auteur
Sylvain Zorzin

 

Incapable d’admettre qu’il a donné vie à Pierre Minus, il fuit l’opprobre en publiant de vraies histoires pour les vrais enfants dans les magazines Pomme d’api, Les Belles Histoires, Tralalire et Mes Premiers J’aime Lire.


Du même auteur

> article précédent

11 onze pour la Coupe du monde

Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Australie

AUSTRALIE [anti-iPod] n.f. Pays sans charme, l’Australie est surtout célèbre parce qu’on continue à croire que Sydney est sa capitale et qu’on écrit "arborigène", alors qu’il faudrait vérifier. 

 

Partager

 

AUSTRALIE [anti-iPod] n.f. Pays sans charme, l’Australie est surtout célèbre parce qu’on continue à croire que Sydney est sa capitale et qu’on écrit "arborigène", alors qu’il faudrait vérifier.

Éclipsée par une équipe de rugby pourtant régulièrement humiliée dans l’hémisphère sud, l’équipe australienne de football pourrait susciter l’indifférence. Il n’en est rien. Ainsi, plus de 80 000 personnes sont présentes pour le dernier match qualificatif contre l’Irak, alors que le match est sans enjeu, ni intérêt, ni charme, ni rien. Les spectateurs font d’ailleurs la ola assis, pendant la mi-temps.

Déterminée à prouver que le ridicule ne tue pas, la sélection porte le nom de "Socceroos", contraction de "soccer" (football) et de "kangouroos" (marsupiaux). On n’a rien vu d’aussi navrant depuis que Marcelo Pereira Surcin a joué à Ajaccio, ou plutôt "Marcelinho Carioca" (sic).

Pour pathétique qu’il soit, ce jeu de mots n’est pas si incongru. En effet, à l’image des kangourous, qui ont pu proliférer de par l’absence de prédateurs, l’Australie a longtemps survécu grâce à la seule absence de concurrents sérieux. Vainqueurs des îles Salomon et d’autres attroupements de onze personnes, le pays finissait souvent en tête de sa zone de qualification. Appartenant à la zone Océanie, il devait cependant disputer des barrages pour accéder à la phase finale de la Coupe du monde. Où il se ramassait lamentablement, repartant la queue basse – ce qui est la honte, même aux antipodes.

Seule exception: en 2006, l’Australie bat l’Uruguay et se qualifie pour le Mondial. Cette victoire est l’occasion d’effrayantes scènes d’hystérie. Au milieu de cris et des chansons de Midnight Oil, il est fréquent de voir des hommes pleurer et des femmes perdre les eaux. C’est dire à quel point le terme de "barrage" était inapproprié. L’histoire retiendra que les Australiens ont arraché et congelé le point de penalty historique pour le conserver sous verre.

Enterrant ses espoirs dès le match suivant, la fédération australienne décide alors de rejoindre la Confédération asiatique de football. Si l’équipe continue de rencontrer des attroupements de onze personnes (Oman, Bahreïn, Ouzbékistan), elle n’a plus à disputer de barrage et peut se qualifier directement. Ce tour de passe-passe scandaleux a été approuvé par toutes les instances internationales, le Parti socialiste français y voyant même une sorte de judicieux remaniement.

À la lumière de toutes ces réflexions, on peut donc raisonnablement penser que le foot australien n’a aucun avenir.

 

Partager

Le foot étranger n'a pas d'avenir


Sylvain Zorzin
2014-06-26

Le foot étranger n'a pas d'avenir : les États-Unis

ÉTATS-UNIS [mothersoccer] n.f. Les États-Unis promeuvent les droits de l’homme en enfermant des prisonniers à Guantánamo. Chez nous, des types en orange qui matraquent une cage, c’est les joueurs de Lorient qui essaient de marquer un but.


Sylvain Zorzin
2014-06-24

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Grèce

GRECE [hellas!] n.f. Pays gorgé d’histoire, de philosophie et d’ouzo, la Grèce est considérée comme le berceau de la civilisation européenne. Il était donc inévitable que la sélection grecque balbutie son football, les tireurs de coup franc s’élançant trop près du mur.


Sylvain Zorzin
2014-06-22

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Corée du Sud

CORÉE DU SUD [southpark], n.f. Alors que la Chine a inventé la poudre au XIVe siècle, la Corée est le pays d’Asie qui a créé le principe du ballon prisonnier. Depuis la séparation de 1948, le Sud a conservé le ballon et le Nord garde les prisonniers.


>> tous les épisodes de la série "Le foot étranger n'a pas d'avenir"

Sur le fil

Comme Nagelsmann, entraîneur de Hoffenheim, les joueurs ratés sont-ils les grands coachs de demain? Par… https://t.co/TmSKQuKLtb

[tuto présidents de clubs] [cc Waldemar] 4 erreurs à ne pas commettre dans la gestion de son entraîneur. Par… https://t.co/5ljK8bCQKv

RT @richardcoudrais: Qui se souvient du magazine Footy, qui entre 1978 et 1982 œuvra pour l'information du ballon rond à l'attention des pl…

Les Cahiers sur Twitter