, encore moins l’endroit indiqué pour y débuter sa carrière. Mais Mickaël Landreau fait preuve d’un sang-froid devant les caméras qui l’interrogent, et esquisse un sourire de grognard: "Faut bien débuter quelque part…"


À la 36e minute, Piotr Swierczewski est lancé plein champ dans la surface de réparation nantaise. Le jeune gardien sort avec autorité mais il percute l’attaquant et provoque un penalty. Tandis que ses coéquipiers font le métier en discutant avec l’arbitre, Landreau regagne sa cage. C’est le Slovaque Lubomir Moravcik, une pointure, qui se charge de la sentence. Le Slovaque tire sur la droite du gardien dont il connaît tout juste le nom. Landreau se détend du bon côté et repousse des deux poings. Eddy Capron a bien suivi et envoie en tribunes.
 

 


 

Invincibilité

Landreau brandit un poing vainqueur, congratulé par ses coéquipiers. La rencontre se terminera par un score nul (0-0), plutôt positif pour les Nantais. Surtout, la prestation de leur gardien, au-delà du penalty arrêté, a rendu leur confiance aux défenseurs. L’entraîneur ne cache pas sa satisfaction et aligne l'inattendue vedette de Furiani lors du match suivant à la Beaujoire, face à Nice. Un match qui va voir les Canaris remporter leur première victoire de la saison sur le score de… 7-0.
 

Mickaël Landreau est désormais le gardien numéro un du FC Nantes. En novembre, à Montpellier, il détourne un penalty de Franck Sauzée, et une réputation commence à se forger. Le FC Nantes et son jeune gardien sont partis pour une impressionnante série d’invincibilité: ils ne connaitront la défaite qu’à la dernière journée chez le champion Monaco, terminant le championnat à la troisième place.
 

La carrière de Mickaël Landreau est désormais lancée. Le jeune gardien deviendra une figure emblématique du FC Nantes. Il portera le brassard de capitaine dès l’âge de dix-neuf ans, emmenant une génération à la conquête de deux Coupes de France et d'un huitième titre de champion. Il arrêtera encore de nombreux penalties. Puis lorsque son club amorcera son déclin, il restera dans les buts et retardera par de multiples arrêts l’inéluctable descente à laquelle son club est promis. Mickaël Landreau quitte le club en 2006. Le FC Nantes descend en 2007.
 

 

Bonus : un sujet de France 3 Nantes avant la finale de la Coupe Gambardella 1996

 

Partager

> sur le même thème

Morgan Schneiderlin, le Saint patron

Un jour, une parade


Christophe Zemmour
2015-05-25

Dudek 2005, double détente

Un jour, une parade — Parmi tous les faits qui ont participé au "Miracle d’Istanbul", il y a dix ans jour pour jour, il y a l’invraisemblable double arrêt de Jerzy Dudek face à Andryi Shevchenko en toute fin de prolongation. Aussi décisif qu’inattendu.


Christophe Zemmour
2014-10-24

Zamora 1936, la poussière divine

Un jour, une parade – Le 21 juin 1936, en finale de la Copa del Rey, Ricardo Zamora effectue un arrêt aussi confus que décisif en faveur du Real Madrid face au FC Barcelone. Ancienne gloire catalane, il signe là une dernière parade légendaire, à la veille de la Guerre d’Espagne. 


Richard N
2014-02-05

Landreau 2002, l'arrêt sur le côté

Un jour, une parade – Le 8 décembre 2002, au cours d'un PSG-Nantes de Coupe de la Ligue, Mickaël Landreau réalise face à Ronaldinho un des arrêts les plus invraisemblables du foot français.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, une parade"


Sur le fil

RT @Birdace: La saison des clubs terminée (ou presque), il est temps de préparer la Coupe du Monde : par exemple, en lisant cette traductio…

RT @LiberoLyon: Influenceur des réseaux sociaux, @eddy_fleck a "pesé sur les plus jeunes supporters". Il est venu à la barre avec son avoca…

RT @laol44: Corrélation budget des clubs-classement saison 2017-2018: 0,75. Pas de grosse surprise: Monaco sur-performe en haut, Angers, Am…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Sans Pellegrino

"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)

PAOK-47

"Grèce : un président de club armé sur le terrain." (libé.fr)
Avec des crampons de 9 mm.

Les sept samovars

"Sept supporters à Moscou." (lequipe.fr)

L'Astori continue

"Le contrat de Davide Astori a bien été prolongé par la Fiorentina, malgré son décès." (lequipe.fr)

L'abeille cool

“LOSC : Maia reste confiant.” (madeinfoot.com)