auteur
Gones Allons !

> article suivant

Incalifiés

> article précédent

Ronaldo, les jeunes années

> article précédent

Revue de stress #101

Le onze de l'élection présidentielle

Le grand vote arrive et les onze candidats sont à bloc. Nous aussi, et c'est pour cela qu'on a imaginé ce que donnerait cet effectif très hétéroclite sur un terrain de football.

Partager

 


* * * Texte d'inscription soumis par Gones Allons ! * * *

 

Ils ne voulaient pas tous se conformer aux volontés de l'entraîneur, mais celui-ci a fini par composer une équipe relativement cohérente mais très imprévisible. Ce onze a-t-il assez de talent pour gagner des matches? Qui se mettra le plus en valeur et décrochera le Bulletin d'Or?

 

 

Gardien : Jean Lassalle

Son double mètre et son débit de voix rassure l'équipe. À défaut de dégager rapidement son camp, il a su capter la balle et faire redescendre la pression. Il s'est attaché à jouer simple pour s'intégrer à l'équipe et a relativement peu été mis en danger. Après le divin chauve, le Béarn envoie son berger.

 

 

Arrière-gauche : Philippe Poutou

Une activité incessante, des remontées verbales et des tacles à la gorge. Il sent bon le crampon et la sueur et n'a jamais lâché son vis-à-vis. Ses centres ne sont cependant jamais arrivés à destination et il peine à lâcher la balle.

 

 

Défenseur central gauche : Nathalie Arthaud

Enfin un défenseur qui harangue la défense et ne lâche pas son attaquant, le Grand capital. Un marquage à la culotte qui ne saurait faire oublier son absence totale de maîtrise balle au pied, qui empêche toute relance et construction du jeu. Elle n’avait pris que sa faucille.

 

 

Défenseur central droit : François Asselineau

Une lecture du jeu redoutable de son adversaire direct, la Commission Européenne, dont il connaît tous les trucs grâce à de multiples séances vidéos durant l’avant-match. Une volonté de fer pour renverser la table et obtenir l'expulsion de son adversaire l'UE.

 

 

Arrière-droit : Nicolas Dupont-Aignan

Éternel espoir du côté droit. Décevant, malgré quelques beaux tacles et une belle entrée en matière, il a fini par sombrer quand le niveau de jeu s'est élevé.

 

 

Milieu défensif : François Fillon

Rigueur, équilibre et tactique. Il a tendance à parfois laisser son côté droit l'embarquer pour ratisser plus large et récupérer les ballons, mais il protège malgré tout sa défense. Dommage qu'il n'ait pu se projeter vers l'avant, sûrement par crainte de salir son short. L’arbitre l’a à l’œil suite à ses multiples truqueries.

 

 

Milieu relayeur : Benoît Hamon

Le petit jeune de l'équipe qui a gravi tous les échelons du club: d'abord au centre de formation de l'Unef puis dans la réserve du MJS, il est devenu titulaire par surprise grâce à son fameux geste technique RSU. Invisible pendant une longue partie de la rencontre – ce n'est pas dans l'avant-match qu'il fallait faire des passes à ses camarades à gauche! Il risque d'être renvoyé sur le banc si ses performances ne s'améliorent pas.

 

 

Milieu gauche : Jean-Luc Mélenchon

Ailier virevoltant capable de gestes techniques de grande classe, il peine toujours autant à lâcher la balle, qu'il vient parfois même récupérer dans les pieds de ses camarades. Incapable d'orienter le jeu vers la droite et le centre, il se contente de marquer des buts en solo. Il se voudrait le nouveau Messi mais il est davantage CR7.

 

 

Milieu droit : Marine Le Pen

Quelle déception! Incapable de hausser son niveau de jeu, MLP bénéficie d'une réputation flatteuse parmi les suiveurs, ce qui lui permet de conserver sa place sur le terrain. Sans son coach perso Philippot, elle a semblé perdue en première période avant de se reprendre et d'envoyer des sacoches. Dotée d’une frappe de balle dévastatrice mais nulle à la construction.

 

 

Attaquant de soutien : Emmanuel Macron

Le neveu du coach qui tente de faire d'oublier qu'il est là par favoritisme et qui a hérité du kit dernier cri. Le seul, aussi, qui voudrait jouer avec tout le monde. Dommage que personne ne semble vouloir lui filer la balle. Il a tâché d'éclairer le jeu mais il a fini par disparaître.

 

 

Attaquant de pointe : Jacques Cheminade

Une frappe qui s'envole telle une fusée jusqu'à Mars pour son premier ballon... et c'est à peu près tout. Sa volonté de favoriser les jeunes n'a pas débouché sur des passes vers l'autre attaquant. Il s'est caché, en partie à cause d'un positionnement indéchiffrable, mais aussi car ses partenaires ne lui ont jamais fait de passes.

 

 

Entraîneur : Charles De Gaulle

On sent que les consignes d'avant-match ont bien été retenues par la défense. L'attaque tente parfois en revanche de s'en affranchir, mais pas au point d’obtenir son remplacement. L'entraîneur reste le dépositaire du plan de jeu:la  Ve République.
 

Partager

> déconnerie

PALMARÈS 2001

> sur le même thème

Arnaque a la tchadienne

> Dossier

Déconneries

Déconneries


2018-06-17

[JDD #7] Irrésistibles

Le Journal de Didier – Conspiration tactique, incident avec Clément d'Antibes, start-up de Rami… Récit des derniers jours des Bleus à Clairefontaine. 


Les Dé-Managers
2018-06-11

La taille compte-t-elle vraiment dans le football ?

Délires FM – Le débat secoue le monde du foot depuis des années et pose des dilemmes aux recruteurs et entraîneurs du monde entier. L'heure est venue de le trancher, à l'aide de Football Manager.


2018-06-07

[JDD #6] En marche pour la Coupe du monde

Le Journal de Didier – Ombre de Zidane, alarme à l'aéroport, flottement contre l'Italie, visite d'Emmanuel Macron: Didier Deschamps gère les tracasseries du quotidien. 


>> tous les épisodes du thème "Déconneries"

Sur le fil

L’attitude des Argentins sur l’action du but, c’est juste impossible.

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 03h52 - Hyoga : (c'est pas dispo en replay par hasard?) >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 02h59 - Hal 9000 : En effet Classico, j'ai cette même impression, genre on subit sans trop se faire peur, et on... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 02h08 - Milan de solitude : Berpachiche"Un gros chèque pour Berchiche ?" (football365.fr) >>


Paris est magique

aujourd'hui à 01h34 - Classico : Mais pourquoi vendre Guedes qui serait un joueur de rotation parfait au PSG ? Il est déjà... >>


Dans le haut du panier

21/06/2018 à 23h59 - le_merlu_frisé : Petit extrait :No. 332002: With Kenny and Chuck making fun of the influx of foreign players, Stern... >>


World Cup, the road to Doha

21/06/2018 à 23h38 - Jean Luc Etourdi : La Metz Est Diteaujourd'hui à 23h34Le lien entre coupes de cheveux et jeu pratiqué va me faire le... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe D

21/06/2018 à 23h11 - Koller et Thil : La Metz Est Diteaujourd'hui à 22h26La Croatie, c'est un peu comme l'Uruguay, ça paie pas de mine... >>


Foot et politique

21/06/2018 à 23h02 - Coach Potato : Et à lui, on lui dit rien!J'ose à peine imaginer ce que j'aurais ramassé à la place d'Espinas.... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe C

21/06/2018 à 22h43 - lyes : A choisir il vaut mieux tout sauf la Croatie non ? L'Islande c'est béton et pénible mais tout à... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

21/06/2018 à 21h49 - Kurby Bocanda Barcelona : Paire a eu des balles de match finalement, chuis vert, c'est de saison >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)