auteurs
Eugène Santa et Jamel Attal

> article précédent

Le Goudet autre

Le difficile An II de l'ère Bouchet-Perrin

Transfert avorté de Barthez, gestion sportive devenue floue, déstabilisation des joueurs, dirigeants sur la sellette… La mauvaise passe de l'OM est pourtant loin d'être une impasse. Analyse.

Partager

En quelques semaines — on pourrait situer le tournant au déplacement de Ligue des champions à Madrid — l'Olympique de Marseille a brouillé une image qui avait pourtant très vite retrouvé son éclat médiatique dans le premier quart de la saison, devançant probablement le rétablissement de sa valeur sportive. C'est justement ce décalage qui lui vaut aujourd'hui de nourrir des doutes pas plus raisonnables que l'engouement qui l'a précédé.

 

Le tandem Bouchet-Perrin avait réussi la saison passée à rétablir la cohérence sportive du club, à apurer les finances et l'environnement, ne laissant de regrets que sur le spectacle proposé. Mais avec une qualification en Ligue des champions, les supporters avaient largement de quoi se consoler, et surtout reporter leurs ambitions à l'exercice suivant. Or, l'intersaison a plutôt encouragé ces attentes, avec un recrutement économe mais habile, dont les premiers résultats ont semblé très vite confirmer la qualité. Drogba franchissait un palier, Mido pesait sur les défenses, Vachousek se révélait comme un technicien brillant et intelligent, etc. Paradoxalement, c'est à partir de l'arrivée de Marlet que la tendance a commencé à s'infléchir, avant de se dégrader franchement au moment du transfert raté de Fabien Barthez. Deux embauches synonymes de renforcement de l'effectif et du prestige phocéens, mais qui ont finalement mis le doigt sur les premiers faux-pas des dirigeants marseillais et fragilisé leur position.

 

Le remplacement précoce de Marlet à Madrid avait peut-être le sens d'un désaveu de la part d'Alain Perrin, mais il a surtout été un déclencheur (parmi d'autres) des doutes suscités par son coaching. Ce match, au cours duquel l'ex-Troyen avait imposé des remaniements tactiques restés incompris par les joueurs et les observateurs, a en effet fragilisé certains joueurs et remonté certains autres, à commencer par un Vedran Runje qui ne tarda pas à exprimer son refus de voir le groupe porter seul le chapeau. L'incident eut les conséquences que l'on sait au travers notamment du match contre Nice, à la mi-temps duquel, en laissant son équipe s'autogérer, Perrin engagea l'épreuve de force. Difficile d'affirmer qu'il en est sorti vainqueur, étant donnée l'impression de flottement qui prédomine aujourd'hui et la remise en cause dont il fait l'objet.

 

 

 

Turnover à moitié vide ou à moitié plein ?

 

"Supporters omniprésents, joueurs désespérants : turnover = game over" pouvait-on lire sur une banderole déployée dans les travées du Vélodrome avant le match opposant l'OM à l'OL, dimanche soir. Les plus fervents supporters marseillais ont ainsi fait part de leur désarroi face à la rotation imposée par l'entraîneur, qui cristallise les incompréhensions. S'il se comprend, compte tenu de la déception et des impatiences locales, ce procès apparaît pourtant prématuré et largement injustifié. D'abord parce qu'Alain Perrin doit gérer plusieurs compétitions de front, avec de hautes ambitions affichées tant en championnat qu'en Ligue des champions.

 

L'ancien coach troyen doit donc faire des choix. Il a par exemple laissé Drogba sur le banc face à Bordeaux dans l'optique du match contre Porto trois jours plus tard en Coupe d'Europe. Une option qui se défend, l'ancien Guingampais ayant énormément donné depuis le mois de juillet. La baisse de régime de Camel Meriem, constatée lors des trois derniers matches (autant de défaites) est d'ailleurs là pour démontrer que les joueurs ont besoin de souffler pour évoluer à leur meilleur niveau. Sans y voir un lien de cause à effet, on peut comparer l'état de fraîcheur des Marseillais et des Monégasques aux lendemains du match de Coupe de la Ligue qui a opposé leurs deux équipes et à l'occasion duquel Deschamps avait choisi de faire évoluer sa réserve, laissant souffler ses pièces maîtresses…

 

Le principe du turnover n'est donc pas condamnable de ce point de vue là, d'autant que ce choix de gestion s'avère payant dans certains cas. Ainsi, l'ironie veut que les supporters marseillais ont exprimé leur colère avant le match face à l'OL, un adversaire qui s'est justement fait une spécialité de la rotation de l'effectif depuis plusieurs années, avec un certain succès. Santini hier, Le Guen aujourd'hui ont en effet pris le parti d'utiliser la majeure partie de leur effectif — même si l'actuel coach semble désormais privilégier un groupe resserré (1). Une stratégie qui consiste évidemment à jouer de la concurrence. A contrario, on peut souligner que c'est l'argument d'un conservatisme excessif qui a valu à Elie Baup d'être mis sur la sellette à Bordeaux: on reprochait alors à l'entraîneur girondin de donner sa confiance à un groupe de joueurs trop restreint, provoquant ainsi une déprime larvée chez les habitués du banc.

 

 

Un club en chantier, des dirigeants encore en formation

 

Cela dit, s'il est difficile de tenir rigueur à Perrin de chercher à utiliser toutes les ressources tactiques d'un effectif riche, il doit manifestement faire progresser la lisibilité et l'efficacité de ses choix tactiques, sous peine de souffrir d'un syndrome Fernandez. Et c'est là que se repose la question de l'avancement du "chantier OM", en cet An II de l'ère Bouchet-Perrin. Il ne faut pas oublier que le président est un novice, et qu'il avait déjà commis, malgré sa maîtrise supposée du jeu médiatique, de belles erreurs de communication (la demande de "restitution" du titre de 1993 n'étant pas la moindre — voir Honte et Débriefing).

 

Même élévation du seuil de compétence pour un entraîneur qui a fait ses preuves dans un club de l'importance de Troyes, mais qui doit encore conquérir des galons dans un contexte à la fois plus favorable en termes de moyens et infiniment plus délicat sur le plan de l'environnement. Au terme d'une première saison réussie, il y avait donc un risque que l'un et l'autre se croient déjà arrivés, qu'ils s'imaginent avoir pris la mesure de l'OM et s'être mis sur la voie d'une réussite quasiment mathématique. Sans leur faire ce procès d'intentions, il est clair que la période actuelle témoigne pour le moins d'un net défaut de maîtrise.

 

La gestion du transfert Barthez, dont on ne sait si la responsabilité incombe le plus à l'un ou à l'autre, en atteste clairement. La réussite de cette transaction était tellement hypothétique, pour quiconque connaît un minimum le règlement des transferts de la FIFA, que la communication massive menée par le club apparaît d'autant plus comme une erreur de débutants (voir Barthez, antithèse). Excès de précipitation ou excès de confiance, l'opération a paru perturber l'équipe et augmenter des difficultés qui auraient dû rester passagères. Au lieu de quoi cette formation prête le flanc aux doutes sur sa valeur réelle et enchaîne les mauvaises performances, abandonnant au passage ses ambitions en Ligue des champions. Les commentateurs ont alors beau jeu d'y voir le début d'une "crise" et de glisser dans toutes les fissures le coin de la polémique, en sachant surfer sur le mécontentement populaire et en faisant de l'entraîneur l'inévitable bouc émissaire (2).

 

 

Une simple crise de croissance ?

 

De tels dysfonctionnements mettent à l'épreuve la solidarité du duo, qui n'avait pas eu jusque-là à affronter de déboires majeurs. On sait que les couples présidents-entraîneurs doivent résister aux pressions qui naissent de tels moments, aux rumeurs et aux gens bien intentionnés. Les bavures techniques et administratives qui ont conduit à l'instabilité actuelle ne sont en définitive que le signe de la "crise de croissance" traversée par un OM arrivé plus tôt que prévu aux objectifs de ses dirigeants, lesquels donnent paradoxalement l'impression aux supporters d'être en retard sur un programme censé rétablir sans délai la grandeur du club.

 

Il s'agit de se rappeler que Perrin a démontré l'an passé qu'il était capable de transformer onze joueurs moyens en une équipe capable d'accrocher une qualification pour la plus prestigieuse des coupes d'Europe. Pour savoir s'il peut également atteindre des objectifs plus ambitieux qu'une simple place sur le podium, il faudra lui laisser un peu plus de temps que les quatre petits mois de travail qui viennent de s'écouler, et vraisemblablement plus qu'une saison qui n'est plus de transition, mais encore de construction. Envisager de jeter le bébé avec l'eau du bain serait véritablement une stratégie absurde, même si elle est la plus courante dans le foot contemporain, et même si elle a déjà fait les ravages que l'on sait chez nos grands clubs.

 

Christophe Bouchet et Alain Perrin ne pouvaient faire l'économie de quelques erreurs de parcours, que leur tendance à la prétention ont probablement aggravées. À eux de les assumer et de les surmonter au prix d'un regain d'humilité, une fois le rappel effectué que rien ne peut être simple dès lors qu'il s'agit de l'Olympique de Marseille… (1) Un Le Guen qui était, il y a à peine deux semaines, vilipendé pour ses choix tactiques dans les mêmes termes qu'Alain Perrin aujourd'hui : "En réalité, les choix du coach manquent de lisibilité et, pour tout dire, semblent peu cohérents au regard des leçons tirées de la saison passée et des derniers résultats de l'équipe (…) Les bouleversement perpétuels apportés à son équipe, ce turnover ignorant les performances du moment des uns et des autres et cet entêtement à aligner ses recrues à des postes qui ne sont pas les leurs (…)" (France football, 24/10). (2)

 

Le 1er octobre, après le fameux épisode du match contre Nice, L'Équipe recueillait les témoignages d'anciens joueurs de Perrin, qui décrivaient ses méthodes singulières mais admettaient tous leur bien-fondé, à l'exception de Samuel Boutal: "Avant les grosses affiches, Alain Perrin aime tirer la couverture à lui. Mais si ça ne se passe pas bien, il se met à l'abri et laisse l'équipe assumer". C'est aujourd'hui cette seule citation, réchauffée, qui est retenue pour grossir le dossier d'un entraîneur qui aurait carrément "traîné ses joueurs dans la boue" après Real-OM (L'Équipe 12/11)…

Partager

> sur le même thème

Le Goudet autre

Les clubs et les équipes


Hind
2019-10-16

Comment faire une Rudi Garcia ?

Démode d'emploi – Réussir un entretien d'embauche, c'est bien. Faire passer la pilule de ses déclarations passées, c'est plus compliqué. 


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Stéphane Pinguet
2019-09-26

All the president’s OM, ces amis qui ne veulent pas partir

L’OM a inventé un métier: ancien président de l’OM, un poste plus durable que celui de président de l'OM, et qui permet d'exister indéfiniment dans les médias. 


>> tous les épisodes du thème "Les clubs et les équipes"


Le forum

Le fil éclectique

aujourd'hui à 19h55 - suppdebastille : Ok merci on verra demain matin si je tente ou si j'assure 1 jour de télétravail supplémentaire... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 19h53 - Biocentrix : Flo Riant, pour la référence à Strasbourg : c'était jusqu'à Angers la rencontre que nous... >>


Messages de service

aujourd'hui à 19h50 - Mata a ri : [serait] >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 19h32 - El Mata Mord : Pour info, Albator 78 et ses 42 épisodes sont disponibles en replay sur MyTF1 (désolé...). >>


Le fil prono

aujourd'hui à 19h32 - jeannolfanclub : Avec toutes mes confuses.NFL Week 14Colts@Buccaneers 23-17Ravens@Bills 27-13Lions@Vikings... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 19h05 - Mik Mortsllak : impoli goneaujourd'hui à 16h53Tant qu'on se qualifie en Europe, on devrait pouvoir le garder. Si... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 18h57 - lunatic XV : Mais on garde l’invincibilité à domicile, et même le 3/3 en coupe d’Europe et ça c’est... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 18h28 - Kireg : Quelle superbe partie entre Ding et MVL !Et que dire du final : https://tinyurl.com/wkdktr9 >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 18h18 - O Gordinho : N'hésite pas si tu veux des conseils sur le Moyen-Orient en général.On a toute une nouvelle... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 18h17 - Yul rit cramé : Ce qui vient peut être de ma question, comment garder des joueurs concernés quand la victoire ne... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)