auteur
Sylvain Zorzin

 

Incapable d’admettre qu’il a donné vie à Pierre Minus, il fuit l’opprobre en publiant de vraies histoires pour les vrais enfants dans les magazines Pomme d’api, Les Belles Histoires, Tralalire et Mes Premiers J’aime Lire.


Du même auteur

> article précédent

Liga : le sacre du troisième type

Le foot étranger n'a pas d'avenir : le Paraguay

PARAGUAY [guayfriendly], n.m. Pays d’Amérique du Sud situé entre l’Argentine, le Brésil et la Bolivie. C’est plutôt chez cette dernière qu’il faut rechercher les points communs en termes d’organisation de jeu.

 

Partager

 

PARAGUAY [guayfriendly], n.m. Pays d’Amérique du Sud situé entre l’Argentine, le Brésil et la Bolivie. C’est plutôt chez cette dernière qu’il faut rechercher les points communs en termes d’organisation de jeu.
 

Tous les quatre ans, les sélections nationales d’Amérique du Sud se rencontrent pour décider de qui ira en Coupe du monde et de qui obtiendra la garde d’Ingrid Betancourt. Les quatre premières sont directement qualifiées pour la phase finale, la cinquième dispute un barrage contre le vainqueur de la zone Asie.
 

Ces éliminatoires sont organisées dans le cadre de la Confédération sud-américaine de football, connue sous le nom de Conmebol. C’est amusant, on dirait un gros mot marseillais après un tir de Dimitri Payet. Bref, on le voit, il y a largement de quoi se moquer avec ce continent, qui n’a pas remporté la moindre Coupe du monde depuis plus de douze ans. Eh oui, aujourd’hui, seule l’Europe fait encore rêver.
 

En 2013, le Paraguay finit logiquement à la neuvième et dernière place de ces éliminatoires. Le pays se targue pourtant d’un passé récent plutôt glorieux. En 2010, il accédait en effet à sa quatrième phase finale consécutive de Coupe du monde.
 

On se souvient surtout du huitième de finale disputé contre la France, en 1998. Personnellement, après avoir rongé mes ongles puis ceux de ma femme, j’avais fini les mégots du cendrier sans même les allumer. Jusqu’au but libérateur de Laurent Blanc à la 113e minute. Je n’oublierai jamais ce chiffre. C’est simple: chez moi, la 113 est devenue une position sexuelle. Elle ressemble vaguement à la 94 chez les Jurietti, en aussi court mais avec des cris.
 

En 2002, le Paraguay atteint encore les huitièmes de finale de la Coupe du monde. Quatre ans plus tard, le pays est éliminé dès le premier tour, sans doute parce qu’il joue sans son gardien charismatique, José Luis Chilavert. Bien que diminué physiquement lors de la précédente compétition – il avait perdu un centimètre parce que son maillot rose et vert pomme était beaucoup trop serré –, Chilavert avait su être un capitaine indispensable. Ce fut donc une surprise de voir que la relève avait été aussi promptement assurée. Les cages furent longtemps protégées par un certain Justo Villar. Assumant ce difficile héritage, il a toutefois toujours refusé qu’on le surnomme "El Reencarnado Vigia" (le "gardien réincarné") parce que "R. V. Villar" c’était vraiment pas possible.
 

À la lumière de toutes ces réflexions, on peut donc raisonnablement penser que le foot paraguayen n’a aucun avenir – car on dit "paraguayen", j’ai vérifié.

 

Partager

Le foot étranger n'a pas d'avenir


Sylvain Zorzin
2014-06-26

Le foot étranger n'a pas d'avenir : les États-Unis

ÉTATS-UNIS [mothersoccer] n.f. Les États-Unis promeuvent les droits de l’homme en enfermant des prisonniers à Guantánamo. Chez nous, des types en orange qui matraquent une cage, c’est les joueurs de Lorient qui essaient de marquer un but.


Sylvain Zorzin
2014-06-24

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Grèce

GRECE [hellas!] n.f. Pays gorgé d’histoire, de philosophie et d’ouzo, la Grèce est considérée comme le berceau de la civilisation européenne. Il était donc inévitable que la sélection grecque balbutie son football, les tireurs de coup franc s’élançant trop près du mur.


Sylvain Zorzin
2014-06-22

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Corée du Sud

CORÉE DU SUD [southpark], n.f. Alors que la Chine a inventé la poudre au XIVe siècle, la Corée est le pays d’Asie qui a créé le principe du ballon prisonnier. Depuis la séparation de 1948, le Sud a conservé le ballon et le Nord garde les prisonniers.


>> tous les épisodes de la série "Le foot étranger n'a pas d'avenir"

Sur le fil

Comme Nagelsmann, entraîneur de Hoffenheim, les joueurs ratés sont-ils les grands coachs de demain? Par… https://t.co/TmSKQuKLtb

[tuto présidents de clubs] [cc Waldemar] 4 erreurs à ne pas commettre dans la gestion de son entraîneur. Par… https://t.co/5ljK8bCQKv

RT @richardcoudrais: Qui se souvient du magazine Footy, qui entre 1978 et 1982 œuvra pour l'information du ballon rond à l'attention des pl…

Les Cahiers sur Twitter