> article suivant

Retour vers le footoir [1]

> article précédent

[JDD #2] Combustion interne

Les Bleus liquident l'Eire

Face à une Irlande réduite à l'état de sparring-partner, l'équipe de France a entamé sa préparation avec de l'implication et de la manière. Au bénéfice de plusieurs d'entre eux.

Partager

 

Les matches de préparation ne veulent rien dire, mais on dira de celui-ci qu'il a été un bon match de préparation. Dans cette période où l'on "tire les enseignements", souvent par les cheveux, on pourrait se contenter d'affirmer que l'équipe de France B est capable de très bien jouer contre une équipe totalement inoffensive. Il y a eu un peu plus, hier soir.

 

 

 

 

Équipe B? Le degré d'implication des "remplaçants" suggère que pour eux, la hiérarchie n'est pas établie. Tolisso et Fekir, en particulier, ont confirmé les problèmes de riches de cette sélection, et le pressing mené très haut et très tard dans le match a donné une idée de la motivation collective… Comme Mendy a rassuré sur sa condition physique, comme Giroud, Mbappé ou Matuidi ont fait leur match, Didier Deschamps peut se féliciter de l'opération irlandaise. 

 

Dans le jeu, il aura fallu une bonne vingtaine de minutes aux Bleus pour rentrer dans la rencontre et dans le lard des Irlandais. Il leur a suffi d'accélérer pour echaîner les séquences offensives. Deux tirs de Mendy et Mbappé forçaient Doyle à concéder le corner (25e et 31e), une tête de Giroud passait à côté (31e), une tentative de Tolisso échouait sur le poteau (37e). Asphyxiés, les Verts cédaient enfin, coup sur coup avant la pause.

 

 

 

 

Un peu en retard au retour des vestiaires, les Tricolores reprenaient vite leur tempo et leur domination après une occasion de Giroud (parade de Doyle, 51e). Les voir s'organiser et construire assez sereinement, parvenir à combiner au sein d'une attaque très mobile a eu de quoi rassurer quant à leur capacité à varier le jeu et à faire mal à une équipe très regroupée. Les occasions franches ont rythmé la seconde période sans que les changements, effectués après l'heure de jeu, n'affectent l'emprise française.

 

Une tête plongeante et un tir de Matuidi (61e et 76e), une frappe de Griezmann repoussée (90e) auraient pu alourdir le score, mais il n'était plus vraiment question de cela au cours de dernières minutes noyée dans les trombes d'eau. L'Irlande n'ayant réussi à se procurer une occasion franche qu'à la dernière minute du temps additionnel, cette ballade est à relativiser. Mais l'équipe de France a commencé sa préparation avec un bon bilan de santé.

 

 

 

 

 

Les gars

Évidemment peu sollicité, Mandanda a eu de la peine sur une sortie aérienne (45e+1), mais sa sortie-glissade sur l'occasion de Williams, seul face à lui, a été efficace (90e+3).

 

Vigilants mais pas mis à l'épreuve, Rami et Umtiti ont aussi passé une soirée tranquille. Ils ont parfois tenté de donner de la verticalité à leurs relances pour passer les lignes, et ce fut intéressant.

 

On a d'abord guetté la vivacité et la vitesse de Mendy, avant de constater qu'il n'avait pas égaré sa vista durant sa convalescence. En position de tir (25e) et de centrer, il a trouvé la bonne distance avec ses partenaires. Sur cette heure de jeu, il n'a pas paru être en retard dans sa préparation.

 

Si Sidibé est le moins bon joueur du onze de départ, alors ça devrait aller. Épargné défensivement, son volontarisme a été utile et sa collaboration avec Mbappé intéressante – par exemple quand il le décale face au but après une récupération (31e). Il a même placé un petit pont pour servir Tolisso sur un plateau (37e).

 

Anonyme malgré son gabarit, dans une rencontre pas conçue pour briller dans sa position, Nzonzi s'est astreint à la plus grande rigueur possible dans son placement et ses passes. Serein et propre.

 

Capitaine, Matuidi a donné l'exemple en matière d'engagement, et montré qu'il était, comme toujours, prêt. La domination bleue lui a offert deux occasions avec une tête plongeante (61e) et un tir au-dessus (76e).

 

Tolisso a mis sa palette au service de l'animation, en décrochant ou en s'immisçant entre les lignes. Il a pris beaucoup d'initiatives, et cela a été payant. Centreur sans trop de réussite, sa frappe sur le poteau en a manqué aussi (37e).

 

 

 

 

Ayant lui aussi une place à conquérir (au moins une meilleure place dans la hiérarchie), Fekir a eu envie de briller. Il y est parvenu en donnant la mesure de ses qualités techniques, mais aussi en restant altruiste. Non sans prendre quelques occasions à son compte: un coup franc envoyé pas très loin du poteau (22e) a ainsi précédé le tir soudain qui trompe Doyle (43e). Moins précis en seconde période, il sort à la 63e minute avec le bilan d'un but et d'un corner décisif.

 

Mbappé a allumé des étincelles sur le terrain tout au long du match, mis du mouvement et provoqué des ruptures. Il a énormément sollicité ses coéquipiers, pas toujours à bon escient (une passe compliquée pour Giroud, à l'issue d'un joli rush, 67e), mais avec une plaisante volonté d'aller vite et bien dans la défense adverse. Après deux tentatives non cadrées (3e et 17e) et un tir contré (25e), il échoue sur Doyle, à angle fermé (31e). Il aurait pu être passeur décisif à plusieurs reprises, mais Giroud et Fekir ne l'ont pas permis.

 

Buteur après une énorme détente et une présence sur le renvoi, Giroud avait été à peu près invisible durant toute cette mi-temps, hormis une tête non cadrée à la réception d'un centre de Mendy (31e). Plus présent, mais moins efficace après la pause. On sait toujours à quoi s'attendre avec lui.

 

Les remplaçants ont eu suffisamment de temps de jeu pour profiter à leur tour des Irlandais. Griezmann a bien remué, et tenté un tir lointain qui a mis Doyle en difficulté (90e). C'est Pogba qui l'avait habilement servi, et qui a fait une bonne rentrée, comme Hernandez et – réduit au service minimum – Kimpembe. Dembélé a eu plus de peine à trouver sa place.

 

 

 

 

 

Vu du forum

=>> ParisHilton - à 20h50
C'est bien une compo à la Deschamps : un gros bouclier avec une toute petite lance.

 

=>> Koller et Thil - 21h15
Main irlandaise non sifflée, 1-1 balle au centre.

 

=>> Jean-Huileux de Gluten - 21h45
Les mecs de la sécu là, ils galèrent un peu, mais y en a un qui a réussi à rattraper le supporter. On peut pas le faire rentrer à la place de Rami?

 

=>> Save Our Sport - 22h01
À saluer, la première période très propre d'Alou Diarra.

 

=>> Pascal Amateur - 22h28
Griezmann qui prend une douche sans shampooing, ça doit lui faire bizarre.

 

=>> syle - 22h57
DD avec la capuche, c'est encore plus flippant que d'habitude. On dirait Palpatine.

 

=>> TVBreizh - 22h58
La mare de flotte à la dernière seconde, c'était le meilleur défenseur irlandais, non?

 

 


Les titres auxquels vous avez échappé

La France fait le job à l'Eire
L'Irlande pas O'niveau
Wish you were Eire

 


Le titre est d'après Pascal Amateur, les TAVAE de Pascal Amateur, O Gordinho et Mama, Rama & Papa Yade.
 

Partager

La Coupe du monde 2018


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Christophe Kuchly
2018-07-24

Le football de possession est-il mort en Russie?

La victoire des Bleus, les échecs espagnols et allemands suggèrent qu'il vaut désormais mieux abandonner ballon à l'adversaire. Tournant historique ou simple rappel au réalisme? 


Jérôme Latta
2018-07-21

Une Coupe du monde sous VAR

Une Balle dans le pied – Durant ce Mondial russe transformé en laboratoire de l'arbitrage vidéo, la VAR a semblé disparaître des écrans. Sans cesser de poser des problèmes. 


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2018"