auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Trente-cinq

> article précédent

Les footballeuses de Preston

> article précédent

Elles connaissent déjà la France

Les demoiselles de Reims

Condamné au silence depuis Vichy, le foot féminin est réapparu en France à la toute fin des années soixante, notamment à Reims, grâce à la clairvoyance d’un journaliste et la détermination de jeunes femmes.

Partager

 

C’est difficile à admettre, mais c’est bien grâce à une attraction de kermesse que le foot féminin a repris racine en France à la fin des années soixante. Mai 1968 vient de passer et l’une des principales préoccupations du journal L’Union reste de trouver une idée originale pour attirer un large public à son tournoi annuel, qui aura lieu le dernier week-end d’août.

 

Après un spectacle d’humoristes la première année et une... exhibition de catch pratiquée par des nains la seconde, une idée toute aussi saugrenue est proposée par un journaliste de la rédaction, Pierre Geoffroy: un match de foot disputé par des femmes.

 

 

Le foot féminin en sommeil

L’idée surprend car le foot féminin a quasiment été éradiqué dans l’Hexagone. Après le formidable engouement des années vingt, la FSFSF, Fédération des sociétés féminines sportives de France, a cessé dès 1933 de soutenir ses adhérentes du ballon rond. Pour enfoncer le clou, le régime de Vichy en 1941 a purement et simplement interdit aux femmes de pratiquer le football.

 

 

La gent masculine est en effet très hostile au foot pratiqué par ses sœurs, ses filles, ses épouses. Ne dit-on pas qu'il est inapproprié, voire nocif pour les femmes? Des médecins interviennent pour rappeler que le corps féminin est inadapté au ballon rond et qu’il s’expose à de graves dangers, notamment lors d’un contrôle de la poitrine. Et puis, après tout, une femme sérieuse n’est-elle pas vouée aux tâches domestiques plutôt qu’à courir en short derrière un ballon?

 

L’Union publie une annonce dans son édition du 9 juillet 1968. Celle-ci rencontre un succès inattendu: une quinzaine de jeunes femmes se présentent aux bureaux du quotidien régional pour relever le défi. Lors des premiers entraînements, dirigés par l’ancien professionnel Richard Gaud, certaines filles montrent de belles dispositions à manier le ballon rond. La plupart ont une bonne condition physique, puisqu’elles pratiquent par ailleurs l’athlétisme ou le handball, des sports a priori “autorisés” pour les jeunes femmes.

 

 

Projet sportif

Ce qui devait n’être qu’une attraction destinée à distraire le public devient un projet sportif des plus sérieux. La veille du match exhibition au tournoi de L’Union, le Stade de Reims lui-même propose aux jeunes femmes de disputer au stade Auguste-Delaune le lever de rideau d’un Reims-Valenciennes de deuxième division devant 6.000 spectateurs.

 

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais les jeunes filles se sont prises au jeu, et Pierre Geoffroy avec elles. Un club est monté, le RFCF (Reims Football Club Féminin), deux entraînements ont lieu chaque semaine ainsi qu’un match le dimanche matin. Le journaliste devenu manager, entraîneur et promoteur multiplie les contacts pour trouver des matches un peu partout en France.

 

Il emmène également son équipe dans des tournées à l’étranger, notamment aux États-Unis, au Canada, en Tchécoslovaquie, où le football féminin est déjà solidement réimplanté. Les filles se rendent jusqu’en Indonésie, où elles jouent devant 60.000 spectateurs à Bandung.

 

 

Co-championnes du monde

Au début de l’année 1970, le Stade de Reims propose d’intégrer l’équipe pour fonder sa section féminine. L’histoire se remet en marche. En mars, le football féminin est de nouveau reconnu par la FFF. Plusieurs formations voient le jour un peu partout dans l’Hexagone. Un championnat de France dames sera mis sur pied à partir de la saison 1973/74.

 

Entre temps, dès 1971, Pierre Geoffroy se sert de ses joueuses pour mettre sur pied l’équipe de France féminine, qu’il emmène disputer un tournoi international au Mexique. En 1978, c’est à Taiwan que la formation rémoise se rend pour une nouvelle officieuse “Coupe du monde” dont elle partage la victoire finale avec la Finlande.

 

L’aventure prendra fin quelques années plus tard lorsque Pierre Geoffroy sera confronté à des problèmes de santé. Les filles quittent le club et ne sont pas remplacées. La section déclare définitivement forfait en 1985.

 

Les filles de Reims sont reconnues aujourd’hui comme les pionnières d’un renouveau du football féminin en France. Une plaque à l’entrée du stade Auguste-Delaune rappelle leur cinq titres de championne de France. En 2018, la comédie “Comme des garçons” de Julien Hallard sort sur les écrans et s’inspire, dans une version très romancée, de cette formidable épopée.

 

Partager

> sur le même thème

Les footballeuses de Preston

Le football féminin


CHR$
2019-10-05

Direction Paris, via l’Angleterre

Ni Buts Ni Soumises – Les Bleues retrouvent la compétition avec les qualifications pour l’Euro 2021. État des lieux et prédiction: l'équipe de France du futur.

 


CHR$
2019-07-07

Les championnes d’Europe à l’assaut du monde

Ni Buts Ni Soumises – Les Néerlandaises continuent de repousser les limites depuis leur Euro 2017 remporté à domicile avec une manière de fonctionner en effectif réduit très atypique.


CHR$
2019-07-02

Les demies sans les Bleues

Ni Buts Ni Soumises – L’équipe de France ne sera pas dans le dernier carré de sa Coupe du monde, victime des États-Unis, du comité d’organisation et de ses propres insuffisances. Présentation des demi-finales. 


>> tous les épisodes du thème "Le football féminin"


Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 11h04 - Kireg : Je suis un garçon moderne, et j’ai mes petites coquetteries. L’une d’elle est de me laisser... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 11h02 - bendjaz : [Démocratie et horizontalité en milieu pro]Accroche un peu pompeuse mais voilà le topo : je... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 10h36 - Le Pobga du Coman : Micoud, Jemmali, Saveljic, Smertin, Torres Mestre? >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 10h20 - Roy compte tout et Alain paie rien : Ta comparaison est juste mais incomplète : il faudrait ajouter que les joueurs du PSG, outre... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 10h18 - Dan Lédan : C'était Gan/Mercier pas Hutchinson..la vieillerie a encore frappé. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 10h07 - syle : En tout cas il va falloir trouver un moyen plus fiable de communiquer.Ça commence à faire cher,... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 09h55 - Utaka Souley : TiramiSuazo12/11/2019 à 21h59Ton tableur peut-il utiliser la reconnaissance vocale (la dictée)... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 08h49 - Lucho Gonzealaise : (D'ailleurs, y a un Clippers-Rockets ce soir qui va être très intéressant pour déterminer ce... >>


Go Mouest !

aujourd'hui à 08h47 - McManaman : Ah mais carrément. Je vous citais encore comme modèle la semaine dernière, à un pote qui... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 08h47 - Lucho Gonzealaise : Ca s'est joué à pas grand chose l'année de la finale de C3. C'est le 3-3 à Guingamp qui ruine... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)