auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #174

> article suivant

Nouvelle ère à Budapest

> article précédent

La trajectoire des balles

> article précédent

Revue de Stress #47

Le désastre à la télé

Lorsqu'on a perdu quelqu’un de proche, ou le proche d’un proche, un camarade ou un concitoyen ; lorsqu’on a eu peur ; lorsqu’on a souffert de l’atrocité terroriste, on a en outre dû encaisser le traitement médiatique de tout cela.

Partager

 

Il faut le dire tout net: la télévision n’est pas à la hauteur des événements. Elle croit, elle, que la bonne hauteur est celle de ceux qui vivent ces événements. Les caméras bougent avec ceux qui ont peur, traquent comme les indiscrets, insistent comme ceux qui ne pensent qu’à eux. Avez-vous vu ce cadreur suivre ces gens qui ne voulaient pas être filmés, sur la pelouse du stade de France?

 

Au point où elle en est, elle préfère même les documents des amateurs, ça fait plus vrai. "Envoyez vos témoignages", annoncent de plus en plus de chaînes et de radios, qui au lieu de jouer le rôle de filtre, se contente de faire le relai. Ce n’est pas nouveau: voilà quelques années que des journalistes se ridiculisent et méprisent leur propre légitimité en préférant que ce soit "des vrais gens", et non pas des professionnels dont c’est le métier, qui viennent sur les plateaux questionner les politiques. Une radio demandait hier aux gens de garder leur sang-froid; elle venait de tendre le micro à une femme annonçant des coups de feu dans le Marais.

 

 

 

La place à l'émotion

La mythologie derrière tout cela (la mythologie au sens de Barthes, c’est-à-dire l’histoire politique qui se camoufle derrière l’impression de naturel et de normalité), c’est la mythologie du spectacle. C’est la mythologie du triomphe de l’émotion et de l’immédiateté.

 

Qu’on laisse une place à l’émotion, c’est bien évidemment fondamental. Les journaux les plus sérieux proposent des photos poignantes. Mais qu’on en fasse la priorité? Qu’on n’accompagne pas les images de commentaires? Lorsqu’on est un média, aucune image ne "se passe de commentaire". Quel temps avons-nous passé à supporter, à souffrir les choix éditoriaux en attendant un peu d’info? Ils sont trop nombreux ceux qui préfèrent balancer du conditionnel frileux et lâche, qui permet à la fois d’insinuer et de se défausser en cas de non-lieu, ils sont trop nombreux ceux qui fabriquent des peurs et des rumeurs au lieu de dire: "Voici ce que nous savons, voilà ce que nous ne savons pas". Les gens auront peur ou pas comme des grands, vous savez.

 

On ne parle que de foot, sur ces pages – mais le foot a valeur métonymique. Quand les cadreurs des matches ne veulent plus que de l’émotion en gros plan et du montage nerveux, ils sont une partie du tout des chaînes d’info en continu. Les monteurs des résumés des matches de foot mettent des musiques pour nous dire ce qu’on doit ressentir, exactement comme les chaînes d’info en continu veulent nous faire pleurer en donnant "toute sa place" à cet individu qui a cru bon de descendre avec son piano jouer du John Lennon. Mais on n’a pas besoin que la télé nous dise quelle émotion éprouver. Et cette chanson de John Lennon, peut-être qu’on la hait. Que la télévision nous dise en priorité les faits. La fameuse règle des cinq W, "who did what, where and when, and why?" n’intègre pas l’enjeu de commander ce que le spectateur doit éprouver. Médiatiser n’est pas compatir.

 

 

Émus comme en Amérique

Les gens n’ont pas besoin de la télé pour être émus. Ils le seront, comme ils voudront l’être, s’ils sont concernés, et s’ils sont informés. Vous vivez, chers journalistes, dans un monde on l’on vous remplace petit à petit par des gens qui ne sont pas du métier. La question est:les médias qui rémunèrent des pigistes au clic ("scandale!"), et même au like ("Insupportable!") font-ils autre chose que de rémunérer des journalistes à l’audience? Comme le foot à la télé, l’émission d’analyse s’est approprié un mot complètement inapproprié, le "décryptage", pour grimer en observation de fond son survol prioritaire des "ressentis".

 

La médiatisation du foot, pour finir, aime le mauvais cinéma américain: elle fantasme de filmer comme lui, elle est polarisée par les duels manichéens, et, fait nouveau, elle souligne toute la "grâce" du moindre motif religieux, elle cadre en gros plan, sans le discuter, les joueurs qui affichent sur un bandeau qu’ils "love" je ne sais plus lequel des trois. De même, il faut désormais "prier pour Paris", et regarder comme ils sont mignons tous ces pays bleu blanc rouge qui prient pour nous, avant de retrouver les deux invités qui ont été choisis précisément parce que leur polémique (du grec polemos, guerre) sera dynamique et télégénique – et pas commentée.

 

OMG: nous sommes désormais toniques, cools et émus comme en Amérique, grâce au joli travail de fond de nos médias. L’Amérique, dont on reprend sans trembler les commandements, et notamment ceux de Benjamin Franklin: "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux." Le saviez-vous? La citation n’est pas tout à fait correcte, il ne parlait pas des libertés individuelles – et peut-être que lorsqu’il parle de liberté, il pense notamment au port d’arme? Les télés se tairont sur ce point-là, il est vrai que ça demande un peu de travail de nous informer en creusant les faits.

 

Partager

> sur le même thème

CJP, l'enquête à décharge

Les médias et les journalistes


Jérôme Latta
2019-05-17

Comment faire du journalisme avec les stats ?

Une Balle dans le pied – Pour réellement valoriser les statistiques, les médias spécialisés doivent arrêter de lancer des chiffres qui ne disent rien, et prendre le parti de faire du journalisme avec les données. 


Nadine Zamorano
2019-04-18

L'invention du consultant

Comment s'est imposé le "consultant" de foot, dont le nom et le principe viennent du monde de l'entreprise et du conseil, et dont la fonction n'est pas toujours allée de soi?


Maxime Brun
2019-03-18

Ici, c'est "pas rire"

Tribune – L’élimination inattendue de Paris face à Manchester United a amené une ribambelle de commentaires moqueurs sur les réseaux sociaux. Un jeu auquel tout le monde n’a pas le droit de participer.


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"

Sur le fil

Alexandre Ruiz pointing fingers at things, a collection. https://t.co/GxkD6WxkZ2

Ivan Ergić, footballeur et "dernier marxiste" - https://t.co/YsxXFwAQbH

RT @BilelGhazi: Le message du KVN contre la réforme des coupes européennes #OLSMC @lequipe https://t.co/yguyWRHJuF

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 20h40 - balashov22 : Et du coup Josip, les spoils qui t'avaient été infligés, ils se sont vérifiés ? >>


Paris est magique

aujourd'hui à 20h27 - valdo : Il a quel age déjà le Kyky ? Je demande ça mais je me doute de la réponse. C'est juste que j'ai... >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

aujourd'hui à 20h26 - Portnaouac : [Challenge ORRG L2 2018/2019]Allez hop, le voici le voilà, vous l'attendiez tous, le classement... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 20h25 - Tonton Danijel : Bon, une grande nouvelle pour syle, Aaltra existe en version intégrale sur... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 20h23 - Balthazar : Ah, j'ignorais. Quignon au plus méritant, donc à toi, Etienne. >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 20h15 - Marius T : forezjohnaujourd'hui à 17h37Certes sont ils vraiment nuls ?Au prix qu’ils coûtent oui.Et en... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 20h08 - Tonton Danijel : N'ayez pas peur de Dupraz......Oscar Garcia est libre.(je suis déjà sorti) >>


Noir, Jaune, Foot

aujourd'hui à 20h05 - narcoleps : D'après ce qui circule, il cumulerait les fonctions de joueur, T2 et manager à l'anglaise,... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 20h03 - LYon Indomptable : 'Tain.Comme e on dit au Cameroun, vous avez le sang à l'œil dis-donc. Le mec, il est froid,... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 19h19 - Utaka Souley : ULFaujourd'hui à 02h32Ca m'apprendra à répondre tard dans la nuit. J'ai confondu VW Coccinelle... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)