> article précédent

Impasse de quatre

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Roumanie

ROUMANIE [hagisansréfléchir] n.f. Pays approximatif dont la capitale est sans arrêt confondue avec Budapest, la Roumanie doit sa notoriété à deux scandales de grande ampleur: le faux charnier de Timisoara et les résultats de son équipe de football. Dans les deux cas, des corps ont été employés à des fins de propagande, même si on peut penser que les premiers ont eu plus de scrupules à être au service d’un jeu figé et sans âme.

 

Partager

ROUMANIE [hagisansréfléchir] n.f. Pays approximatif dont la capitale est sans arrêt confondue avec Budapest, la Roumanie doit sa notoriété à deux scandales de grande ampleur: le faux charnier de Timisoara et les résultats de son équipe de football. Dans les deux cas, des corps ont été employés à des fins de propagande, même si on peut penser que les premiers ont eu plus de scrupules à être au service d’un jeu figé et sans âme.

footet_roumanie.jpgMalgré un jeu d’une effrayante banalité, la Roumanie a donc réussi à se qualifier pour l’Euro 2008. À l’image de Laszlo Bölöni, on peut néanmoins s’attendre à ce qu’elle y échoue assez vite: en effet, rappelant en cela l’Olympique lyonnais, elle ne parvient jamais à dépasser le stade des quarts de finale (Euro 1960, 1972 et 2000, Coupe du monde 1994). Seul "exploit", lors de cette dernière compétition, elle élimine l’Argentine de Gabriel Batistuta sur le score de 3 buts à 2. L’équipe crée la sensation. Les joueurs reçoivent alors le surnom de stimulus. Ce sera bien la seule fois qu’on leur trouvera quelque chose d’excitant, à part quand on fouillera leur valise à la douane pour y trouver du Guronsan et deux paquets de café.

Une vingtaine de clubs se disputent chaque année le titre national, les deux premières accédant au tour préliminaire de la Ligue des champions. À l’exception des inévitables Dinamo, Rapid et autre Steaua, évoquant respectivement la mort par électrocution, empoisonnement et écartèlement élastique sous le régime soviétique, les autres équipes portent des noms très étranges; ils nécessitent alors une certaine connaissance des idiomes locaux, au risque de friser le ridicule. C’est ainsi que la rencontre entre Gloria Buzau et Farul Constanta fut applaudie par Roselyne Bachelot, qui souhaita une longue et heureuse vie aux jeunes mariés. Quant au FC Universitatea Craiova, il porta jusqu’en 1998 le nom d’Electroputere Craiova, ce qui peut se traduire par "bon sang ce n’est pas possible, encore un stade sans éclairage".

Évoquer ce pays sans signaler la main de fer soviétique serait une gageure. Entre 1945 et 1989, la dictature s’abat sur le pays, faisant presque quatre morts (source: Stasi). La monnaie du pays est le leu, ce qui explique les queues devant les magasins. Un nom est à retenir de cette période sombre: celui de Ceausescu, piètre footballeur qui, s’empalant volontairement dans la défense, fusille le gardien avant d’écraser l’adversaire, bref, a plus fait pour le football que Thierry Roland et le livre À partir de là réunis (1).

C’est après avoir suivi une mi-temps entière qu’Emil Cioran aurait écrit Précis de décomposition, avant d’enchaîner avec De l'inconvénient d'être né, consacré aux centres de formation de Bucarest. L’écrivain mourra d’ailleurs quelques mois après le retour de l’équipe des États-Unis, alors qu’il envisageait de confier l’adaptation de ses œuvres à Vikash Dhorasoo, rencontré lors d’un 0-0 entre la réserve du Havre et l’équipe de Dunkerque, tandis qu’un joueur blessé remarquait en pleurant: "Mince, le gardien de buts s’est pendu à ses cages au sens propre."

À la lumière de la plupart de ces réflexions, on peut donc raisonnablement penser que le foot roumain n’a aucun avenir.


(1) À partir de là, éditions Mango, 128 pages, 11,50 euros.


Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Espagne
Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Biélorussie
Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Finlande
Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Eire
Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Argentine
Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Roumanie
Le foot étranger n'a pas d'avenir : la République tchèque
Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Grèce
Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Autriche
Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Suisse
Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Lituanie
Le foot étranger n'a pas d'avenir : les Îles Féroé
Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Écosse
Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Italie
Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Géorgie
Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Ukraine

Partager

Le foot étranger n'a pas d'avenir


Sylvain Zorzin
2014-06-26

Le foot étranger n'a pas d'avenir : les États-Unis

ÉTATS-UNIS [mothersoccer] n.f. Les États-Unis promeuvent les droits de l’homme en enfermant des prisonniers à Guantánamo. Chez nous, des types en orange qui matraquent une cage, c’est les joueurs de Lorient qui essaient de marquer un but.


Sylvain Zorzin
2014-06-24

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Grèce

GRECE [hellas!] n.f. Pays gorgé d’histoire, de philosophie et d’ouzo, la Grèce est considérée comme le berceau de la civilisation européenne. Il était donc inévitable que la sélection grecque balbutie son football, les tireurs de coup franc s’élançant trop près du mur.


Sylvain Zorzin
2014-06-22

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Corée du Sud

CORÉE DU SUD [southpark], n.f. Alors que la Chine a inventé la poudre au XIVe siècle, la Corée est le pays d’Asie qui a créé le principe du ballon prisonnier. Depuis la séparation de 1948, le Sud a conservé le ballon et le Nord garde les prisonniers.


>> tous les épisodes de la série "Le foot étranger n'a pas d'avenir"

Sur le fil

Comme Nagelsmann, entraîneur de Hoffenheim, les joueurs ratés sont-ils les grands coachs de demain? Par… https://t.co/TmSKQuKLtb

[tuto présidents de clubs] [cc Waldemar] 4 erreurs à ne pas commettre dans la gestion de son entraîneur. Par… https://t.co/5ljK8bCQKv

RT @richardcoudrais: Qui se souvient du magazine Footy, qui entre 1978 et 1982 œuvra pour l'information du ballon rond à l'attention des pl…

Les Cahiers sur Twitter