auteur
Christophe Zemmour

Du même auteur

> article suivant

De l'art ou du ballon ?

> article précédent

Un d'Estaing en vert

Le football par les chiffres

Il est temps de révéler l'influence occulte des nombres et de la numérologie sur le destin des équipes et des joueurs.
Partager
Les chiffres sont omniprésents. Que ce soit chez les traders ou en cryptographie pour décoder les allocutions de Pape Diouf et de Roger Lemerre, ils révèlent d’étonnants phénomènes. En football justement, on peut leur faire raconter bien des histoires...


La valse des années
Les grandes compétitions révèlent des cycles intrigants. Par exemple, depuis 1970, l’Italie se qualifie pour une finale de Coupe de monde tous les 12 ans, avec une alternance défaite/victoire. Depuis l’avènement de la Ligue des champions en 1992, et aux exceptions 1993 et 2003 près, l’alternance entre années paires et impaires était scrupuleusement respectée par les équipes latines et non-latines – les premières s’imposant les années paires, et les secondes les années impaires. Cependant, on observe une perturbation dans la Force provoquée par Dark Inzaghius en 2007, et qui a inversé le processus depuis.

Tous les dix ans en fin de décennie depuis cinquante ans, c’est-à-dire les années se terminant en ‘9’, est consacrée une grande équipe. En 1959, le Real Madrid renversait pour la seconde fois le Stade de Reims pour remporter sa quatrième C1 de rang. Le Milan AC de Arrigo Sacchi écrase en 1989 le Steaua Bucarest, et Manchester et Barcelone réaliseront le triplé championnat-coupe-C1, respectivement en 1999 et 2009. En 1969, l’Olympique de Marseille bat les Girondins de Bordeaux en finale de la Coupe de France, et dix ans plus tard, le RC Strasbourg est champion de France pour la première et unique fois de son histoire. (1)


chiffres_six.jpgMauvais numéros
Le 9 n’est pas le seul chiffre apportant des redondances dans les décennies. Les années en "6", la France, par le biais de ses clubs ou de sa sélection, subit des revers mémorables. En 1956, Reims s’incline lors de la première finale de C1 de l’histoire. À la World Cup 1966, les Bleus subissent une défaite cuisante face au pays organisateur qui l’élimine dès le premier tour. Le 12 mai 1976, les Verts tombent à Glasgow… Ne nous appesantissons pas sur les éliminations des Bleus en demi-finales du Mundial mexicain de 1986 et de l’Euro 1996, et surtout sur l’issue de la dernière Coupe du monde. Enfin, on a des motifs d’espoir pour l’avenir: ce n’est pas comme si on voulait organiser l’Euro 2016.

Les années en "1" sacrent en C1 une équipe en rouge et blanc, du Benfica en 1961 au Bayern en 2001, en passant par le Liverpool de 1981, l'Étoile rouge de 1991 et l’Ajax de 1971. Fournisseuse officielle de ce phénomène, la C1 a tendance à faire chuter une équipe italienne en finale les années en "3", épargnant quelquefois le Milan AC (1963 et 2003), mais damnant toujours la Juventus (1973, 1983 et 2003). Pour gagner en 2013, l'Italie n’a qu’à faire comme lors de l'édition 2003 en plaçant deux équipes en finale.


La neuvième porte
Beaucoup de médias s’acharnent sur Raymond Domenech et sur la FFF en général, les accusant d’incarner le mal absolu du football français. Si l'on examine de plus près les chiffres, on se rend compte qu’il y a du grain mystique à moudre.
Le dernier Serbie-France était annoncé comme capital pour la qualification au Mondial 2010: Lloris a-t-il entrouvert la neuvième porte aux Bleus? Car en ce 09/09/09, le portier lyonnais s’est fait expulser, et a entraîné l’ouverture du score serbe, à la 9e minute de jeu, soit à 09h09 du soir. De là à penser qu’il est abonné chez Neuf Télécom, il n'y a qu'un pas.

Passons à la numérologie. Remplaçons la lettre F par son rang dans l’alphabet, c’est-à-dire le chiffre 6. Le sigle FFF devient 666, nombre de Satan. Et si on le multiplie par 3, on tombe sur… 1998, année de la consécration mondiale du football français. Étonnant? Pas tellement, parce que Satan est prince du monde et accessoirement président de la Fédération. Si on continue dans ce sens, on peut remplacer la lettre w par sa valeur dans l’alphabet hébraïque (2), c’est-à-dire 6. On doit alors informer le public que le site officiel de la Fédé est un foyer sataniste puisque www.fff.fr=666.666.fr.

chiffres_13.jpg


"Je te donne un nom, je te donne un numéro"
La numérologie peut aussi prédire les numéros de certains joueurs. Didier Deschamps, par exemple. Si l'on remplace chaque lettre de son nom par son rang de l’alphabet, qu’on les additionne et qu’on ajoute les chiffres du nombre obtenu jusqu’à obtenir un chiffre entre 1 et 9, on obtient:
DESCHAMPS = 4 + 5 + 19 + 3 + 8 + 1 + 13 + 16 + 19 = 88
=> 8 + 8 = 16 => 1 + 6 = 7 son numéro en équipe de France.

Il en va de même pour Blanc qui est associé au chiffre 5. Zidane obtient aussi le numéro 5, Gerrard le 8, Beckham et C.Ronaldo le 7, Sammer le 6. Pour d’autres, s’il n’annonce pas le numéro du maillot, il prédit le poste de vocation, comme Müller, Moussilou et Bakayoko qui obtiennent le 9. Et c’est là que l’on mesure tout le génie de Domenech; Trezeguet obtient le 1, ce qui veut dire que ce joueur aurait dû être gardien, et qu’il n’a rien à faire en attaque! Merci Raymond.
Enfin, espérons pour ces fabuleuses équipes que la numérologie n’annonce pas le nombre définitif de C1 remportées, parce que le FC Barcelone est associé au chiffre 3, et l’Olympique de Marseille au… 1.



Liste noire et numérologie récursive

Comme le système décimal fait bien les choses, il n’est pas nécessaire de remplacer chaque lettre par son rang dans l’alphabet, mais plutôt un chiffre entre 1 et 9, selon un cycle, comme le montre le tableau suivant:

chiffres_tab.jpg

Chaque chiffre correspond à un trait de caractère bien précis, la dominance d’un d’entre eux dans le nom d’un individu peut déterminer sa personnalité générale, de même que l’absence souligne un défaut (3). Raymond est féru d’astrologie, pourquoi pas de numérologie? Passons au crible de cette croyance les recalés de la liste pour voir s'il y a concordance.

Prenons David Trezeguet. Il récolte une majorité de 5 dans son nom, ce qui souligne une mobilité, une capacité à changer et bouger. Peut-être devant le but, et encore… Mais c’est vrai que tous les ans, on le dit partant de la Juve. Par contre, on ne retrouve ni le chiffre 1 (ce qui désigne un manque de confiance en soi et d’assurance – vérifié depuis quelques années sous le maillot bleu), ni le chiffre 4 (ce qui révèle un manque de stabilité – ses blessures à répétition?), ni le chiffre 6 (esprit peu conciliant, évite les obligations – pour se replacer défensivement?). À la lecture de ces chiffres, le choix de Raymond paraît justifié.

Pour Robert Pires, le chiffre dominant est le 9, ce qui suggère une capacité à se dévouer et à s’intéresser à autrui. C'est douteux, surtout quand on se souvient de ses déclarations nombrilistes après sa dernière sélection. Robert manque de beaucoup de chiffres, et donc de cases (dans le tableau), ce qui lui fait plusieurs défauts, comme une difficulté à s’associer, un manque de souplesse et d’adaptation, ou encore un manque de compréhension. Et d’autres défauts à partager avec Trezeguet aussi.

Enfin, Ludovic Giuly a pour chiffres dominants le 3 et le 7 : il est donc très sociable et possède des qualités d’invention et de recherche (cf. sa talonnade face au Real Madrid en 2004). Mais le Giuly manque aussi de confiance en lui, il s’associe difficilement, et il n’aime pas le changement (de sélectionneur opéré en 2004). Ceci lui a sans doute été fatal.


(1) Vous pensez que les deux dernières équipes citées sont des intruses? Non, parce que la première a révélé la passion du papa de l’auteur (et donc de ce dernier), et la seconde a le mérite de nous régaler encore trente ans après: savoir que Raymond Domenech a été champion de France, et entendre Gilbert Gress vanter les mérites de la latéralité du jeu de passes de son équipe d’alors au détriment d’un jeu vers l’avant, ça n’a pas de prix.
(2) Plus exactement, la lettre w n’existe pas en tant que telle en hébreu, il s’agit plutôt de la lettre (vav) qui représente le v.
(3) Article "Numérologie récursive à 9 nombres" de Wikipedia.
Partager

> déconnerie

Le Héron

> sur le même thème

Hugo Lloris: l'interview remarquable

> Dossier

Déconneries

Déconneries


2018-06-17

[JDD #7] Irrésistibles

Le Journal de Didier – Conspiration tactique, incident avec Clément d'Antibes, start-up de Rami… Récit des derniers jours des Bleus à Clairefontaine. 


Les Dé-Managers
2018-06-11

La taille compte-t-elle vraiment dans le football ?

Délires FM – Le débat secoue le monde du foot depuis des années et pose des dilemmes aux recruteurs et entraîneurs du monde entier. L'heure est venue de le trancher, à l'aide de Football Manager.


2018-06-07

[JDD #6] En marche pour la Coupe du monde

Le Journal de Didier – Ombre de Zidane, alarme à l'aéroport, flottement contre l'Italie, visite d'Emmanuel Macron: Didier Deschamps gère les tracasseries du quotidien. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"

Sur le fil

RT @ThieuMa_: Les @cahiersdufoot ont raison, on vit les 5 meilleurs jours de l'année depuis hier soir. https://t.co/IZOpQN570M

RT @JP_Sacdefiel: [insolite] Les Colombiens restent sur le terrain après le match pour ramasser leur déchet technique.

Un trophée controversé, des critères flous… Qui es-tu, "meilleur joueur de la Coupe du monde"? https://t.co/TmjN3dB4cE Par @AFoatelli

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 03h46 - Jean Luc Etourdi : La science tranchera peut-être un jour cette controverse, en tous cas plus certainement que les... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 00h32 - FPZ : L’info date d’il y a une quinzaine d’années, mais rien de tel qu’un des nombreux bars de... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 00h07 - Milan de solitude : leoaujourd'hui à 16h34forezjohnaujourd'hui à 16h19Ben vous étiez où en 1998 les gens?---A... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 00h04 - Tricky : (pardon, le lien : https://youtu.be/NkSluHFZbMI) >>


Observatoire du journalisme sportif

20/06/2018 à 23h44 - theviking : C'est vrai que la coupe du monde, c'est très étroitement surveillé. Moi qui suis chez... >>


L'empire d'essence

20/06/2018 à 23h07 - Run : Je l'ai fait en 1992 au volant d'une...Super 5. Rouge. Autant dire qu'apres 3 tours, les pneus... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe B

20/06/2018 à 22h35 - theviking : Le problème de l'Iran c'est quand même de ne pas avoir réagi avant l'ouverture du score >>


Noir, Jaune, Foot

20/06/2018 à 21h12 - Julow : Classe, Lukaku. M' >>


Foot et politique

20/06/2018 à 21h01 - Milan de solitude : Moi, je m'en fiche un peu de cette interview. Mais j'imagine la pâture dont il se serait agi pour... >>


Manger (autre chose que) la feuille

20/06/2018 à 20h52 - Johnny Ringo : nimaaujourd'hui à 16h21--------------------Le bonheur est simple comme de la chapelure et de... >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)